mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRama Yade: il faut conditionner les relations avec l’Iran au respect des...

Rama Yade: il faut conditionner les relations avec l’Iran au respect des droits de l’homme

Rama Yade, ancienne Secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, a pris la parole à la manifestation de milliers d’Iraniens et de militants des droits de l’homme, contre la présence du président de la dictature iranienne, Hassan Rohani, à Paris. Les manifestants ont demandé la subordination des relations avec le régime intégriste à l’amélioration des droits de l’homme en Iran et la fin du soutien des mollahs au massacre du peuple syrien par Bachar Assad.

Rama Yade: il faut conditionner les relations avec l’Iran au respect des droits de l’homme

Ils ont souligné qu’un Iran libre et démocratique est une nécessité fondamentale pour assurer la stabilité et la paix dans la région.

Alain Vivien, José Bové, Henri Leclerc, Dominique Lefebvre, Jean-Pierre Michel, Pierre Bercis (NDH), Renée Le Mignot (MRAP), Sid Ahmad Ghozali (ancien premier ministre d’Algérie), Giulio Terzi (ancien ministre Italien des Affaires étrangères), Michel Kilo (figure de l’opposition syrienne), Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement de Paris, Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris, Marzieh Babakhani, du Conseil de direction des Moudjahinine du Peuple (OMPI), ont également participé au rassemblement.

Gérard Lauton a lu une lettre des syndicats français (CFDT, CGT, FO, CFTC) au Président Hollande pour protester contre la visite d’Hassan Rohani à Paris et les violations en Iran.

Voici le texte du discours de Rama Yade:

Plus de 1000 exécutions en 2015, 2000 exécutions sous le seul mandat d’Hassan Rohani, dont 160 mineurs renvoyés en prison, 57 femmes exécutées : c’est le sombre bilan en matière de droits de l’homme sous le mandat de Rohani.

Et pourtant au même moment, fermant les yeux sur cette sinistre réalité, hommes d’affaires et gouvernants se succèdent à Téhéran et aujourd’hui à Paris pour conclure accord nucléaire et accords commerciaux. Cette course au profit est d’autant plus effrénée que les sanctions contre l’Iran sont progressivement levées.

Et quand bien même partagerait-on ce cynisme, on imaginerait que pour les iraniens, dont le pouvoir d’achat a baissé, en profiteront, mais ce n’est pas le cas parce que l’économie iranienne est tenue majoritairement par la police politique.

Je veux ici par conséquent dire que l’Iran ne pourra pas prétendre appartenir aux nations tant que les iraniens ne seront pas libres, ne pourra être respectable tant que les peuples ne seront pas respectés. L’Iran ne pourra faire la paix au Moyen-Orient, y compris contre l’Etat islamique sans renoncement à sa stratégie militariste. La visite de Rohani à Paris, doit être l’occasion historique d’une formidable mobilisation comme celle d’aujourd’hui.

Nous avons le devoir de dire aux Français que Rohani n’est pas un chef d’Etat modéré. Que les laïcs, les démocrates, les chrétiens, les femmes, font l’objet d’une répression féroce. Qu’il y a en Iran une immense volonté de se lever pour la démocratie et pour la liberté et à ceux qui pensent que le gouvernement iranien a changé, il faut qu’ils réécoutent les propos de la presse officielle après les attentats de Paris. Un régime qui détient le record absolu d’exécutions capitales n’a pas changé sa nature profonde.

Les négociateurs de l’accord nucléaire ont commis une faute historique en ne conditionnant pas ces accords au respect des droits de l’homme. Il faut que la peine de mort soit abolie en Iran. Il faut que les prisonniers politiques soient libérés. Il faut que la liberté d’expression règne. Il faut que la censure se termine. Il faut une liberté de conscience pour tous. Il faut l’égalité entre les hommes et les femmes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe