mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsUn religieux iranien dissident empoisonné en prison

Un religieux iranien dissident empoisonné en prison

Un religieux iranien dissident empoisonné en prison

CNRI – Un religieux iranien dissident a été empoisonné en prison par des agents du ministère du Renseignement du régime, selon les rapports de la prison d’Evine de Téhéran. Les rapports indiquent que l’ayatollah Hossein Kazemeyni Boroujerdi est tombé gravement malade le 7 avril après que des agents de renseignement aient empoisonné sa nourriture.

Depuis, il a développé une forte douleur dans tout le corps, en particulier dans les pieds et les jambes, et sa vision a été considérablement réduite.

L’ayatollah Boroujerdi, 57 ans, a passé près de 10 ans dans les prisons du régime iranien, dont au moins 440 jours en isolement, en raison de son opposition à la domination cléricale. Il a été arrêté à Téhéran le 8 octobre 2006.

Des rapports antérieurs de la prison d’Evin indiquent que Boroujerdi avait été confronté à des tortures physiques et psychologiques brutales derrière les barreaux. Un rapport affirme qu’en prison son état de santé s’est considérablement détériorée et il a souffert de diverses maladies, mais on lui a refusé tout traitement ou médecine appropriée. En prison, il a développé une maladie cardiaque et rénale et des problèmes respiratoires. Il a également perdu environ 90 % de sa vision dans un oeil et a perdu beaucoup de poids. Les seuls médicaments mis à sa disposition sont des analgésiques, selon le rapport.

L’ayatollah Boroujerdi a été poursuivi à huis clos par le tribunal spécial religieux du régime.

Selon Amnesty International :

« Il a été accusé de quelque 30 infractions, y compris de ‘faire la guerre contre Dieu’ (mohareb) ; d’avoir commis des actes contre la sécurité nationale ; d’avoir qualifié publiquement le principe de leadership politique par le clergé d’illégal ; d’avoir des liens avec des anti-révolutionnaires et des espions ; et d’avoir utilisé le terme de ‘dictature religieuse’ au lieu de ‘République islamique’ dans des discours et interviews à la radio publique.

Il a été condamné à une peine d’emprisonnement de 11 ans, le 13 août 2007 et défroqué (interdit de porter ses robes religieuses et ainsi de pratiquer ses tâches religieuses). Sa maison et tous ses biens lui ont été confisqués. Sa famille lui avait pris des avocats, mais le SCC a refusé de leur permettre de le défendre au motif que seuls les clercs nommés par le pouvoir judiciaire pourraient effectuer des représentations en son nom ».

« Il est actuellement détenu dans le quartier dédié au Clergé de la prison d’Evin: il a été emprisonné pour avoir défendu la séparation de la religion et de l’Etat. Il a subi une pression accrue pour accepter d’écrire et de signer des ‘aveux’. Les autorités pénitentiaires lui ont dit au moins une fois, en octobre 2013, que s’il n’écrivait pas une lettre pour renier ses convictions, il ne serait jamais relâché ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe