vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésVidéo : Les eurodéputés condamnent le régime iranien et appellent à la...

Vidéo : Les eurodéputés condamnent le régime iranien et appellent à la protection des résidents du Camp Liberty

CNRI – Le jeudi 3 avril, lors d’une session du Parlement européen à Bruxelles, les législateurs européens ont condamné les violations des droits de l’Homme en Iran et ont appelé à une protection accrue des membres de l’opposition iranienne résidants au Camp Liberty en Irak.

L’eurodéputé estonien Tunne Kelam a affirmé que les sanctions ont fonctionné et c’est crucial de ne pas faire des concessions, surtout maintenant. Il a déclaré : « Au lieu de placer des espoirs vaines sur un président soi-disant modéré, nous devons être prudents et exigeants jusqu’à ce qu’un accord final soit conclu. »

Selon M. Kelam : « Un éventuel allégement des sanctions ne peut avoir lieu que si le régime de Téhéran accepte la réduction massive de ses infrastructures nucléaires, autorise des inspections inopinées et met un coup d’arrêt à l’augmentation systématique de ses capacités balistiques. »  

« Deuxièmement, tout accord doit être conditionné à un vrai changement de politique iranienne en matière des droits de l’Homme. Le régime de Téhéran est parmi les principaux régimes au monde qui ont recours à des exécutions et à la torture et cela se poursuit sous le nouveau président. »

« Enfin, Madame Ashton n’a pas réussi à assurer la sécurité pour les opposants iraniens détenus dans le Camp Liberty. Ils sont des otages à la merci des forces de sécurité irakiennes. Nous devons faire de notre mieux pour accueillir ces personnes comme cela a été suggéré par l’ONU. »

L’eurodéputé polonais Kryzysztof Lisek a exigé le respect des droits de l’Homme et la liberté d’expression en Iran. Il s’est ainsi adressé au Parlement européen : « Nous devons rappeler ces choses au régime iranien. Notre rapport indique clairement le rôle important que joue l’Iran dans la région. Nous avons besoin que le dialogue sur la question nucléaire avance étape par étape afin que l’Iran puisse réintégrer la communauté internationale. »

Derk Ian Eppink, eurodéputé néerlandais, a déclaré : « Certains disent que le président Rohani est un modéré. Je suis en désaccord avec cette assertion. En 2013, 660 exécutions ont eu lieu en Iran, dont les deux tiers sous la présidence de M. Rohani. »

« Par ailleurs, M. Rohani a nommé Aboutalebi comme ambassadeur d’Iran à l’ONU. Cet individu a été l’un des étudiants qui avaient participé en 1979 à la prise d’otage à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran. Ainsi, il s’agit d’un terroriste. »

« Le ministre iranien des Affaires étrangères, Zarif, a récemment effectué une visite sur la tombe d’Imad Mugniyah qui était le cerveau de l’attentat à la bombe contre les Marines américains au Liban en 1983. Dans le même temps, le camp Liberty est assiégé et rien n’a été fait à ce sujet. Ce ne sont pas vraiment des signes incitant à confiance et au rétablissement de relations normales avec le régime iranien. »

« Je souhaite au commissaire Ashton le meilleur dans l’avenir, et j’espère que son nom n’entre pas dans l’histoire comme le Chambellan de notre époque. »
 
Oldrich Vlasak, vice-président du Parlement européen, a ajouté : « Il n’y a pas de signes d’évolution positives en Iran dans le domaine des droits de l’Homme. Le nombre des exécutions publiques est toujours en augmentation. L’année dernière 700 personnes ont été exécutées en Iran. Une jeune femme âgée de 26 ans va prochainement être exécutée en Iran pour avoir résisté contre un viol. »

« Les réfugiés qui ont été transférés du camp d’Achraf vers le camp Liberty subissent actuellement des supplices en Irak. Toute relation avec le régime iranien doit être conditionnée à l’amélioration significative de la situation des droits de l’Homme dans ce pays. »

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe