vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafSyrie-Irak-Iran : les aveux du commandant des gardiens de la révolution sur...

Syrie-Irak-Iran : les aveux du commandant des gardiens de la révolution sur Achraf et la Syrie

CNRI – Le commandant de la force Qods des gardiens de la révolution, Ghassem Soleimani, a briefé mardi les responsables du régime sur l’opération chapeautée par les pasdaran à Achraf en Irak, le 1er septembre, faisant 52 morts et sept disparus. La force Qods est chargée des opérations terroristes extraterritoriales du régime.

Pour Ghassem Soleimani, cette opération revêt une importance supérieur à  «Mersad», la plus grande opération du régime dans les années 1980. Cette comparaison revient à revendiquer la responsabilité du massacre d’Achraf par le régime iranien.

Ghassem Soleimani, un proche du Guide suprême du régime, Ali Khamenei, s’adressait à une réunion de l’Assemblée des Experts (une instance dirigeante qui se réunit deux fois par année, dont les membres sont nommés par le Guide suprême du régime).

 

La tuerie d’Achraf constituait le principal sujet abordée par Ghassem Soleimani dans son brieafing. L’ agence de presse FARS, affilié aux gardiens de la révolution, a rapporté ce mercredi:
«Un membre de l’Assemblée des Experts dans un entretien avec un journaliste politique de l’agence Fars a évoqué le discours du commandant hadj Ghassem Soleimani hier à l’Assemblée des Experts. Il a dit que dans cette réunion, le commandant Soleimani a abordé l’affaire de l’Irak et du camp d’Achraf où plus de 50 d’entre eux ont été tués, dont beaucoup étaient des dirigeants des Monafeghine (terme péjoratif du régime désignant l’Ompi) ainsi que 10 personnes disparues. Il a estimé que cette affaire, est plus importante que la bataille de Mersad et qu’il s’agit d’une promesse de Dieu qui s’est réalisée.»

Mersad est le nom que porte une grande bataille en 1988, qui avait engagé l’ensemble des forces du régime face à une grande offensive de l’Armée de Libération nationale iranienne (ALNI, le bras armé de la résistance). Les mollahs ont réitéré à maintes reprises que cette bataille surpassait par son importance, tous les autres batailles du régime durant la guerre Iran-Irak*.

Au sujet de la Syrie, deuxième sujet élaborée par le commandant de la force Qods, ce dernier a insisté : «Nous soutiendrons la Syrie jusqu’au bout.» «Les USA ne sont pas préoccupés par la démocratie en Egypte, par des droits de l’homme en Syrie ou par la question nucléaire en Iran, leur but principal c’est de briser la ligne de résistance.»
« La ligne de la résistance» se réfère au front constitué par les mollahs dans la région constituée des dictatures syrienne, irakienne et du groupe terroriste du Hezbollah libanais. Le tout, chapeauté par l’Iran.

Ghassem Soleimani a souligné: « la Syrie est en première ligne du front de résistance qu’on ne peut ignorer. »
Selon les observateurs, si la publication de ces propos par Ghassem Soleimani ne rendent pas service au régime sur le plan international, elle lui est utile à l’intérieur pour masquer la faiblesse du régime et rehausser le moral de ses troupes
———————-
* Note : Lors de la bataille Lumière Eternelle (que le régime a nommé Mersad) en juillet 1988 de l’Armée de Libération nationale iranienne, la Résistance est arrivée aux portes de la ville de Kermanchah, en Iran. Le régime des mollahs sentant le danger de son renversement a mis toutes ses forces dans la bataille. Le régime a subi plusieurs dizaines de milliers de pertes. La résistance a perdu 1300 de ses combattants, tués ou capturés. Plus de 25 ans après le régime se souvient toujours du coup de massue et de l’effroi que lui a causé cette bataille.

Agence officielle Fars, du Corps des gardiens de la révolution

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe