jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireTéhéran cherche toujours à fabriquer la bombe

Téhéran cherche toujours à fabriquer la bombe

France 3, Soir 3, 5 mars – L’AIEA détiendrait les preuves que l’Iran a mené un programme militaire après 2003. Pour le directeur de l’agence réunie toute cette semaine à Vienne, la république islamique aurait continué à travailler à l’élaboration d’une ogive nucléaire.

 

Lui en est persuadé, Alireza Jaffarzadeh, exilé iranien aux Etats-Unis. Il avait le premier révélé en 2002 l’existence du programme nucléaire secret des ayatollahs. Il y a 15 jours, c’est lui encore qui révélé que Téhéran cherche toujours à fabriquer la bombe.

« Le programme nucléaire militaire iranien est bien plus avancé que ce que l’on pensait. Nous avons très peu de temps pour adopter une politique ferme afin de contenir ce programme. Et je dis le décompte a commencé. Nous devons agir immédiatement. »

Là sous le contrôle des gardiens de la révolution vous pouvez le voir sur l’image, c’est le site top secret de Nouri. Un site top secret au sud-est de Téhéran dédié à la production de tête nucléaire. Autre lieu, un centre de commandement et de contrôle caché au beau milieu d’une université dans la capitale.

Ceux qui fournissent ces informations appartiennent à l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, une organisation d’opposants classée terroriste par l’Europe et les Etats-Unis. Par le passé leurs informations ont toujours été validées par l’AIEA.

« Nous avons les noms, nous avons les lieux, nous avons tous les détails, tout a été donné à l’AIEA, est-ce qu’on va attendre que l’Iran ait la bombe ? Et ensuite se demander comment réagir ? Non il faut réagir maintenant. » 

Pour Georges Leguelt non plus, le doute n’est pas permis. Ancien N° 2 de l’AIEA, il a fait toute sa carrière au commissariat à l’énergie atomique. Lui pose deux questions : pourquoi l’Iran depuis 5 ans et demi n’a toujours pas fourni toutes les réponses à l’AIEA et pourquoi enrichir de l’uranium, alors que les Russes fournissent en combustible le réacteur civil iranien de Bouchehr :

« C’est assez inquiétant de voir que les Iraniens continuent sans aucune espèce de perspective de s’arrêter, un produit qui n’aura probablement aucune utilisation pacifique.»

Hier le conseil de sécurité de l’ONU a durci ses sanctions contre l’Iran. C’est sa troisième résolution, comme les précédentes, elle donne trois mois à l’Iran pour suspendre ses activités nucléaires, dites sensibles.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe