mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertySept mensonges significatifs de Kobler et la nécessité de faire accompagner les...

Sept mensonges significatifs de Kobler et la nécessité de faire accompagner les agents de Kobler à Liberty par des représentants américains et du HCR

Le 10 avril, les habitants de Liberty ont écrit dans une lettre conjointe (avec 3087 signatures) au Secrétaire général de l’ONU et au Haut Commissaire pour les réfugiés : « Nous (…) vous demandons officiellement d’interdire à Martin Kobler d’intervenir dans tous les aspects de nos affaires. Il est amplement prouvé qu’il coopère avec la dictature en Iran sur notre dossier, nous n’avons pas confiance en lui. »

Le 13 avril Kobler a riposté et dans une lettre de 400 mots à Mme Radjavi, en énumérant 7 mensonges afin de remédier à sa perte de crédibilité.

1 – Kobler écrit : « Je vous remercie beaucoup pour votre réponse au message que je vous ai envoyé la semaine dernière. »  Or Mme Radjavi n’a pas eu de rencontre, ni de communication avec Kobler depuis le 26 juillet 2012 et ne lui a pas répondu. Le représentant des résidents n’a pas non plus répondu aux lettres de Kobler depuis le 15 novembre 2012, sauf le 7 février, quand il a écrit : «Votre mail du 6 février 2013 contient des points non fondés et je crains que cela n’ouvre la voie à des pressions sur les habitants d’Achraf et de Liberty, et les spolie de leurs biens ».

2 – Kobler écrit : «J’ai en face de moi les dernières statistiques sur où nous en sommes à propos des grands murs en T, des petits murs en T, des abris, des sacs de sable, des équipements de protection individuelle (EPI) et de l’équipement d’urgence à la clinique. »

Il veut faire croire qu’au moins une partie des besoins urgents en sécurité des résidents a été réglée. Pendant ce temps, pas un seul mur en T sur les 17.500 n’a été ramené, l’entrée des sacs de sable n’a pas été autorisée sur ordre du ministre iranien du Renseignement en dépit des accords préalables, les équipements de protection individuelle comme les casques et gilets, et équipements médicaux n’ont pas obtenu la permission d’être transférés d’Achraf.

3 – Kobler écrit : «Je vous exhorte à assister à la réunion de la direction du camp mardi. On ne peut pas déplorer la situation de la sécurité d’un côté et boycotter les réunions de la direction du camp de l’autre ».

Il sait bien que les représentants des habitants participent toujours aux réunions de la direction du camp avec le colonel Haghi les mardis. Par ce mensonge ridicule, il veut faire porter le tort des questions de sécurité sur les résidents et retourner contre eux comme une arme leur refus de rencontrer le meurtrier Sadeq Mohammad Kazem, qui est recherché par la justice espagnole.

4 – Kobler écrit : « Sur les 173 résidents prévus dans le conseil pour le départ en Albanie, ils étaient seulement trois à participer. 170 résidents ne se sont pas présentés (du 7 au 11 avril). »

Ces chiffres sont absolument faux. En aucun cas, du 7 au 11 avril, 173 personnes ont été convoquées pour le conseil concernant l’Albanie. Sur la base de l’accord entre le représentant des résidents et le représentant du HCR, les malades et les cas prioritaires de la liste n° 1 sont prêts à se rendre en Albanie depuis le 21 mars et sont passés par des procédures bureaucratiques du HCR, mais il n’y a pas de date fixée pour leur transfert en Albanie. il y a peu, Kobler disait et écrivait à grand renfort de propagande que 210 personnes iraient en Albanie en avril, mais à la mi-avril pas un seul résident n’a été transféré.

Par ce mensonge, Kobler tente de dissimuler le fait qu’il a déclaré explicitement le 6 avril à la chaine de TV Al-Tagheer qu’à l’heure actuelle, la perspective de réinstallation ne touche que 10 pour cent des résidents. Le 12 avril adjoint Kobler a écrit : « Ce chiffre (210) peut augmenter pour couvrir 10 pour cent de toutes les personnes actuellement en camp Liberty. »

De fait Kobler admet par coïncidence que le problème de sécurité urgent demeurera pour 90% de la population de Liberty qui est confrontée à toutes sortes de dangers et de menaces. C’est pourquoi la Résistance iranienne met l’accent sur la nécessité de transférer les habitants de Liberty vers un endroit plus sûr, comme le souligne le communiqué du Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. Dans les circonstances actuelles, ce lieu ne peut être qu’Achraf.

5 – Kobler, qui fait face aux protestations générales du peuple irakien réclamant son remplacement en raison de sa coopération avec Maliki, prétend en fabriquant un scénario ridicule que la cause de l’opposition du peuple irakien à son en contre, ce sont les eurodéputés à Bruxelles qui défendent les droits des résidents d’Achraf et de Liberty. Kobler écrit : «Jeudi dernier, je suis allé à Mossoul aussi pour rencontrer M.  Ghanem el Abed, qui m’a écrit avoir plusieurs milliers de signatures demandant mon remplacement. Je pourrais comprendre qu’un transfert des signatures à Bagdad aurait été difficile, comme vous me l’avez dit. Cependant M. Ghanem n’a pas produit les signatures, mais a lu une déclaration à la place faisant également référence à la réunion de Bruxelles. »

Or le porte-parole des manifestants à Mossoul a déclaré à Al-Sharqia TV le 11 avril, à propos de sa rencontre avec Martin Kobler : «Il parlait des Moudjahidine du peuple, comme s’il avait oublié qu’il était en Irak et dans la province de Ninive. Nous lui avons parlé de prisonniers innocents (Irakiens), il a dit les Moudjahidine du peuple ! Nous l’avons accusé d’être un criminel et un collaborateur majeur dans l’assassinat d’Irakiens et d’être partial en faveur du gouvernement irakien, et de manquer d’intégrité professionnelle. »

6 – Kobler écrit : « Je voudrais à nouveau vous rappeler que les observateurs de l’ONU doivent avoir accès aux résidents en particulier. Les observateurs rapportent qu’on les a informés que des réunions privées ne pourraient avoir lieu sans l’approbation du chef de section. »

Ce mensonge est une mise en scène claire pour préparer des mesures répressives du gouvernement irakien. Comme les habitants et leurs représentants l’ont dit des dizaines de fois, si Kobler a un minimum d’honnêteté et d’intégrité, il dirait qui et dans quelle section de Liberty et à quel observateur de la MANUI ceci a été dit.

7 -Afin de gérer le rôle d’un de ses agents spéciaux dans la persécution des résidents, y compris la guerre psychologique et le harcèlement des malades paralysés pendant leur temps de repos et donner des rapports faux et trompeurs contre les résidents, Kobler écrit : «Je tiens également à souligner de nouveau que le comportement agressif vis-à-vis des observateurs, comme cracher dans leur direction, est inacceptable. »

Les résidents et leurs représentants ont dénoncé de façon répétée ce mensonge de Kobler et ont expliqué que les résidents n’ont jamais eu de comportement agressif envers les observateurs, ni ne les ont insultés. Le fait est que sur la base de l’expérience de l’an passé et malgré la bonne volonté et la coopération globale des résidents, de leurs représentants et de Mme Radjavi avec Kobler et la MANUI, la vraie mission de Kobler n’a pas été de surveiller la situation des habitants de Liberty afin de leur donner leurs droits selon les normes humanitaires et des droits humains, mais de protéger l’Irak et les intérêts du régime des mollahs, et de persécuter et torture psychologiquement les résidents. L’agent spécial de Kobler qui transmet les messages des servies de renseignement des mollahs, comme le souligne le communiqué du 11 avril du CNRI, cherche à créer des troubles et des provocations à Liberty et à fournir un prétexte à des mesures répressives contre les résidents.

C’est pourquoi les représentants et les avocats des résidents les 8, 11, 12 et 13 avril, ont vivement invité les représentants du HCR et des USA à Liberty, Genève et Washington de faire accompagner les agents de Kobler dans toutes les visites à Liberty par des représentants américains et du HCR jusqu’à ce que la responsabilité de Liberty soit donné au HCR dans le cadre de l’ONU, de sorte qu’il ne soit pas possible de publier des déclarations fausses et contradictoires.

Regrettablement, l’ambassade américaine à Bagdad n’a pas accepté cette invitation, s’en remettant à l’ONU. pourtant la secrétaire Clinton avait souligné dans sa déclaration du 25 décembre 2011, que «les autorités de l’ambassade américaine à Bagdad visiteront (le camp Liberty) régulièrement et fréquemment ».

La Résistance iranienne souligne sérieusement une fois de plus la nécessité de faire accompagner les agents de Kobler par un représentant de l’ambassade américaine et un représentant du HCR, afin de voir les faits d’eux-mêmes et assurer la véracité des allégations de Kobler contre les résidents à chaque fois.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 14 avril 2013
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe