jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafUn rassemblement pour la protection des opposants iraniens

Un rassemblement pour la protection des opposants iraniens

Par Hossein Abedini*

THE HUFFINGTON POST – UK – 6 septembre – Dans un effort pour éviter une catastrophe humanitaire, des milliers d’Iraniens se sont rassemblés devant le Département d’Etat américain pour réclamer la protection des 3 400 résidents iraniens du camp d’Achraf en Irak et la fin de l’embargo américain sur le plus grand groupe de l’opposition iranienne, les Moudjahidines du peuple (OMPI). Ces questions sont étroitement liées car les résidents du camp d’Achraf sont des partisans et des membres de l’OMPI.

Ce rassemblement a été organisé par des politiciens américains et d’anciens responsables de la sécurité nationale qui réclamaient que la secrétaire d’Etat Hilary Clinton écoute le rassemblement de milliers d’Iraniens et mette fin à l’interdiction américaine qui pèse sur l’OMPI. Ils n’ont pas fait leur demande uniquement parce que la levée de l’interdiction permettrait aux résidents du camp d’Achraf d’être mieux protégés, mais aussi parce que cette interdiction est injustifiée et sans aucun fondement juridique.

L’attitude des Etats-Unis à l’égard de l’OMPI a indubitablement donné au régime iranien et à ses homologues irakiens le feu vert pour commettre des atrocités contre ce groupe. Ces deux dernières années, plus de 50 résidents ont été tués dans des attaques de l’armée irakienne contre les habitants sans défense du camp et bien plus de personnes ont été exécutées en Iran à cause de leurs liens avec ce groupe. L’actuelle interdiction américaine qui pèse sur l’OMPI a permis au gouvernement irakien d’accomplir tous les ordres de Téhéran sur le sol irakien sous surveillance américaine dans ce pays.

Ma propre expérience douloureuse du terrorisme du régime iranien nous en dit long sur les grands moyens que ce régime emploiera pour réduire au silence ses opposants.

J’ai échappé de justesse à la mort en 1990 à Istanbul en Turquie, où j’aidais les réfugiés iraniens. Les terroristes du régime ont tendu une embuscade à notre voiture et m’ont blessé de plusieurs balles, dont une tout près du cœur. J’ai eu le foie transpercé et touché par des lésions définitives. Il est actuellement maintenu dans des mailles en plastique. Même après cette tentative de meurtre, le régime a par deux fois essayé de mettre fin à ma vie à l’hôpital où j’étais soigné. Une fois, le régime a envoyé ses terroristes sous le couvert d’officiers de police turcs et une autre fois ils ont prétendu être des amis qui venaient me rendre visite. Mais ces deux fois là, mes collègues qui étaient à l’hôpital et des officiers de police sur place ont réussi à déjouer ce complot à la dernière minute.

A cette époque, c’était moi qui subissais les conséquences de la politique occidentale malavisée et aujourd’hui, ce sont les résidents du camp d’Achraf. Ces résidents sont aujourd’hui en train de se faire massacrer sur le sol irakien, ce qui est justifié par le fait que l’OMPI est interdit aux Etats-Unis, interdiction dont l’absurdité et l’erreur ont été prouvées dans les tribunaux du Royaume Uni et de l’Union Européenne.

Ces 14 dernières années, l’OMPI a été injustement frappée d’interdit pour complaire au régime des mollahs, dans l’espoir que les mollahs d’Iran puissent se calmer.

Maintenant, la Secrétaire d’Etat Clinton doit faire ce qui est juste. Elle doit faire ce que l’appareil judiciaire des Etats-Unis l’oblige à faire et suivre la voie juridiquement correcte que les tribunaux du Royaume Uni et de l’Union Européenne lui ont  montrée, à savoir le retrait immédiat de l’OMPI de la liste des organisations interdites. Les jugements des tribunaux britanniques et européens ont prouvé sans équivoque que rien ne justifie le maintien du poids d’une interdiction sur l’OMPI.

La question de la radiation de l’OMPI et donc d’empêcher le massacre des résidents d’Achraf, comme l’a déclaré Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de Résistance « est  un test pour les valeurs universelles que le président Obama s’est engagé à respecter ».

Hilary Clinton doit maintenant répondre aux appels du peuple iranien et radier l’OMPI de la liste, ce qui enverrait aux Iraniens le message limpide que nous soutenons leur lutte pour la liberté et la démocratie.

* Hossein Abedini, membre du parlement en exil de la Résistance iranienne.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe