lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafUne audition au Sénat américain exhorte à protéger les opposants iraniens au...

Une audition au Sénat américain exhorte à protéger les opposants iraniens au Camp Liberty

CNRI – Le gouvernement américain doit respecter ses engagements pour protéger les milliers de membres du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), au Camp Liberty, ont déclaré mercredi les participants à une audition au Sénat américain. Le comité du Sénat, dirigé par le sénateur John McCain, a entendu les témoignages du Général James Jones, ancien Conseiller à la Sécurité nationale au Président Barack Obama; Joseph Lieberman, ancien sénateur, et le Colonel Wesley Martin, ancien commandant américain basé à Achraf. Ils ont averti que les membres l’OMPI à Liberty sont en danger d’un nouveau massacre commandité par le régime intégriste en Iran.

Le sénateur John McCain, président du Comité de Forces armées, a averti que les membres de l’OMPI dans la Camp Liberty ont été constamment victimes du harcèlement et des attaques à la roquette des agents du régime iranien et les milices irakiens à sa solde.

Le sénateur Jack Reed a déclaré : « Les dissidents iraniens au Camp Liberty sont dans une situation de plus en plus périlleuse, ayant été la cible d’attaques répétées. Ces attaques terrifiantes qui ont tué plus de 100 membres l’OMPI depuis 2009, indiquent clairement la menace posée par l’Iran et ses milices affiliées qui cherchent à faire taire ces dissidents. »

Le sénateur Lieberman a décrit les membres de l’OMPI au Camp Liberty comme « des combattants de la liberté.” « L’OMPI est non seulement l’ennemi de notre ennemi, mais ces gens sont nos amis, » a-t-il dit, ajoutant que l’OMPI a fourni des informations précieuses sur l’intervention du régime iranien en Irak et la prolifération nucléaire.

« Ils croient en la liberté et sont un groupe de musulmans modérés. Ils sont admirablement dirigés par une femme qui propose un plan en 10 engagements pour la séparation de la religion et de l’État, l’égalité des sexes, le respect de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la coexistence pacifique avec ses voisins et un Iran non nucléaire (…) Nous devons soutenir l’OMPI et le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) qui méritent notre soutien. Cela raccourcira la survie d’un régime impopulaire en Iran ».

Le général Jones a pour sa part déclaré : « Les membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) sont des exilés iraniens qui vivent en Irak depuis le milieu des années 80. Ils s’opposent au régime de Téhéran, ce qui a conduit à une campagne d’harcèlements, d’intimidations et de meurtres dans leur camp avec la complicité des autorités irakiennes. Cela malgré la promesse américaine de protéger les hommes, femmes et enfants du camp Achraf, résidant maintenant au camp Liberty.

« Vous connaissez les conséquences néfastes des efforts iraniens pour soutenir le régime dictatorial d’Assad et perpétuer le conflit dramatique entre chiites et sunnites en Irak et ses ingérences au Liban, à Gaza et au Yémen. Mais la persécution des quelques 3500 opposants iraniens au camp Liberty n’est pas aussi connue. Pourtant, elle fait partie intégrante du programme subversif de l’Iran en Irak.

« C’est un groupe qui s’est systématiquement opposé au régime iranien et a résidé au camp Achraf depuis 1986. Le groupe s’est volontairement désarmé en 2003. En échange, les États-Unis ont promis d’assurer la protection de ces réfugiés. Cette obligation solennelle a été transférée au gouvernement irakien dans le cadre de l’accord entre les États-Unis et l’Irak sur le retrait des troupes américaines du sol irakien en 2009. Comme les événements l’ont montré, une litanie de bains de sang et de mauvais traitements de la part du gouvernement irakien, trop impatient de satisfaire les attentes du régime iranien, s’en est suivie. »

« Pour le Comité, je n’insisterai que sur trois évènements fatals : une attaque terrestre contre le camp Achraf en juillet 2009 durant laquelle 12 personnes non armées ont été tuées ; une autre attaque en avril 2011 qui a coûté la vie à 36 personnes non armées ; et une troisième attaque en septembre 2013, qui a tué 52 personnes, elles aussi, non armées. »

Le Général Jones a indiqué que les officiers irakiens qui se trouvent actuellement à la tête du camp Liberty sont ceux-là même qui avaient dirigé les attaques mortelles contre le Camp Achraf : « Le principal problème, c’est la réaction extrêmement lente et l’apparente indifférence de notre gouvernement face aux engagements que nous avions pris et à la situation dangereuse de ces réfugiés. »

« Il est temps que notre gouvernement prenne conscience qu’à cause de mauvaises informations, la résistance iranienne est restée incomprise à Washington, alors qu’elle devrait bénéficier du même traitement que l’opposition politique de n’importe quel pays. Si des règles particulières doivent être appliquées à l’OMPI, elles devraient être plus favorables et non punitives. Compte tenu du fait qu’en 2002, la Résistance fut la première à révéler au monde les activités secrètes du régime iranien pour l’enrichissement de l’uranium.

« Puis, conformément au droit international, l’OMPI a remis ses armes aux forces américaines en échange de leur protection. Chaque fois qu’on n’a pas réussi à respecter cet engagement, la réputation de notre pays en a pâti. Et le régime iranien a quant à lui marqué des points contre ceux qui appellent à un changement démocratique en Iran. »

Le général Jones a souligné : « Le plan en 10 engagements présenté par Maryam Radjavi pour la l’avenir d’un Iran libre est conforme à notre constitution. »

Le colonel Martin a quant à lui fait état de ses relations avec l’OMPI pendant qu’il était en poste à Achraf et ses discussions avec les responsables du Département d’État américain sur la nécessité d’assurer la protection du Camp Liberty.

« Chaque jour, a-t-il précisé, des agents du régime iranien harcèlent les réfugiés du Camp Liberty, alors que chaque membre de l’OMPI dans le camp détient une carte de ‘personne protégée’ délivrée par l’armée américaine. C’est pourquoi Washington doit absolument prendre des mesures pour leur protection. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe