samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes récentes menaces terroristes prouvent que le régime iranien est incapable de...

Les récentes menaces terroristes prouvent que le régime iranien est incapable de négocier ou de se réformer

Les récentes menaces terroristes prouvent que le régime iranien est incapable de négocier ou de se réformer

Les activités terroristes du régime iranien ont connu une récente recrudescence. Les autorités occidentales ont déjoué plusieurs complots d’assassinat et enquêté sur les réseaux d’agents de Téhéran qui s’emploient à surveiller, diffamer et attaquer directement les dissidents expatriés dans le monde entier. Malheureusement, ces actions de lutte contre le terrorisme n’ont pas encore eu de conséquences pour le régime dans son ensemble, ou n’ont pas encore permis de s’éloigner des politiques occidentales que les critiques ont qualifiées de tendance à la « complaisance« .

La semaine dernière, un homme de 24 ans, dont les médias sociaux avaient exprimé l’admiration pour le Corps des gardiens de la révolution (pasdaran), a sauté sur la scène d’un événement littéraire dans l’ouest de l’État de New York, avec l’intention apparente de mettre en œuvre la fatwa vieille de 33 ans par laquelle le premier Guide Suprême du régime a appelé à la mort de l’auteur des Versets sataniques, Salman Rushdie. L’incident s’est produit quelques jours seulement après que le Département américain de la Justice a révélé les détails du complot d’un membre du Corps des gardiens de la révolution islamique (pasdaran) visant à assassiner l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton.

Le mois précédent, les autorités albanaises ont également révélé les détails de leur opération visant les espions et les terroristes potentiels de Téhéran dans ce pays, qui abrite également le quartier général en exil du principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI).

Le 12 juillet, le Tribunal spécial pour la lutte contre la corruption et le crime organisé a émis des mandats de perquisition pour plusieurs propriétés associées à des agents connus ou présumés du régime des mollahs. Les perquisitions, saisies de biens et détentions qui ont suivi ont été officiellement expliquées comme étant destinées à empêcher « toute attaque terroriste éventuelle« .

Le danger d’une telle attaque est de notoriété publique en Albanie au moins depuis mars 2018, lorsque les autorités ont déjoué un complot visant à attaquer le siège de l’OMPI, avec un camion piégé. À peine trois mois plus tard, un danger très similaire a été exposé en Europe occidentale lorsque quatre agents iraniens, dont un diplomate de haut rang, ont été pris en train de tenter de faire exploser le rassemblement international d’expatriés et de partisans politiques iraniens qui était organisé juste en dehors de Paris par la coalition mère de l’OMPI, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI).

L’attaque contre Salman Rushdie a eu lieu le jour même où le coordinateur de l’Union européenne pour les négociations nucléaires a présenté au régime des mollahs ce qu’il a appelé le « texte final » d’un accord visant à rétablir le respect mutuel du plan d’action global conjoint. Lundi dernier, Téhéran a répondu à ce texte en tentant une nouvelle fois de prolonger les négociations et d’arracher de nouvelles concessions à ses adversaires occidentaux.

Les critiques ont trouvé la conduite du régime frustrante depuis le début des efforts sérieux pour relancer l’accord il y a 17 mois. Le processus de négociation a été bloqué pendant cinq de ces mois après la nomination du nouveau président iranien Ebrahim Raïssi, en juin 2021. Lorsque les négociateurs iraniens sont finalement retournés à Vienne pour de nouvelles discussions, ils l’ont fait avec une nouvelle série d’exigences étrangères et un engagement sensiblement plus ferme à ne pas faire de compromis. Puis, en mars, les négociations se sont à nouveau arrêtées brusquement, après quoi Téhéran a insisté sur le fait que ses représentants ne reviendraient que pour conclure un accord final basé sur toutes les demandes en suspens du régime.

Téhéran a alors insisté sur le fait que ses représentants ne reviendraient que pour conclure un accord final basé sur l’ensemble des exigences du régime. L’intransigeance de Téhéran serait exaspérante en toutes circonstances, mais elle l’est d’autant plus que l’on prend de plus en plus conscience des menaces terroristes qui sont soit étroitement associées aux dirigeants iraniens, soit directement liées à eux. Ces deux tendances soulignent l’espoir d’impunité du régime, ainsi que son mépris flagrant pour toutes les normes internationales. Mais elles contribuent également à révéler la vulnérabilité du régime, dans la mesure où elles montrent qu’il ne peut se soustraire ni à son parrainage du terrorisme ni à la perspective d’un allègement des sanctions dans le cadre d’un nouvel accord nucléaire.

En premier lieu, le terrorisme permet au régime de projeter une fausse image de force à ses adversaires, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, ce qui renforce le message véhiculé par les actions répressives du gouvernement en Iran. Cette répression intérieure s’est accélérée sous l’ère Raïssi, comme on pouvait s’y attendre en raison de la participation directe de l’actuel président à des violations majeures des Droits de l’Homme et à des crimes contre l’humanité.

En 1988, Raïssi a été l’un des quatre membres de la « commission de la mort » de Téhéran qui a supervisé les exécutions massives de détenus politiques dans les prisons d’Evin et de Gohardacht. Ces exécutions faisaient partie d’un massacre national qui visait principalement l’OMPI et a fait plus de 30 000 victimes. Les auteurs du massacre ont été systématiquement récompensés par des postes de plus en plus puissants et influents depuis lors. Avant de devenir président, Raïssi a été chargé de superviser une « fondation religieuse » qui finance régulièrement des activités terroristes, puis de superviser le système judiciaire fédéral.

Dans ce dernier rôle, Raïssi a aidé à mener à bien la répression de la dissidence qui a suivi le déclenchement d’un soulèvement national en novembre 2019 – l’un des nombreux de ces dernières années. Environ 1 500 manifestants pacifiques ont été tués dans des fusillades de masse ce mois-là, et pendant plusieurs mois par la suite, le système judiciaire de Raïssi a mené une campagne de torture contre les personnes arrêtées dans le cadre des manifestations. Cependant, ces actions n’ont pas réussi à empêcher de nouveaux soulèvements et ont même semblé attirer davantage l’attention sur les crimes passés de Raïssi.

Lorsque le Guide Suprême, Ali Khamenei, a présenté Raïssi comme le seul candidat viable à la présidence, il a été condamné par une grande partie de la population iranienne comme le « boucher de Téhéran ». La participation au simulacre d’élection de juin 2021 a été la plus faible de l’histoire du régime des mollahs, et sa nomination a été rapidement suivie d’un nouveau mouvement de protestation avec des slogans comme « A bas Raïssi » et « A bas le dictateur », en référence à Khamenei.

Ces slogans sont encore largement diffusés aujourd’hui, et de nouvelles manifestations ont éclaté le 16 août dans la ville de Shahrekord à cause de la pénurie d’eau. Chaque manifestation est un nouveau rappel de la vulnérabilité du régime des mollahs, car elle représente un défi ouvert aux efforts déployés par le régime pour menacer ses adversaires, tant sur le territoire national qu’à l’étranger. Le taux d’exécutions est monté en flèche depuis l’arrivée au pouvoir de Raïssi, avec plus de deux fois plus de prisonniers tués au cours du premier semestre 2022 qu’au cours du premier semestre 2021 ; pourtant, il semble que cela n’ait fait que susciter davantage de protestations ainsi qu’une plus grande prise de conscience internationale des violations des Droits Humains commises par le régime.

L’attentat contre Salman Rushdie et la révélation de complots visant Achraf 3 et l’ambassadeur Bolton rappellent que le mépris de Téhéran pour les Droits de l’Homme ne se limite pas à son propre territoire. Cela devrait amener les responsables politiques occidentaux à comprendre que leurs relations avec les mollahs doivent porter sur l’ensemble de ses activités malveillantes. Il est évidemment contraire aux intérêts essentiels des États-Unis et de l’UE que leur désir de rétablir un accord nucléaire très critiqué les conduise à négliger les menaces terroristes qui les touchent directement. Mais même si ces menaces n’étaient pas aussi apparentes qu’elles le sont aujourd’hui, il serait tout de même insensé de la part des décideurs occidentaux de traiter le régime iranien comme un partenaire de négociation ordinaire ou comme une nation capable de se réformer sous son régime terroriste actuel.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe