samedi, décembre 3, 2022
AccueilActualitésActualités: Achraf"Cette déclaration écrite est un message politique fort au gouvernement iranien" -...

« Cette déclaration écrite est un message politique fort au gouvernement iranien » – Vice président du PE

CNRI –  » Cette déclaration écrite est un signal politique très fort que nous envoyons aux autorités irakiennes et aussi au gouvernement iranien. Cette déclaration écrite est une preuve évidente que cette Chambre suit de très près les événements à Achraf. Et nous espérons que ce signal politique fort aura un effet positif pour protéger les résidents du camp », a déclaré Alejo Vidal-Quadras à Bruxelles le 1er décembre à Bruxelles.

Le vice-président du Parlement européen s’exprimait dans une réunion d’eurodéputés qui accueillait Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, à l’occasion de l’adoption d’une déclaration écrite en faveur de la protection de la Cité d’Achraf.

Voici les points forts de son intervention:

A présent que j’ai à nouveau le plaisir de vous accueillir avec tous mes collègues, nous sommes très heureux d’avoir l’occasion de pouvoir échanger nos points de vue avec vous, Madame la Présidente, parce que les événements évoluent très rapidement. Au nom de tous mes collègues, je vous souhaite très sincèrement la bienvenue, et je tiens à vous féliciter pour la grande majorité des membres qui ont soutenu notre déclaration écrite sur Achraf.

Je dois vous féliciter parce que cette déclaration écrite atteint le nombre de membres nécessaires pour être adoptée. Cette déclaration écrite est un signal politique très fort que nous envoyons aux autorités irakiennes et aussi au gouvernement iranien. Cette déclaration écrite est une preuve évidente que cette Chambre suit de très près les événements à Achraf. Et nous espérons que ce signal politique fort aura un effet positif pour protéger les résidents du camp.

Maintenant, comme vous le savez tous, la situation à Achraf est une situation de souffrance et de difficultés. Il y a des restrictions sévères et logistiques, il y a des restrictions médicales qui privent les gens gravement malades de soins. Il y a des restrictions pour l’approvisionnement en médicaments et en tout type de produits. Les habitants sont torturés psychologiquement avec 140 haut-parleurs au plus haut niveau qui les bombardent de ces bruits et de ces messages pour affaiblir leur moral. Cette torture dure maintenant depuis 11 mois. Donc, c’est vraiment insupportable. Ils sont sous la menace permanente des forces irakiennes. Ils sont privés de leur statut juridique. Les familles, les avocats et les parlementaires sont interdits de visiter le camp, ainsi que les ONG et les militants des droits humains, par les forces irakiennes.

Comme vous le savez, les résidents d’Achraf menaient quelques activités lucratives avec lesquelles ils pouvaient gagner leur vie, et cela aussi a été supprimé de sorte qu’ils ne peuvent plus travailler et gagner de l’argent comme ils le faisaient par le passé. Ils ont également de graves limitations de liberté de mouvement à l’intérieur du camp, ce qui leur cause, comme vous pouvez le comprendre, beaucoup d’ennuis.

Je regrette de le dire, cela va peut-être sembler un peu rude, mais le régime iranien et – je le dis avec regret – une partie du gouvernement irakien ont pratiquement fait d’Achraf une prison. Car quand vous êtes dans un endroit où vous ne pouvez pas recevoir la visite de votre famille, d’un avocat ou de tout autre visiteur qui veut vous voir, c’est vraiment une prison.

Ces deux dernières années, plusieurs délégations parlementaires d’Europe et d’un grand nombre d’autres parlements ont exhorté le gouvernement irakien à être autorisées à se rendre au camp d’Achraf, mais leurs demandes ont été rejetées à chaque fois. C’est donc au nom des Amis d’un Iran Libre au Parlement et également au nom du Comité pour l’Application de la Justice, que je vais maintenant demander solennellement les mesures suivantes pour améliorer la situation des résidents du camp d’Achraf. En particulier, je m’adresse à cet effet au Conseil européen, à la Haute Représentante la baronne Ashton et à la commission.

Tout d’abord, en vertu de l’article 45 de la 4e Convention de Genève, de la Convention contre la torture et le non-refoulement sur la base de l’accord bilatéral avec les résidents du camp, les États-Unis doivent être engagés à la protection d’Achraf et en reprendre la responsabilité aux forces irakiennes. Nous réaffirmons la position de nos collègues au Congrès américain en soulignant que les États-Unis sont clairement responsables des dommages déjà infligés aux résidents d’Achraf et des préjudices qu’ils pourraient subir dans l’avenir.

Deuxièmement, le siège de deux ans d’Achraf, notamment médical, la torture psychologique et l’interdiction de 10 mois de travail lucratif doivent être immédiatement abolis.

Troisièmement, une équipe d’observateurs de la MANUI doit être déployée de façon permanente à Achraf. La MANUI et les Nations Unies doivent être les garantes, en particulier de l’article 2 de la Convention de Genève, et les forces américaines doivent assumer la responsabilité d’assurer la protection de la mission de l’ONU à Achraf.

Quatrièmement, les forces irakiennes responsables du massacre des résidents doivent être transférées hors du camp d’Achraf et la gestion des installations d’eau et d’électricité occupées par les forces irakiennes doivent être restituées aux résidents.

Cinquièmement, les Nations Unies, que ce soit la MANUI ou le Haut-commissaire aux droits de l’homme, devraient déclarer officiellement que les résidents sont des personnes protégées en vertu de la 4e Convention de Genève et devraient bénéficier les droits fondamentaux et protections garantis par le droit international.

Sixièmement, le gouvernement irakien doit reconnaître et s’engager à fournir ces droits en vertu de la 4e Convention de Genève. Le défaut de reconnaître ces droits, signifierait la poursuite de la répression et des meurtres.

Je tiens à appeler à nouveau au Conseil européen et à la Haute représentante pour la politique étrangère, après la déclaration écrite signée par 400 députés de cette Chambre, qu’ils doivent prendre des mesures. Le Parlement a parlé d’une voix claire et forte, à présent le Conseil et la Commission doivent nous écouter et prendre des mesures.

Je promets à nouveau et ils savent que nous le disons du fond du cœur, je promets à tous nos amis, les résidents d’Achraf, que nous ne cesserons jamais de travailler pour leur protection, leur bien-être et que nous partageons avec eux l’espoir qu’un jour nous pourrons célébrer avec eux à Achraf la fin de cette situation insupportable.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe