samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUn tribunal demande au Département d'État de revoir l'étiquette terroriste d'un groupe...

Un tribunal demande au Département d’État de revoir l’étiquette terroriste d’un groupe iranien

The Washington Post, 17 juillet – Une cour d’appel fédérale a ordonné vendredi au Département d’Etat de revoir sa décision de qualifier un groupe d’opposition iranien d’organisation terroriste étrangère, suggérant fortement que la désignation devait être abrogée.

La décision du panel de trois juges passe une nouvelle patate chaude de politique étrangère à l’administration Obama.

L’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, également connue sous le nom des moudjahidine Khalq (OMPI/MEK ), combat depuis des années sa classification d’organisation terroriste étrangère, en faisant valoir qu’elle avait été classifiée comme telle par l’administration Clinton en 1997 uniquement pour gagner les faveurs du gouvernement  iranien, qui considère le groupe comme une menace. L’arrêt de 22 pages déclare que la protection d’une procédure régulière pour le groupe a été violée parce que le Département d’Etat ne lui donne pas une chance de réfuter les informations non classifiées utilisées pour justifier la désignation.

La classification a été réaffirmé à la fin de l’administration de George W. Bush, même si le haut fonctionnaire d’État du contre-terrorisme au ministère à l’époque, Dell L. Dailey, avait poussé à supprimer le groupe de la liste américaine des groupes terroristes étrangers.

La cause du groupe a également été embrassée par un groupe bipartite de parlementaires.

L’OMPI a dit avoir cessé sa campagne militaire contre le gouvernement iranien en 2001, remis volontairement ses armes aux forces américaines en 2003 et fourni un flot d’informations aux services de renseignements des États-Unis sur les programmes nucléaires de l’Iran. Elle a également convaincu la Grande-Bretagne et l’Union européenne de la retirer de la liste des groupes terroristes. Le département d’Etat a rejeté ses efforts, en grande partie sur la base d’informations classifiées.

Au cours de la procédure judiciaire, certaines de ces informations ont été déclassifiées. Le ministère a affirmé que le groupe n’avait pas mis fin à ses opérations militaires, avait toujours l’intention d’utiliser la violence pour atteindre ses objectifs politiques et avait formé les femmes à devenir kamikazes. Il a également déclaré que la plupart des informations que le groupe avait fournies sur le programme nucléaire de l’Iran étaient fausses.

La Cour a douté de certaines de ces affirmations et indiqué que le groupe devait avoir la possibilité de réfuter les allégations.

« C’est une grande occasion pour [la Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton] de corriger une situation. Elle aura le soutien du Congrès», a déclaré Alireza Jafarzadeh, ancien porte-parole du groupe.

Vendredi, le Département d’Etat a déclaré qu’il allait étudier l’arrêt du tribunal « avec soin ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe