mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceUn chef tribal irakien dénonce la pression sur les membres de l'opposition...

Un chef tribal irakien dénonce la pression sur les membres de l’opposition iranienne

 « L'expulsion de l’OMPI est une grosse erreur, car ils sont indispensables contre l'ingérence du régime iranien »
 
CNRI – Le cheikh Kadhim al-Anizan, chef du Conseil tribal du sud irakien à Bassora, a souligné la nécessité de mettre pleinement en œuvre la résolution du Parlement européen sur les droits des membres de l'opposition iranienne du camp d’Achraf en Irak et a dénoncé les pressions exercées sur eux, a rapporté le quotidien irakien Al-Zaman le 12 mai.

Le camp d’Achraf, situé au nord-est de Bagdad, en Irak, abrite 3500 membres du principal groupe d'opposition, l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI). Ces derniers mois, ses habitants ont fait l'objet de pressions à la demande du guide suprême des mollahs, Ali Khamenei, qui veut faire fermer le camp et expulser ses résidents.

De nombreuses organisations internationales ont publié des déclarations exprimant leur préoccupation sur les droits des résidents d'Achraf, y compris Amnesty International. De nombreux dirigeants politiques irakiens ont appelé le gouvernement irakien à reconnaître leurs droits par écrit, sur la base des Conventions de Genève.
 
Le Cheikh al-Anizan a rappelé au gouvernement irakien ses obligations dans ce domaine.

Il a ajouté : « Les membres de l’OMPI sont les invités d'honneur de l'Irak. Ils sont considérés comme des personnes protégées et jouissent du droit à l'asile politique fondé sur les Conventions de Genève. Malheureusement, jusqu'à présent, l'Irak n'a honoré aucune des conventions internationales. Nous dénonçons la pression du régime iranien pour faire expulser l’OMPI. »

«Les résidents d’Achraf, a-t-il poursuivi, ne sont pas impliqués dans la lutte armée et ne se mêlent pas des affaires irakiennes, donc personne n'est autorisé à les déplacer ou à les assiéger. L'expulsion de l’OMPI est une grosse erreur, car ils sont indispensables contre l'ingérence du régime iranien dans les affaires intérieures de l’Irak. »