mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRassemblement en Suède à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine...

Rassemblement en Suède à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort – vidéo

Rassemblement en Suède à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort

Le 10 octobre, à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort, la communauté iranienne et les sympathisants de la Résistance iranienne ont condamné les exécutions commises par le régime iranien, lors d’un rassemblement devant le Parlement suédois à Stockholm.

En présence de plusieurs personnalités politiques et des défenseurs des droits de l’homme, ils ont exprimé leur soutien au Mouvement de quête de justice pour les victimes du massacre de 1988 en Iran et à la poursuite des auteurs de ces crimes contre l’humanité.

Désignant le régime des mollahs comme le détenteur du record du plus grand nombre d’exécutions dans le monde, les orateurs ont exprimé leur soutien à la mise sur pied d’une Commission internationale d’enquête sur le massacre de 30 000 prisonniers politiques ordonné par Khomeiny en 1988.

Dans son allocution, Struan Stevenson a souligné la responsabilité de la communauté internationale et en particulier celle de l’Union Européenne, dans la lutte contre les exécutions brutales, et a exhorté les Etats européens à protester contre la vague d’exécutions en Iran et à réprouver les visites de responsables européens en Iran.

Tahar Boumedra, adjoint de l’Organisation pour la justice en faveur des victimes du massacre de 1988 en Iran, a souligné que les investigations sur les auteurs du crime ne seront pas possible sans la mise en place d’une Commission d’enquête indépendante capable, au niveau international, d’obliger le régime à rendre des comptes.

« Nous avons organisé de nombreuses manifestations avec le même contenu pour mettre un terme à la peine de mort en Iran », a déclaré l’Ambassadeur Andrea Budkol, directeur adjoint d’Amnesty International en Suède. Nous sommes tous d’accord sur le fait que les conditions en Iran sont désastreuses. La situation, en termes de violation des droits de l’homme est toujours très critique. Le nombre réel d’exécutions est bien supérieur à ce qui est officiellement publié. Parce que de nombreuses exécutions sont effectuées secrètement. Un grand nombre d’opposants au régime iranien sont également exécutés comme des « criminels ordinaires ». Certains sont également exécutés sur le chef d’accusation de « Moharebeh » (inimitié contre Dieu). »

Le célèbre artiste kurde, Kamal Gurag, basé en Suède, a entamé son discours par une épopée kurde célèbre et a déclaré : « le régime au pouvoir en Iran est un régime fasciste que le peuple déteste… Je ne vois pas la différence entre les lois iraniennes (celles du régime) et les règles établies par Daech. Le régime iranien est l’assassin de la population iranienne ; il est inacceptable que les pays du monde coopèrent avec ce régime pour des intérêts purement mercantiles. »

Eric Walbery, un avocat spécialisé dans les droits de l’homme, soulignant le nombre croissant d’exécutions sous la présidence de Rohani, a déclaré : « L’Iran a appliqué la peine capitale plus que tout autre gouvernement, proportionnellement à la population du pays. »

Kent Olson, ancien parlementaire suédois, a félicité des manifestants pour avoir assisté à la réunion malgré les mauvaises conditions météorologiques et a déclaré : « Aucun régime répressif ne peut survivre. La détermination pour le changement est évidente sur vos visages. Par conséquent, la question n’est plus de savoir si le changement est possible ou non. La question est de savoir quand le changement sera effectif. Les gouvernements doivent aussi comprendre que la population iranienne aspire au changement. »

Le Dr Sofhan, de l’opposition syrienne, a également appelé à la mise sur pied d’une Commission internationale d’enquête sur les massacres de 1988, déclarant que le rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Iran constituait une bonne base pour une telle Commission. Le Dr. Sofhan a également condamné l’ingérence du régime dans la région, notamment en Syrie, en Irak et au Liban.

Dans son discours à la manifestation de Stockholm, Safoora Sadidi, dressant la liste des crimes du régime théocratique contre la population iranienne, a évoqué le rôle de la jeunesse iranienne dans la lutte pour l’avènement de la liberté et de la démocratie en Iran.

Le représentant de l’Organisation Khebat au Kurdistan iranien a pris part à la manifestation et, condamnant la vague d’exécutions effectuées par le régime, a exprimé sa solidarité avec le mouvement de quête de justice pour les victimes du massacre de 1988.

Lors du rassemblement de Stockholm, certains des jeunes partisans de la Résistance ont offert un spectacle artistique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe