jeudi, décembre 8, 2022
AccueilPublicationsPublications: Rapports spéciauxSoutien des députés américains à une République démocratique et laïque en Iran

Soutien des députés américains à une République démocratique et laïque en Iran

Soutien des députés américains à une République démocratique et laïque en Iran

À l’occasion du 43e anniversaire de la révolution anti-monarchique de 1979 en Iran, des dizaines de membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont assisté à une conférence en ligne le 11 février, renouvelant leur soutien aux aspirations démocratiques du peuple iranien. Tout en louant la révolution du peuple iranien en 1979 qui a renversé la dictature du Chah, les députés américains ont souligné que les aspirations du peuple qui ont conduit à cette révolution ne se sont pas estompés. Ils ont également exprimé leur soutien à l’établissement d’une république démocratique, laïque et non nucléaire en Iran.

Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a également envoyé un message vidéo à cet événement, soulignant : « Aujourd’hui, il existe une alternative démocratique qui a une base sociale puissante. Il a élevé le mécontentement social généralisé vers une lutte orientée vers un objectif pour renverser le régime dans son intégralité ».

Tout en louant les efforts des législateurs américains pour soutenir la cause d’un Iran libre, Mme Radjavi a déclaré : « Nous espérons que le Congrès façonne la politique américaine de manière à éviter les erreurs commises à l’époque le régime du Chah et que la politique américaine se distancie des approches complaisantes à l’égard des mollahs.

La conférence a vu le soutien bipartite de 50 membres de la chambre des représentants. Ces législateurs sont co-sponsors de la résolution 118 de la Chambre, qui appelle à un Iran démocratique, et avec 250 co-sponsors, ils bénéficient du soutien d’une majorité de la Chambre des représentants des États-Unis.

« La révolution de 79 était une question de liberté pour le peuple iranien, et c’est toujours ce qu’il veut. Alors, renouvelons l’esprit de cette révolution et s’il est temps de se débarrasser de cette théocratie, n’oublions pas cela », a déclaré le membre du Congrès Scott Perry (R-PA).

« La révolution a peut-être commencé par des réclamations de la démocratie, mais a finalement été dévoyée pour forcer le peuple iranien à vivre sous un régime autocratique et corrompu qui cible son propre peuple et qui est le principal État parrain du terrorisme international, de la Syrie au Liban, à Gaza, en passant par l’Europe et l’Amérique du Sud et à travers le monde », a déclaré le membre du Congrès Brad Sherman (D-CA) lors de la conférence. « Pendant trop longtemps, le peuple iranien a été privé de ses libertés fondamentales, raison pour laquelle il a rejeté la dictature en 1979 et s’oppose aujourd’hui à la tyrannie religieuse. Et c’est pourquoi je suis devenu le principal sponsor de la résolution 118 de la Chambre, exprimant le soutien au désir du peuple iranien pour une république d’Iran démocratique, laïque et non nucléaire et condamnant les violations des droits de l’homme et le terrorisme d’État par le régime iranien actuel. »

Judi Chu (D-CA) a souligné que « le fait d’avoir un projet de loi bipartite d’une telle envergure condamnant le soutien du gouvernement iranien au terrorisme envoie un signal clair au peuple iranien qu’il n’est pas seul, que le peuple iranien mérite d’être à l’abri des violences et du régime violent des mollahs iraniens et le monde mérite de se sentir à l’abri du soutien iranien à la terreur et à la violence. Je soutiens votre travail pour réaliser le rêve de 1979 et établir un Iran libre et démocratique qui travaille avec les États-Unis et d’autres pour construire un monde plus sûr. »

Les législateurs américains ont également évoqué les violations continues des droits de l’homme par l’Iran et le devoir de la communauté internationale de soutenir le peuple iranien dans sa quête de liberté.

« Il est tellement important de promouvoir ceux qui adhèrent à la démocratie, et en cet anniversaire de la révolution populaire anti-dictatoriale de 1979 où le peuple s’est levé pour se battre pour la démocratie, nous voulons dire qu’il est important de recevoir cette démocratie et de pouvoir parler contre le massacre de 1988, les prisonniers politiques, la répression des manifestations pacifiques en 1999 et 2009, 2017 et 2019 », a déclaré la députée Sheila Jackson Lee (D-TX), faisant référence aux violations des droits de l’homme en cours en Iran.

La majorité des victimes du génocide de 1988 étaient membres de l’organisation Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI ). À la suite de la fatwa de Khomeiny, les « commissions de la mort » ont été formées dans tout le pays. Ces commissions étaient chargées d’identifier et de condamner à mort les prisonniers qui refusaient de renier leurs croyances. L’actuel président du régime, Ebrahim Raïssi, était membre de la Commission de la mort de Téhéran.

Tout en soulignant que le régime iranien « était coupable de l’un des pires massacres politiques de l’histoire, tuant des milliers de prisonniers politiques qui avaient osé s’exprimer », a déclaré la députée Judi Chu (D-CA) : « Aujourd’hui, la menace de violence demeure et au lieu de faire face à la justice, l’homme responsable d’une grande partie de cette violence, Ebrahim Raïssi, a été élevé au rang de président où il est en mesure de continuer à réprimer les aspirations démocratiques par la violence. »

« Je condamne les violations des droits de l’homme du régime iranien contre son propre peuple, y compris le massacre de 1988 et la répression des manifestations politiques », a déclaré Young Kim (R-CA) qui s’est jointe à son collègue démocrate pour condamner le massacre de 1988.

Le membre du Congrès Joe Willson, un haut responsable républicain de Caroline du Sud, a également fait l’éloge de ces âmes courageuses tombées pour la liberté en Iran : « Nous n’oublierons pas ces dissidents qui ont été maltraités ou tués par le régime, et nous sommes aux côtés de ceux qui poursuivent la cause d’un Iran laïc et démocratique. »

Le membre du Congrès Brad Schneider (D-IL) a souligné que « le vaste bilan d’abus du régime iranien s’étend sur des décennies », exhortant le gouvernement américain à « toujours se tenir aux côtés de ceux qui exercent leurs droits politiques. Nous devons continuer à faire tout ce que nous pouvons pour dénoncer les violations des droits de l’homme par l’Iran et demander des comptes au régime. »

Congressman Brad Schneider's Remarks to the Free Iran World Summit 2021- July 10, 2021

Le membre du Congrès Blake Moore (R-UT) s’est joint à d’autres représentants pour appeler la communauté mondiale à « rester vigilante alors que la terreur de l’ayatollah s’étend bien au-delà de ses frontières. De l’Europe à l’Asie du Sud, les mandataires iraniens à travers le monde ont répandu la violence, la terreur et l’extrémisme religieux. »

Brian Fitzpatrick (R-PA) a de son côté souligné que : « Les Iraniens méritent le droit de choisir leur propre avenir. Maintenant plus que jamais, il est essentiel que nous continuions à soutenir les aspirations démocratiques du peuple iranien qui ont été niées pendant si longtemps. Et ce faisant, nous devons condamner les violations des droits de l’homme par le régime iranien contre les dissidents et les minorités et nous tenir aux côtés du peuple iranien qui continue à organiser des manifestations légitimes et pacifiques contre le régime oppressif et corrompu. »

La conférence et ses participants se sont engagés à poursuivre leur soutien au peuple iranien et leurs appels au changement de régime et à l’établissement d’une république démocratiquement élue en Iran. La conférence a également appelé les gouvernements occidentaux, y compris les États-Unis, à adopter une politique ferme vis-à-vis de la théocratie au pouvoir à Téhéran, ajoutant que c’était le seul moyen d’empêcher le régime de semer le chaos dans la région.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe