mardi, novembre 29, 2022
AccueilBlogComment les pasdaran ont profité de la destruction des écosystèmes naturels de...

Comment les pasdaran ont profité de la destruction des écosystèmes naturels de l’Iran

Comment les pasdaran ont profité de la destruction des écosystèmes naturels de l'Iran
Comment les pasdaran ont profité de la destruction des écosystèmes naturels de l’Iran

Par : Khalil Khani
Sous le régime théocratique, l’Iran est confronté à une crise environnementale sans précédent : diminution des ressources en eau, déforestation, désertification rapide et pollution atmosphérique étouffant les villes. Ces problèmes, s’ils ne sont pas maîtrisés, menacent non seulement l’Iran, mais aussi la stabilité de la région et du monde. Les spécialistes de l’environnement soulignent depuis des années la gravité de la menace environnementale qui pèse sur l’Iran et le sérieux avec lequel les Iraniens l’abordent.

Téhéran s’emploie constamment à prouver que ces calamités sont dues au réchauffement de la planète, aux sanctions et aux sécheresses persistantes, mais il faut souligner que toutes ces crises sont le résultat d’une mauvaise gestion extrême, du pillage de l’écosystème naturel de l’Iran et du règne répressif du système théocratique.

La stabilité environnementale est, en effet, une question de sécurité nationale, plus importante que les menaces étrangères ou les questions intérieures, car elle affecte la sécurité alimentaire, la stabilité intérieure et la croissance économique. Aujourd’hui, la gravité des défis environnementaux se reflète dans les manifestations quotidiennes, les soulèvements et tous les aspects de la vie des Iraniens.

Il est important de souligner que les nombreux défis environnementaux actuels de l’Iran pourraient contribuer à des menaces aux niveaux régional et mondial, notamment en raison du paysage instable de la région. Les effets de la dégradation de l’environnement en Iran ont déjà provoqué des troubles politiques internes et menacent d’empêcher le bien-être économique et social du pays. Si rien n’est fait, cela rendra certainement la situation déjà turbulente du pays encore moins stable.

L’environnement malsain, l’air toxique, le manque d’eau, la désertification et l’affaissement des terres agricoles sont susceptibles d’entraîner une migration massive de personnes à la recherche de moyens de subsistance durables. Il s’agit d’une conséquence directe de la mauvaise gestion, du pillage des richesses dont le peuple iranien a tant besoin au profit du terrorisme, et de l’absence de réponse du gouvernement aux besoins fondamentaux de la population, ce qui incite les masses à descendre dans la rue avec leurs revendications, comme elles l’ont fait ces derniers jours…

La croissance démographique, la guerre, la pollution de l’air, la surextraction de l’eau, la consommation et la pollution, les objectifs industriels irréalistes, les politiques agricoles non durables, la destruction des ressources naturelles et le manque d’application des réglementations environnementales existantes ont contribué à la crise environnementale actuelle de l’Iran.

Les aquifères se vident plus vite qu’ils ne se reconstituent, ce qui entraîne une diminution des ressources en eau et oblige les agriculteurs à quitter leur village. Ainsi, ces agriculteurs migrants viennent s’ajouter à la marge des villes et des villages, ce qui accroît la pression sur les ressources rares.

La pollution atmosphérique a rendu les conditions de vie dans les villes iraniennes de plus en plus difficiles, et les inondations et l’érosion éolienne accentuent la désertification des terres agricoles, créant une demande de production accrue sur les zones arables restantes. La biodiversité est également gravement menacée.

Pour les raisons susmentionnées, la désertification rapide fait perdre à l’Iran plus des deux tiers de ses terres agricoles. La pollution atmosphérique est si grave à Téhéran et dans la plupart des grandes villes que les écoles, les entreprises et les administrations doivent régulièrement fermer leurs portes en raison des niveaux dangereusement élevés de particules. Plus de 40 000 décès liés à la pollution atmosphérique sont signalés chaque année à Téhéran. Téhéran et d’autres grandes villes iraniennes figurent parmi les dix villes les plus polluées du monde.

Le régime des mollahs contraste fondamentalement avec la démocratie. Il ne dispose généralement pas de lignes directrices institutionnelles très développées, ne tolère pas le pluralisme et les organisations sociales, n’a pas le pouvoir de mobiliser l’ensemble de la population dans la poursuite de ses objectifs et exerce un pouvoir répressif extrême dans des limites relativement prévisibles.

Les dirigeants iraniens, en association étroite avec le Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran), ont créé une crise environnementale prolongée et auto-promue qui est principalement le résultat de l’incompétence, de la mauvaise gestion absolue et de la corruption systématique à tous les niveaux, en particulier au plus haut niveau du régime. Cette entité a promu et pratiqué une guerre intentionnelle contre les écosystèmes naturels de l’Iran, les pratiques scientifiques standard et les conseils des experts depuis 1979, date de la création de la République islamique.

Les dirigeants iraniens n’ont cessé de mener des politiques agricoles et industrielles dans l’intention manifeste de profiter aux élites que le régime cherchait à apaiser. Le régime a donc détourné l’eau et d’autres ressources naturelles au détriment des Iraniens ordinaires et des communautés les plus pauvres, qui ont subi de manière disproportionnée les conséquences environnementales telles que les pénuries d’eau, la perte de terres agricoles arables, les tempêtes de sable et de poussière.

Les erreurs de la politique iranienne ont donné lieu à des crises environnementales de longue durée, telles que des pénuries d’eau et d’électricité, une sécheresse généralisée, la désertification, la destruction des zones humides, des aquifères, des forêts, des pâturages, l’affaissement des plaines, des gouffres et une qualité de l’air alarmante. La détérioration de l’environnement en Iran représente un risque potentiellement déstabilisant pour les mollahs, car elle menace la cohésion interne, la santé publique et l’économie.

Le pouvoir théocratique a infligé à l’environnement du pays des dommages irréversibles dont les experts craignent qu’ils aient des répercussions humanitaires catastrophiques, comme le pays en subit actuellement dans diverses provinces. En raison des structures du régime, en grande partie issues de la corruption, les mollahs ont gravement négligé de reconnaître l’ampleur de la crise imminente, sans parler de l’adaptation et de la mise en œuvre des mesures correctives indispensables, qui sont peut-être déjà insuffisantes et impossibles à l’heure actuelle.

L’une des conséquences les plus importantes et les plus durables de la guerre Iran-Irak a été le renforcement des pouvoirs du Corps des gardiens de la révolution islamique. La guerre a fait passer le groupe d’une milice organisée à la hâte à l’une des institutions les plus puissantes d’Iran. Le Corps des gardiens de la révolution islamique est sorti du creuset de la guerre en tant que formidable force de combat dotée de prouesses considérables en matière d’organisation et d’ingénierie. Sous les ordres du Guide Suprême Khamenei, les pasdaran ont créé, après la guerre, une branche de construction civile et d’ingénierie appelée Khatam al-Anbiya, qui a contribué à assurer l’enracinement de l’organisation et sa pertinence continue même en temps de paix.

Chaque faction du régime théocratique a cherché à établir des liens de patronage avec les pasdaran. En conséquence, Khatam al-Anbiya a commencé à remporter des appels d’offres pour la construction de barrages, de chemins de fer, de raffineries et de ports, et à étendre son influence sur tous les aspects de l’économie iranienne. Mahab Ghods est lié à la plus grande fondation caritative d’Iran, Astan Quds Razavi, un bastion de soutien à la ligne radicale du système théocratique iranien et l’une des riches fondations sous la supervision du Guide Suprême. Les revenus générés par la construction de barrages aident le Guide Suprême à rassasier ses principaux mandants, le Corps des gardiens de la révolution islamique et le système théocratique de la ligne radicale, en les incitant à rester fidèles à Khamenei.

En raison des défis posés aux environnements, et par conséquent des rapports sur leurs effets, la répression des écologistes iraniens au fil des ans a mis les écologistes nationaux et la biodiversité iranienne encore plus en péril. En janvier 2018, neuf écologistes iraniens ont été placés en détention pour espionnage, accusés d’avoir utilisé des pièges à caméra pour porter atteinte aux intérêts de la sécurité nationale.

L’un des écologistes détenus est mort en prison deux semaines plus tard dans des circonstances suspectes, tandis que les autres ont été détenus au secret et privés d’une procédure régulière pendant plus d’un an.

L’Iran dirigé par les mollahs est actuellement confronté aux problèmes environnementaux les plus critiques de son histoire. Ses vies climatiques, son écosystème naturel et son avenir en tant que berceau de la civilisation sont tous en danger.

Bien que l’ampleur de cette pensée puisse être extrêmement accablante, nous ne devons pas nous sentir désespérés, impuissants ou ne pas savoir par où commencer. Nous appelons le monde civilisé, les écologistes et les experts à se tenir aux côtés des Iraniens et de leur Résistance légitime sous la direction de Mme Maryam Radjavi pour dénoncer le régime théocratique barbare, qui est non seulement l’ennemi de l’humanité, mais aussi extrêmement dangereux pour l’environnement mondial, la paix et la sécurité du monde.

* Khalil Khani est un spécialiste de l’environnement et un militant des Droits de l’Homme. Il est titulaire d’un doctorat en écologie, botanique et études environnementales obtenu en Allemagne et a enseigné à l’université de Téhéran et à l’université d’État de Hesse en Allemagne. Il est également docteur en psychologie médicale des États-Unis.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe