mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsRama Yade : haussons le ton sur les droits de l'homme en...

Rama Yade : haussons le ton sur les droits de l’homme en Iran

Rama Yade : haussons le ton sur les droits de l'homme en Iran

Dans un billet dans le Huffington post, Rama Yade, ancien Secrétaire d’Etat pour les droits de l’homme, a estimé que le déplacement d’Hassan Rohani en France doit être l’occasion de lui rappeler avec franchise que la « modération » n’est pas un vain mot et qu’il doit concrétiser ses promesses d’ouverture de la société iranienne et la fin de la terreur institutionnalisée :

Huffington post : Par Rama Yade – « Le président iranien Hassan Rohani effectue aujourd’hui une tournée européenne qui l’amènera à Paris le 28 janvier. Après la longue période de négociations sur son programme nucléaire militaire, l’Iran cherche ainsi à redonner une nouvelle vigueur à ses relations diplomatiques avec les pays européens et ainsi inciter les entreprises occidentales à investir chez elle. De fait, d’un côté comme de l’autre, la question des droits de l’homme a été mise sous le boisseau.

Un Etat qui détient le record mondial du plus grand nombre d’exécutions par habitant n’est pourtant pas un pays comme les autres. Au demeurant, l’économie y est contrôlée pour moitié par les pasdaran qui forment le cœur de l’appareil répressif du régime. Si la terreur islamiste qui a ensanglanté Paris en 2015 a profondément meurtri les Français, c’est quotidiennement que la population iranienne subit les scènes de pendaisons et de tueries sur les places publiques de Téhéran.

Avec plus de 1000 exécutions, l’année 2015 a enregistré un triste record, bien supérieur au bilan déjà sanglant de l’ère Ahmadinejad. Au total, selon Amnesty International qui a dénoncé la « frénésie des exécutions » en Iran, 2000 personnes ont été exécutées sous le seul mandat d’Hassan Rohani, dont 57 femmes, et souvent en public. Au moins 160 des personnes, actuellement dans les couloirs de la mort en Iran, avaient moins de 18 ans au moment de leurs supposés crimes, en violation du droit international, notamment la Convention internationale des droits de l’enfant.

Lire la suite