mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireSoir 3 : Nucléaire, l’Iran ne désarme pas.

Soir 3 : Nucléaire, l’Iran ne désarme pas.

1er août 2013

Un coup de projecteur sur l’Iran : samedi aura lieu la prise de fonction du nouveau président Hassan Rohani, un homme présenté comme modéré, mais difficile de dire encore quels seront ses choix sur la question du nucléaire. D’autant que, vous allez le voir, le pays n’a jamais cessé de construire des installations pour lesquelles la finalité militaire semble avérée.

Un reportage de Regis Nusbaum :

C’est dans le nord du pays que Téhéran serait en train de construire un nouveau site nucléaire secret à proximité de la ville de Damavand. Son nom de code Madan Sharg. Quatre tunnels ont été creusés dans la montagne. Pour les Moudjahidines du peuple d’Iran qui révèlent l’information, aucun doute sur le caractère nucléaire du site.

Shahin Gobadi, Conseil national de la résistance iranienne : Nous avons obtenu cette information de 50 sources différentes au sein du régime iranien. On retrouve les personnages et les entreprises qui avaient déjà participé aux précédents projets nucléaires.

Les travaux auraient commencé en 2006 comme le montrent ces photos satellites, prises à différentes dates, où l’on peut voir la progression des installations. Un projet supervisé par cet homme : Mohsen Fakhrizadeh, officiers des gardiens de la révolution, personnage clé du programme nucléaire iranien.
Téhéran a démenti l’information, mais dans le passé les Moudjahidine du peuple d’Iran ont déjà levé le voile sur d’autres installations secrètes : à Natanz, Arak ou encore Fordou. Autant d’élément d’un programme dont la finalité militaire ne fait guère de doute aux yeux des experts.

Denis Bauchard, ancien diplomate, conseiller Moyen-Orient : Un certain nombre d’indices laissent penser qu’il s’agit d’un programme qui peut avoir une finalité militaire. Ça ne veut pas dire que l’Iran a décidé de se doter d’un arsenal nucléaire. L’Iran peut simplement s’efforcer d’avoir un programme qui aboutisse à ce qu’on appelle le seuil. Un certain nombre de pays sont au seuil. Ça veut dire qu’ils sont dans la capacité de fabriquer dans un délai relativement rapide un arsenal nucléaire, mais n’en sont pas présentement doté.

Pas de réaction officielle de l’AIEA qui dit vouloir vérifier les informations sur ce nouveau site nucléaire secret. Une confirmation de son existence pourrait mettre à mal l’image modérée du nouveau président iranien Hassan Rohani. Même si le dossier nucléaire est du domaine quasi exclusif du Guide suprême Ali Khamenei.