mercredi, octobre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: traité belgo-iranienArrêtez le traité honteux de la Belgique avec le régime terroriste iranien

Arrêtez le traité honteux de la Belgique avec le régime terroriste iranien

Déclaration urgente
Arrêtez le traité honteux de la Belgique avec le régime terroriste iranien

Paris, le 01 juillet 2022

Un accord honteux entre les autorités belges et la théocratie au pouvoir en Iran facilite la libération du diplomate-terroriste de Téhéran Assadollah Assadi. Assadi a été arrêté en 2018 avec ses trois complices alors qu’ils tentaient de faire exploser une bombe au
rassemblement de l’opposition iranienne en France à Villepinte.

Le parlement belge a confirmé l’urgence de ce projet de loi permettant au gouvernement de transférer des condamnés comme Assadi. Ce projet de loi sera prochainement soumis au parlement pour adoption. Une fois adopté, ce projet de loi permettra au
gouvernement belge de libérer Assadi.

Assadi a été condamné à 20 ans de prison et en a purgé quatre. Ainsi, il est éligible pour être transféré en Iran, où il échappera à la justice pour ses crimes. Les preuves révélées lors du procès des terroristes ont souligné qu’Assadi supervisait un vaste réseau d’espionnage à travers l’Europe tout en bénéficiant de son statut diplomatique en tant que troisième secrétaire de l’ambassade du régime à Vienne.

Assadi et ses complices ont tenté de commettre un attentat à la bombe contre le rassemblement annuel « Pour un Iran libre » de la Résistance iranienne à Paris, auquel assistaient des centaines de personnalités européennes et américaines, ainsi que plus de 100,000 Iraniens et défenseurs de la liberté du monde entier. Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), était la cible principale du complot déjoué.

Cet accord, initialement signé en mars 2022, a été présenté au parlement belge le 30 juin, et le parti au pouvoir a l’intention de procéder à sa ratification. Cet accord se décrit comme « la plus large mesure d’entraide judiciaire dans les enquêtes, les poursuites judiciaires et les procédures pénales relatives aux infractions. Selon le texte, « une personne condamnée sur le territoire d’une partie peut être transférée sur le territoire de l’autre partie, conformément aux dispositions du présent traité, afin d’y purger le reste de la peine qui lui est infligée . »

L’accord autorise la libération de criminels comme Assadi si les « États de condamnation et d’administration acceptent le transfert », révélant comment la Belgique s’est soumise au plus grand État parrain du terrorisme en Iran.

Dans une déclaration le 1er juillet, Mme Radjavi a appelé tous les dignitaires politiques, députés belges, eurodéputés et parlementaires des autres pays européens à prendre des mesures urgentes pour empêcher l’adoption de ce projet de loi.

«Le plan de carnage près de Paris aurait pu devenir le plus grand attentat terroriste en Europe. S’il est adopté, le projet de loi encouragera le fascisme religieux à Téhéran à mener son terrorisme. Personne en Europe ne sera en sécurité contre les assassins au pouvoir en Iran », a souligné Mme Radjavi.

Elle a également souligné que « le peuple iranien et sa Résistance ont demandé et continuent de demander à ces gouvernements de rester fermes contre le terrorisme d’Etat sournois du principal parrain et banquier central du terrorisme international.»

Nous réitérons l’appel de Mme Radjavi et soutenons pleinement toute initiative visant à tenir le régime iranien responsable de son terrorisme endémique.

Le gouvernement belge devrait immédiatement mettre fin à cet accord honteux avec le régime iranien, car il crée un dangereux précédent et met en péril la sécurité et la stabilité en Europe.

Pour le CFID
François Colcombet

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe