lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésRenouvellement du mandat du Rapporteur spécial pour les Droits de l'homme en...

Renouvellement du mandat du Rapporteur spécial pour les Droits de l’homme en Iran

CNRI – Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies réunies à Genève, a décidé de renouveler le mandat d’Ahmed Shaheed, le Rapporteur spécial pour les droits de l’homme en Iran, le Conseil national de la Résistance iranienne s’est réjouit de la nouvelle.

 

 

Ancien ministre des Affaires étrangères des Maldives, Ahmed Shaheed a été chargé depuis juin 2011 de rapporter sur l’évolution des droits de l’homme en Iran. Au cours des quatre dernières années, il a préparé pour les Nations unies plusieurs rapports sur les droits de l’homme en Iran. Dans son dernier rapport, publié le 17 mars, le Rapporteur spécial a fait état de 1539 exécutions depuis 2011 en Iran.

 

En représailles, les mollahs ont lancé une vaste campagne de dénigrement à l’encontre du Rapporteur spécial afin d’empêcher le renouvellement de son mandat. Le mollah Ebrahim Raïssi, numéro 2 de l’appareil judiciaire, a affirmé le 30 janvier dernier que « le Rapporteur de l’ONU a proféré de nombreux mensonges et a mis en cause l’indépendance du pouvoir judiciaire en Iran, il doit être traduit en justice ». Mohammad-Javad Laridjani, le conseiller spécial du pouvoir judiciaire, avait pour sa part déclaré qu’« Ahmed Shaheed est un malfrat » (agence Tasnim, 27 janvier 2014). Le porte-parole des AE du gouvernement Rohani a mis de côté toute “modération” et qualifié « la nomination d’un rapporteur spécial sur les droits de l’homme » comme une « insulte ».

 

Dans son rapport de 23 pages au Conseil des droits de l’homme, qui siège actuellement à Genève,  Ahmed Shaheed a souligné: « Depuis le 14 janvier 2014, au moins 895 prisonniers d’opinion ont été arrêtés en Iran. Ce nombre comprend 379 militants politiques, 292 défenseurs des droits de l’homme, 71 militants des droits civiques, 37 journalistes et 24 étudiants. » 

 

Le rapport mentionne de nombreux témoignages d’anciens prisonniers politiques sur les sévices terribles qui ont cours dans les prisons iraniennes. Il souligne que depuis 2009, l’année du grand soulèvement populaire des iraniens, 42 avocats ont été arrêtés ou poursuivis en justice. Déplorant l’absence d’un pouvoir judiciaire indépendant, le Rapporteur spécial a relevé la menace permanente qui plane sur les avocats indépendants en Iran.

 

Ahmed Shaheed a rappelé que depuis l’élection d’Hassan Rohani, il avait présenté deux demandes d’autorisation pour visiter l’Iran, en vain. Malgré des demandes répétées de la communauté internationale, le régime des mollahs n’a autorisé non plus, aucun des Rapporteurs thématiques de l’ONU sur les droits humains à se rendre en Iran.

 

La nomination d’Ahmed Shaheed est avant tout un échec à la campagne lancée par le gouvernement de Rohani pour faire croire à un changement en Iran en matière des droits de l’homme.

 

La résistance iranienne s’est réjouit du renouvellement du mandat du rapporteur spécial de l’ONU chargé de l’Iran. Elle a souligné que durant la présidence de Rohani les droits les plus élémentaires des Iraniens ont été bafoués systématiquement et les réfugiés iraniens en Irak, à Achraf et ensuite dans le camp Liberty, ont été perpétuellement cibles d’attaques meurtrières.

Le CNRI a souligné à cette occasion qu’en aucun cas la gravité de la situation des droits de l’homme en Iran ne doit être ignorée sous prétexte de négociations sur le nucléaire ou toutes autres considérations politiques.

 

 

 

 

 

                                               

 

    

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe