vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafSi on défend la dignité de l’humanité, si on touche un seul...

Si on défend la dignité de l’humanité, si on touche un seul être humain on touche l’ensemble de l’humanité (Tasha de Vasconcelos)

A l’occasion de la Journée mondiale des femmes, des milliers de défenseurs et militants des droits humains ont participé à une conférence à Paris 10 mars 2012. voici l’intervention, Tasha de Vasconcelos, l’ambassadrice de l’Union européenne pour les causes humanitaires   

Voir le clip

Mesdames et Messieurs, c’est un grand honneur d’être parmi vous aujourd’hui, je me sens toute petite devant vous et je vous salue du fond du cœur pour votre engagement fort envers la dignité des femmes du monde.
I come back to you from a month and a half in Africa, where I was born. I bring you the joy of the people of Africa and bring you – in a world where we live – a message of confidence, in humanity from the continent where I was born that is brought me back to realizing more and more how much we need each other. With the solidarity of women and each of us together we can indeed change the world. I was born in Mozambique, I am an African, we all have in our DNA shared values, the values that I found in abundance in Africa : love for family, children and humanity. And this is the reason why I’m speaking today.

Aujourd’hui, nous sommes réunis pour apporter notre soutien aux hommes et aux femmes. Je rappelle qu’ils sont 3 400, dont 1 000 femmes, qui sont enfermés dans des conditions indignes en Irak dans le camp d’Ashraf et de Liberty. Ces gens avaient été expulsés de leurs pays, étant tous des opposants à la dictature intégriste de leur pays. En cas de retour, leur vie serait en grand danger. Ce sont des artistes, des écrivains, des poètes, des étudiants, des ingénieurs issus des plus grandes universités et des gens de toutes générations. Ce sont tous des résistants.

En 2003, les Américains ont confié la gestion du camp aux Irakiens, malheureusement les Irakiens se sont conduits de la même façon que les Iraniens et la vie des réfugiés est devenue un calvaire. Les Irakiens ont attaqué ce camp d’Ashraf à deux reprises : tuant la première fois 11 personnes puis 36 personnes. Après de nombreuses condamnations internationales, Ashraf devait être fermé et les réfugiés transférés vers un nouveau camp du nom poétique de Liberty dans l’attente d’être accueillis dans des pays tiers. Mais en fait, Liberty est une véritable prison, un vrai camp de concentration : impossible de sortir du camp, aucune liberté, impossible de recevoir la moindre visite de la famille, d’avocats, de journalistes. On a construit un mur de 4 mètres de hauteur. Les édifices sont gardés en permanence par des militaires fortement armés, ils sont surveillés par des caméras et des écoutes électroniques. Ils n’ont aucune vie privée possible. Des difficultés quotidiennes pour avoir de l’eau, de l’électricité et du carburant.

Aujourd’hui, je veux avec vous dire que cela suffit. Avec vous, je demande la retraite des militaires. Il faut redonner des conditions normales, dignes pour tous ces réfugiés. Il faut que Liberty cesse d’être un camp de concentration, il faut que les pays tiers accueillent les réfugiés de ce camp avant les transferts d’Ashraf vers Liberty. Parquer des gens dans un camp pour qu’ils ne nuisent pas à un état totalitaire a de mauvais augures. En 1936, on a trouvé toutes les bonnes raisons de ne pas voir ou d’excuser tout ce qu’il s’est passé en Allemagne. On a vu quelques années plus tard le résultat. Ne perdons pas la mémoire, soyons vigilants.
Je partage le souci de Madame Maryam Radjavi et je la soutiens dans son combat.
Maryam Radjavi has been one of escape from revolution, and the pression, and violence when the civil war broke out in my own country, Mozambique, and then latter in Zimbabwe. I too I’ve lived as a refugee. I’ve also been very privilege in my life and that has given me opportunities to serve in my turn. And I know that there is no greater privilege than seeing people enter into genuine liberty.

Le 8 mars 2010, journée mondiale de la femme, le Président José Manuel Barroso m’a nommé ambassadeur humanitaire pour l’Union européenne avec un mandat jusqu’à 2015. Ce jour-là j’ai dit : « j’espère sensibiliser les états membres à poursuivre leurs engagements envers les pays en voie de développement, notamment dans le cadre des objectifs du millénaire ». Aujourd’hui comme hier et encore certainement demain, je reste encore fidèle à cet engagement.

Today, we want to cry out and raise our voices on behalf of all thus in places such as camp Liberty, those who have no voice that they can use themselves. We want to say a forum and undeniable know on behalf of all women. Be they single, mothers, wifes, daughters or sisters. Simply because they are our sisters, simply because they are human beings.
Si on défend la dignité de l’humanité, si on touche un seul être humain on touche l’ensemble de l’humanité. Aujourd’hui, les femmes et les enfants sont en danger et je crie du fond du cœur pour ceux qui n’ont pas de voix et qui ne sont jamais entendus. J’espère bientôt pouvoir aller rencontrer ces hommes et ces femmes courageux dans ce camp Liberty. Mesdames et Messieurs, merci de m’avoir entendu.

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe