jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafUne onde mortelle. En Irak, au camp d'Achraf

Une onde mortelle. En Irak, au camp d’Achraf

Un résident d'Achraf blessé lors de l'attaque sauvage des forces irakiennes les 28 et 29 juilletL'opposition iranienne en exil montre une vidéo sur les abus des forces irakiennes à Achraf

Liberal, quotidien italien, 26 août, extraits – Que ressentiraient les contribuables américains quand ils comprendront que leurs impôts alloués à l'armée irakienne sont utilisés par le gouvernement irakien pour tuer. C'est la question que pose par Shahin Qobadi, de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI). 

Le CNRI est l'opposition en exil au régime iranien, qui est principalement composé de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI).

Pendant deux semaines, le camp d'Achraf a été transformé en un front de guerre brutale. Les forces de police irakiennes ont attaqué les résidents d'Achraf, faisant 11 morts et 450 blessés, dont certains dans un état grave et sous traitement à l'hôpital américain.

Qobadi indique que le 28 février, le président irakien Talebani a rencontré de hauts responsables iraniens à Téhéran. Lors de ces réunions, Bagdad s’est engagé à faire cesser les activités à Achraf par tous les moyens possibles. L'Irak et l'Iran sont parvenus à un accord mutuel pour la fermeture complète d’Achraf et l'expulsion des Monafeghine (terme utilisé par le régime iranien pour les Moudjahidine.)

Concernant cet accord mutuel, Qobadi indique qu'il existe de nombreuses preuves attestant deson existence, mais la preuve la plus choquante, c'est la vidéo des forces irakiennes attaquant les résidents de la Cité d'Achraf, car elle montre clairement la cruauté des forces irakiennes. Les forces de police anti-émeute attaquaient les habitants qui levaient les mains pour montrer qu'ils n'étaient pas armés. Ils sont tous gravement blessés et nombre d'entre eux ont été tués. Puis la caméra fait un zoom sur certains endroits. Bien que les blessures mortelles vu sur les cadavres n'aient pas été faites par des coups de feu, elles ont néanmoins été fatales. Et puis nous voyons les images de la police entrant en scène équipé de lourdes poutres de bois, de chaînes et d'eau bouillante à haute pression pour disperser les gens.

Qobadi continue : Dans cette vidéo, vous pouvez voir que même les ambulances ont été touchées par des balles des forces irakiennes et que les Humvees américains envoyés pour les militaires irakiens foncent sur des résidents d’Achraf et les écrasent ; c'est pour cette raison que j'ai pensé aux citoyens américains et que je me suis demandé ce qu’ils diraient s’ils savaient comment leur argent est utilisé.

Le représentant du CNRI dit que l’armement est envoyé de Washington en Irak afin d'assurer la sécurité, mais maintenant il est utilisée juste dans le but contraire. Bien que furieux, Qobadi dit: « Et cela s’est passé alors que deux semaines seulement avant l'attaque, Lord Corbett, président de la commission parlementaire pour la liberté en Iran au Parlement britannique avait exprimé ses préoccupations concernant la sécurité des résidents d'Achraf au Président Obama. Il avait déclaré qu'une attaque militaire par le gouvernement irakien contre Achraf était possible à partir des observations faites les cinq jours précédents qui montrait clairement que les forces irakiennes avaient pris des positions d'assaut autour de la ville d'Achraf.

Par conséquent, un climat d’attaque était tout à fait clair, mais la Maison Blanche, dans une déclaration signée le 15 juillet par Richard Schmierer, un responsable de l'administration, avait déclaré que la protection des résidents d'Achraf était garantie et que si quelque chose arrivait, le gouvernement américain monterait certainement en première ligne afin d'assurer la sécurité des résidents d'Achraf et qu’il tentera de faire agir le gouvernement irakien de façon responsable, conformément aux assurances qu'il a données au sujet de Achraf.

Il doit être bien entendu qu’Achraf n'est pas un camp de réfugiés comme beaucoup le disent, mais que c’est en effet une ville et c'est pourquoi elle doit être traitée comme telle. Les manifestations y étaient des manifestations sociales et pacifiques, mais le gouvernement irakien a utilisé une force de 2000 hommes pour affronter une population de 3000 habitants. C'est presque un soldat contre chaque résident.

Qobadi dit que les journaux ont poussé une crise humanitaire dans leurs pages intérieures, mais vous devez savoir que cette crise n'est pas terminée.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe