mardi, décembre 6, 2022
AccueilBlogLes eurodéputés appellent à tenir le régime iranien responsable de ses crimes,...

Les eurodéputés appellent à tenir le régime iranien responsable de ses crimes, l’UE devrait agir

Lorsque j'étais vice-président du Parlement européen, j'ai toujours cru que l'institution était le dernier bastion pour défendre nos valeurs européennes des droits de l'homme et de la démocratie. Jeudi, mes collègues du Parlement européen ont de nouveau honoré l'esprit de l'institution et appelé à la fin des violations des droits de l'homme en Iran. Anna Fotyga, avec qui j'ai eu le plaisir de travailler sur divers projets – principalement sur la promotion des droits de l'homme en Iran dans le cadre de l'intergroupe des Amis d'un Iran libre dans le PE – a souligné dans un discours que « par rapport aux divisions politiques ici dans le Parlement européen, nous élevons notre voix pour défendre le peuple iranien ». En faisant référence au massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques iraniens en 1988, Mme Fotyga a souligné : « il y a des crimes contre l'humanité en cours. On parle de la peine de mort, mais de quel genre de peine s'agit-il ? Dans de nombreux cas, il ne s'agit que d'un crime extrajudiciaire et simplement d'exécutions rapides sans même le prétexte d'une procédure judiciaire ou judiciaire. »

Lorsque j’étais vice-président du Parlement européen, j’ai toujours cru que l’institution était le dernier bastion pour défendre nos valeurs européennes des droits de l’homme et de la démocratie. Jeudi, mes collègues du Parlement européen ont de nouveau honoré l’esprit de l’institution et appelé à la fin des violations des droits de l’homme en Iran.

Anna Fotyga, avec qui j’ai eu le plaisir de travailler sur divers projets – principalement sur la promotion des droits de l’homme en Iran dans le cadre de l’intergroupe des Amis d’un Iran libre dans le PE – a souligné dans un discours que « par rapport aux divisions politiques ici dans le Parlement européen, nous élevons notre voix pour défendre le peuple iranien ».

En faisant référence au massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques iraniens en 1988, Mme Fotyga a souligné : « il y a des crimes contre l’humanité en cours. On parle de la peine de mort, mais de quel genre de peine s’agit-il ? Dans de nombreux cas, il ne s’agit que d’un crime extrajudiciaire et simplement d’exécutions rapides sans même le prétexte d’une procédure judiciaire ou judiciaire. »

La députée européenne Susanna Ceccardi du Parti Identité et Démocratie a également condamné le génocide de 1988 de braves Iraniens, dont beaucoup étaient de jeunes hommes et femmes, certains encore au lycée ou à l’université.

Représentant une nouvelle génération au Parlement européen, les paroles de Mme Ceccardi ont confirmé une fois de plus que nos valeurs et notre sens des responsabilités envers les droits de l’homme sont intemporels et traversent les générations.

Mes collègues du Parlement européen ont adopté une résolution condamnant les épouvantables violations des droits de l’homme en Iran. La résolution soulignait qu' »au moins 275 personnes ont été exécutées en Iran, dont deux mineurs délinquants et dix femmes », du 1er janvier au 1er décembre 2021, ajoutant « depuis qu’Ebrahim Raisi a pris ses fonctions de président en août 2021, il y a eu une importante augmentation du nombre d’exécutions, y compris de femmes ».

Ces appels à la responsabilité surviennent à un moment où les dirigeants européens, principalement le haut représentant de l’UE, Josep Borrell, font tous les efforts possibles pour relancer l’accord nucléaire très défectueux de 2015 avec le régime iranien, même lorsque tout indique que Téhéran est déterminé à acquérir une bombe nucléaire.

Dans sa déclaration du 10 décembre 2021, M. Borrell a souligné que « la Journée des droits de l’homme nous rappelle que les droits de l’homme sont universels, indivisibles, inaliénables, interdépendants et interdépendants. Il nous rappelle cependant que ces droits ne peuvent être tenus pour acquis et qu’ils doivent être défendus en permanence. »

Cependant, en ce qui concerne les mollahs à Téhéran, Borrell et malheureusement d’autres dirigeants européens dévient de leurs promesses de défendre les droits de l’homme. Ils croient à tort qu’en négociant avec Téhéran, ils peuvent contrôler certaines de ses activités malveillantes et l’empêcher de faire des ravages dans la région.

L’approche actuelle de l’UE à l’égard du régime manque de rigueur et de mesures concrètes. Négocier avec un régime qui est le plus grand bourreau du monde par habitant et qui a un criminel comme Ebrahim Raisi comme président, représente une débâcle humiliante pour nos valeurs démocratiques. L’approche faible de l’UE permet aux mollahs de Téhéran de poursuivre leur extorsion nucléaire en violant leurs engagements aux termes de l’accord nucléaire de 2015 et de poursuivre leurs crimes contre l’humanité à l’intérieur de l’Iran.

Au cours de la session parlementaire de jeudi, Javier Zarzalejos du Groupe du Parti populaire européen a rappelé à nos dirigeants que « nous ne pouvons pas fermer les yeux» sur « la répression épouvantable, les disparitions forcées et les exécutions massives de dissidents politiques lors du massacre de 1988 et constater qu’il n’y a eu aucune enquête ou responsabilité pour ces crimes qui impliquent le dirigeant actuel de l’Iran dans un rôle de premier plan ».

Anna Fotyga a également signalé aux responsables européens que « les mots ne suffisent pas. Notre action est nécessaire parce que ce que nous voyons en Iran – également avec le financement de terroristes à l’extérieur et l’ingérence dans la région et même sur nos territoires – nécessite notre action et des sanctions très fortes. »

Si nous ne tenons pas Téhéran responsable de ses crimes, tout accord serait fragile et n’empêcherait pas les mollahs de poursuivre leurs ambitions dangereuses. En 2020, M. Borrell a souligné que l’UE devrait aller « au-delà » des résolutions en matière de violations des droits de l’homme. La récente initiative du Parlement européen ouvre la voie à la prise des mesures nécessaires pour demander des comptes au régime iranien et pour aider le peuple iranien à obtenir justice.

La récente résolution du Parlement européen sur l’Iran nous a rappelé ce que Martin Luther King a dit un jour : « L’injustice partout est une menace pour la justice partout« . C’est maintenant au leader européen de lui emboîter le pas.

*Alejo Vidal-Quadras est professeur de physique atomique et nucléaire, a été vice-président du Parlement européen de 1999 à 2014. Il est président du Comité international pour la Recherche de la justice (ISJ)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe