dimanche, novembre 27, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRadjavi au sénat belge: l’Europe souffre encore d’un manque de fermeté vis-à-vis...

Radjavi au sénat belge: l’Europe souffre encore d’un manque de fermeté vis-à-vis de l’Iran

CNRI – A l’invitation de plusieurs sénateurs belges, Maryam Radjavi, présidente de la République élue de la Résistance iranienne, s’est rendu le 24 octobre au Sénat de Belgique où elle a reçu un accueil chaleureux. Après plusieurs rencontres, elle s’est exprimée lors d’une réunion en présence de nombreux parlementaires sur la situation en Iran. Voici le texte de son discours :

Mesdames et Messieurs les Sénateurs
Mesdames et Messieurs les Députés

Je vous suis reconnaissante pour cette occasion qui m’est donnée de m’exprimer devant vous. C’est un grand honneur d’être parmi vous au Sénat. Avant tout, je voudrais vous remercier sincèrement pour vous être opposés avec courage au chantage du régime des mollahs qui voulait empêcher ce voyage.

Permettez-moi d’aborder la situation des droits de l’homme. Je voudrais vous parler aujourd’hui d’un pays où les violations des droits de l’homme ont été légalisées. Lapider, arracher les yeux, amputer et pratiquer la discrimination systématique contre les femmes sont des lois.

Aujourd’hui, les Iraniens sont sous la pression d’une dictature religieuse qui les a privés de leurs libertés et de leurs droits fondamentaux. 120.000 prisonniers politiques ont été exécutés. Durant les trois mois d’été, il y a eu 66 exécutions publiques. Je veux faire entendre la voix de mes compatriotes, le cri de liberté de millions d’Iraniens que la répression des mollahs n’a pas pu étouffer.

Le mois dernier, le régime des mollahs a assassiné en prison Valiollah Feyz Mahdavi, un Moudjahidine du peuple. Il a été maintenu en cellule isolée pendant plus de 500 jours. Mais il a réussi à envoyer un message à l’extérieur de la prison peu avant son exécution, dans lequel il insistait sur le besoin de résister devant les mollahs. Il a déclaré : même si vous m’exécutez, cette voie continuera. Oui, cette voie continuera !

Mais je voudrais m’adresser aux gouvernements européens et leur poser ces questions : Pourquoi gardez le silence devant les crimes du régime des mollahs? Pourquoi  continuez la politique de complaisance et les concessions à ces criminels ?

La politique de complaisance a rendu les mollahs plus provocateurs dans tous les domaines. Pendant quatre années de négociations nucléaires, le régime a ignoré au moins douze ultimatums de la communauté internationale. Mais à chaque fois on lui a accordé plus de délai et plus de concessions jusqu’à ce qu’il commence l’enrichissement de l’uranium. Même quand les mollahs ont ignoré la résolution du Conseil de Sécurité, cette politique a continué. N’est-il pas vrai que cette politique vise seulement à aider le régime des mollahs à fabriquer la bombe atomique ? Aujourd’hui, la dictature religieuse est bien plus proche de la bombe atomique qu’il y a quatre ans.

Bien que l’Union européenne ait annoncé l’échec des négociations et que M. Solana ait déclaré : « nous avons travaillé en vain pendant trois mois pour convaincre l’Iran de suspendre ses activités d’enrichissement», l’Europe souffre encore d’un manque de fermeté et de politique de principe avec le régime des mollahs. A nos yeux, des sanctions faibles seront la poursuite de la politique de complaisance qui a échoué.

Honorables Parlementaires,
Mesdames et Messieurs,

Il y a quinze ans, nous avons annoncé que l’intégrisme islamiste était la nouvelle menace mondiale. Nous avons rappelé que le terrorisme est un levier majeur de ce phénomène néfaste pour faire avancer ses objectifs. Nous avons averti que cette menace ne se limiterait pas à la région et nous avons dit que le cœur de ce phénomène battait à Téhéran.

Mais les intérêts économiques n’ont pas permis de prendre ces avertissements au sérieux. Aujourd’hui, nous lançons une mise en garde : reculer devant les ambitions nucléaires des mollahs conduira à leur ingérence croissante en Irak et au bellicisme dans la région avec des conséquences catastrophiques qui pourront mener à une troisième guerre mondiale.

Avec sa force axiale, l’organisation des Moudjahidine du peuple, qui prône un islam démocratique et tolérant, cette résistance constitue l’antithèse de l’intégrisme islamiste. Alors que ce phénomène se développe au Moyen-Orient, en Iran, on constate un courant inverse en raison de la présence de la Résistance.

Dans une démarche sans précèdent, 5,2 millions d’Irakiens ont signé une déclaration au mois de juin affirmant que la solution la plus efficace face à l’ingérence des mollahs en Irak, c’est l’éviction de ce régime et de ses agents et le soutien aux Moudjahidine du peuple comme le meilleur barrage contre l’intégrisme islamiste. C’est pourquoi les mollahs ne reculent devant aucun complot pour les détruire.

En plus des actions terroristes, ils font pression sur le gouvernement irakien pour couper l’approvisionnement des Moudjahidine du peuple en carburant, en nourriture et en médicament
et pour les faire expulser d’Irak.

L’année dernière, les agents du régime des mollahs avaient kidnappé deux membres des Moudjahidine. Il y a quelque temps, un autobus transportant des ouvriers irakiens qui travaillaient à la Cité d’Achraf a été la cible d’un attentat qui a fait onze morts.

Il y a deux semaines, un grand ayatollah chi’ite et le président du parti national de la justice et du progrès démocratique avec dix de ses collaborateurs ont été assassinés pour leur opposition à l’ingérence du régime des mollahs et leur soutien aux Moudjahidine.
 
Les Moudjahidine du peuple sont réfugiés en Irak depuis vingt ans. En 2004, les forces de la coalition ont reconnu leur statut de personnes protégées en vertu de la 4ème Convention de Genève.
Aujourd’hui, je vous appelle à défendre les résidents d’Achraf. Je vous appelle particulièrement à demander à la force multinationale et au gouvernement irakien de confirmer leur statut de réfugié.

Compte tenu de cette situation, on peut se demander quelle est la nature de la stratégie du régime : Le régime des mollahs est incapable de résoudre les problèmes économiques et sociaux de l’Iran, c’est pourquoi il y a un an, Khameneï a mis Ahmadinejad au pouvoir. Il a essayé de couvrir ces faiblesses avec une politique agressive.

C’est à cause de ces faiblesses que, malgré davantage de concessions des pays occidentaux, le régime des mollahs ne peut arriver à un accord avec la communauté internationale sur le dossier nucléaire et l’arrêt du terrorisme et de l’intégrisme.

Il ne peut, non plus, abandonner la répression interne. Sans les potences et les salles de tortures, sans le soutien étranger, le fascisme religieux ne peut rester au pouvoir. Khameneï a dit clairement que tout recul va entraîner d’autres pas en arrière. Le président des mollahs a également déclaré : « Un pas en arrière veut dire la disparition de tout nos acquis nucléaires.»

Ces déclarations traduisent clairement la faiblesse et le manque d’avenir du régime et son besoin de crise. La complaisance des pays occidentaux face aux mollahs place le monde devant un grave danger. Cette politique accepte les demandes du régime pour limiter son alternative démocratique, en collant une étiquette de terroriste à la force principale de la résistance.

Ces demandes du régime sont le meilleur critère de la faiblesse et du manque d’avenir de la dictature religieuse. Les réponses négatives du régime aux appels de la résistance à des élections libres sous le contrôle de l’ONU sont le deuxième critère de la faiblesse et du manque d’avenir de ce régime.

La demande des mollahs au gouvernement belge d’annuler ce voyage et les pressions pour empêcher cette réunion montre la peur que leur inspire la Résistance iranienne et l’arrogance des mollahs qui veulent étendre leur répression jusqu’en Europe. L’insistance pour se doter de l’arme atomique, l’insécurité en Irak et le bellicisme au Liban, montrent que le régime se débat face au danger du renversement.

Mesdames et Messieurs,

Il y a-t-il une solution ? La question principale est la suivante : Comment peut-on empêcher une autre guerre dans la région ? La réponse réside dans un changement en Iran. Le changement est une nécessité absolue pour la paix et la sécurité de cette région et du monde. Mais ce changement pourra seulement se faire par la population iranienne et sa résistance.

J’ai toujours insisté sur notre opposition à une intervention militaire étrangère. Mais soutenir la politique de complaisance avec le fascisme religieux, sous prétexte d’opposition à la guerre, c’est de l’hypocrisie. La politique de complaisance rendra la guerre inévitable. Il faut mettre fin à cette politique. Vingt années de complaisance des pays occidentaux, et spécialement l’étiquette de terroriste collée à l’opposition démocratique, a agi comme le plus grand obstacle pour la population iranienne.

Il y a un an, le sénat de Belgique a adopté une résolution sur l’Iran qui demandait aussi la révision de l’étiquette de terroriste collée aux Moudjahidine du peuple d’Iran. De son côté, la Chambre des Députés a aussi adopté une résolution similaire. Ces résolutions et les déclarations de la majorité des parlements britannique, italien, luxembourgeois et autres font entendre la voix de la population iranienne qui demande de mettre fin à cette injustice.

Je vous appelle à demander à votre gouvernement de faire appliquer cette résolution et d’être à l’avant-garde en faisant supprimer le nom des Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme de l’Union européenne.

L’étiquette de terroriste collée aux Moudjahidine du peuple n’a aucun fondement. Tous les membres des Moudjahidine de la Cité d’Achraf en Irak ont signé avec la force multinationale un accord rejetant la violence et toute sorte de participation ou de soutien au terrorisme. Ils s’engagent dans cet accord à respecter les lois irakiennes et les conventions de l’ONU.

Permettez-moi de vous présenter brièvement la Résistance. Notre résistance est avant tout un mouvement humaniste qui lutte pour faire revivre les valeurs humaines détruites par l’intégrisme. Une foi profonde dans la liberté, nous donne la force de faire face aux difficultés de la lutte contre une dictature religieuse.

Notre but n’est pas de prendre le pouvoir à n’importe quel prix. Notre but est de garantir la liberté et la démocratie à n’importe quel prix. Nous voulons une république pluraliste fondée sur la séparation de la religion et de l’Etat, l’égalité complète des femmes et des hommes, le respect des libertés individuelles, politiques et sociales, le respect des conventions internationales, notamment dans le domaine des droits de l’homme, des libertés civiques et des femmes, le libre marché, la coexistence pacifique et des relations avec tous les pays. Dans l’Iran de demain, nous défendrons l’abolition de la peine de mort.

Je vous appelle à demander à votre gouvernement d’instaurer un dialogue officiel avec le Conseil national de la Résistance iranienne en tant que représentant du peuple iranien.

Pour conclure, il est temps que l’Europe mette fin à la politique de complaisance avec les mollahs. Il est temps que les gouvernements en Europe et l’UE écoutent les demandes du représentant du peuple iranien et qu’ils retirent les Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme. Il est temps que le Conseil de sécurité de l’ONU applique un embargo diplomatique, en arme, en technologie et en pétrole au régime des mollahs. Il est temps que l’Europe se tienne aux côtés des Iraniens et de leur demande de changement.

Je vous remercie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe