jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyQue vaut une promesse de l'ONU ? Le coût des jeux de...

Que vaut une promesse de l’ONU ? Le coût des jeux de l’ONU

Par Allan Gerson *

Stop Fundmentalism, 28 juillet – Le 24 juillet, l’Organisation des Nations Unies a publié un communiqué de presse indiquant que sa mission en Irak, la MANUI, a présenté un « feuille de route » au gouvernement irakien en négociant le transfert «temporaire» des Moudjahidines du peuple (OMPI) –le plus important groupe d’opposition aux  mollahs d’Iran – vers un camp de réfugiés sordide appelé «Liberty»  à 40 kilomètres, près de l’aéroport international de Bagdad. Le communiqué de presse continue de vanter ses efforts humanitaires en affirmant que la feuille de route consiste en «une série d’étapes visant à achever la relocalisation pacifique des exilés iraniens du camp d’Achraf au Camp Hurriya [Liberty] ». 

 Citant le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Irak, l’ambassadeur Martin-Kobler, il est expliqué : «Notre engagement est strictement humanitaire : pour faciliter un transfert volontaire et temporaire des résidents du Camp Hurriya comme une première étape du transfert de la population dans des pays hors d’Irak ». Il demande au gouvernement irakien « d’être généreux pour répondre aux besoins humanitaires des résidents ».

Mais cet effort «strictement humanitaire» et «volontaire» vient à la pointe du fusil. Il est conçu pour les résidents du camp d’Achraf qui étaient tout naturellement peu enclins à se déplacer au camp Liberty tant que les besoins humanitaires de base de nourriture, d’eau, d’électricité, de logement et d’installations pour les handicapés ne seront satisfaits. Ils ont été attaqués deux fois déjà par les forces irakiennes ces deux dernières années, qui ont fait près de 50 morts et blessés.

 Si l’engagement de l’ONU avait été «strictement humanitaire», il n’aurait jamais soutenu le transfert des résidents du camp d’Achraf à Liberty. Aucun objectif n’est desservi par une telle démarche. Pendant des décennies, les membres de l’OMPI ont vécu paisiblement au camp d’Achraf, une petite ville qu’ils ont construite eux-mêmes.

Quant à ceux à qui on demande de déménager, aucun conseil ne leur a été donné sur le résultat final. Aucune mesure de protection ou de garantie pour un avenir pacifique n’a été fournie. Au lieu de cela on les a de nouveau menacés de partir sans délai ou d’en subir les conséquences amères.

Au bout de six mois, durant lesquels cette « relocalisation temporaire » a eu lieu, la meilleure chose que la MANUI ait offerte, est une « feuille de route » qui aborde à peine les besoins humanitaires fondamentaux tels que l’eau et l’alimentation, en ignorant toute directive sérieuse sur l’issue finale.

En fait, la « feuille de route » ne profite qu’à l’ONU et au gouvernement irakien. La vérité est que les résidents du camp d’Achraf sont tombés dans l’oubli pour une réinstallation tant qu’ils ne sont pas radiés de la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’Etat. Aucun pays ne sera désireux d’accueillir des personnes inscrites sur cette liste. Et en effet, aucun pays ne s’est proposé en dépit du fait que près de 300 résidents ont déjà obtenu le statut de réfugié par le HCR. le paradoxe c’est que l’ONU place la responsabilité sur l’OMPI pour assurer un transfert pacifique alors que de hauts fonctionnaires des Nations Unies ont clairement indiqué qu’au rythme actuel, il faudra 10 ans pour achever cette réinstallation «temporaire».

Est-ce qu’assurer les droits de l’homme les plus élémentaires est un luxe, un acte de «générosité» de son auteur ? L’ONU semble le penser. Il ne s’agit pas «générosité». Arracher les vêtements d’une personne, la dépouiller d’un de ses biens, la déplacer à travers le désert irakien par une chaleur de 50°, tout en agitant une promesse d’aide au bout, cela n’a rien à voir avec de la générosité.

Ce serait une chose pour l’ONU d’agir comme un intermédiaire neutre – un arbitre – dans le ring avec le gouvernement irakien et l’OMPI. Mais quand l’ONU donne la permission au  gouvernement de l’Irak de faire ce qu’il lui plaît avec l’OMPI, l’ONU ne vaut pas mieux que le gouvernement irakien, qui attend que l’OMPI s’épuise dans des réclamations désespérées jusqu’à ce qu’elle parte sans autre choix que d’être attaquée et rapatriée en Iran  pour y être pendue par ses  bourreaux.

Si l’ONU est tout à fait sérieuse, elle doit commencer par apporter de la lumière au fond du tunnel. Il faut rappeler que les résidents du camp d’Achraf méritent une véritable aide humanitaire. Où ces personnes vont-elles être précisément réinstallées ? Combien de temps cela prendra-t-il ? En l’état actuel des choses, des mots vides et des gestes vides non seulement se retourneront contre ces pauvres habitants du camp d’Achraf, mais contre l’ONU elle-même.

Il est question de l’intégrité de ce qu’une organisation dit et fait et si l’ONU ne peut pas être à la hauteur de sa promesse de réinstallation rapide de population, elle peut aller raccrocher son costume de lumière d’espoir pour les opprimés. L ‘«humanitarisme» dans le jargon des Nations Unies n’est qu’une supercherie pour gagner du temps alors que les véritables besoins humanitaires urgents sont ignorés.

* Allan Gerson est le président de l’AG international Law, PLLC à Washington. Il est actuellement engagé avec d’autres avocats pour représenter l’OMPI dans ses efforts pour être retirés de la liste des organisations terroristes étrangères du département d’Etat.

http://blogs.stopfundamentalism.com/index.php?option=com_content&view=article&id=108:what-is-a-un-promise-worth-the-cost-of-the-uns-games&catid=34:posts

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe