lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: EvénementsPour pouvoir s'opposer au régime rétrograde en Iran il faut être exactement...

Pour pouvoir s’opposer au régime rétrograde en Iran il faut être exactement à l’opposé de ses contre-valeurs – Soheila Dachti

CNRI : « La politique qui dirige le monde aujourd’hui est aux côtés de la dictature la plus réactionnaire et la plus arriérée de cette époque. Nous disons aux partisans de cette politique : Si vous aviez pu empêcher la révolution française, si vous aviez pu empêcher la lutte pour l’indépendance des États-Unis, alors vous pourriez empêcher notre lutte pour l’indépendance et la liberté », a déclaré Soheila Dachti, de l’Union des associations pour un Iran libre en Suède.

Elle s’exprimait à la veille du 35e anniversaire de la révolution antimonarchique, le 8 février, à l’occasion de la première convention générale des représentants de plus de 300 associations iraniennes dans le monde, tenu à Paris.

Dans son intervention, Soheila Dachti a ajouté :

Cela fait plus de 30 ans que je lutte pour la démocratie et la liberté dans notre pays enchaîné aux côtés de la résistance. Je suis honorée de pouvoir m’exprimer au nom de l’Union des associations pour un Iran libre en Suède qui apporte son soutien et sa solidarité à la convention d’aujourd’hui.

L’union des associations pour un Iran libre en Suède s’est créée autour des buts communs avec le Conseil national de la Résistance iranienne et la présidente élue de la résistance, Mme Maryam Radjavi, à savoir un changement démocratique en Iran, avec pour mot d’ordre : « non à la guerre, non à la complaisance et oui à la troisième voie ».

Notre objectif en Suède est de pouvoir faire connaître à l’opinion publique la troisième voie, de recueillir des aides financières pour la résistance et la chaîne de télévision Sima-ye-Azadi, de participer au rassemblement annuel et organiser des réunions dans diverses villes. Voilà quelques-unes de nos activités.

Je voudrais me présenter brièvement, parce que mon passé se trouve en Iran et c’est ce qui m’a formé. En Iran et j’ai étudié le journalisme. Travailler au foyer d’études et de recherches sur la jeunesse en Iran. En même temps j’étais directrice d’une école dans le sud de Téhéran. En raison des difficultés de la situation que tout le monde connaît, j’ai dû quitter l’Iran et je suis allée en Suède où je travaille comme conseillère des programmes de l’Education nationale.

Mais au fil de ces longues années, jamais, pas même un instant n’ai-je oublié pourquoi j’ai dû connaitre l’exil. Dans le cadre de mon travail en Iran, j’étais en contact avec la jeunesse, de manière quotidienne. Ici je peux dire que deux de ces jeunes avec lesquels j’étais en contact et qui a l’époque étaient mes élèves, sont devenus deux de mes grands professeurs qui sont aujourd’hui à Liberty. C’est pour ça que je suis très fière de dire que je suis leur humble élève, et je salue Parvaneh (papillon en persan) et Esmat (vertu en persan). Et je leur adresse toutes mes félicitations. Tous ceux qui sont à Liberty sont pour moi des Parvaneh et des Esmat. Des papillons de la liberté et la vertu de l’honneur et de la dignité.

Chers amis,

Nous sommes à un moment critique. Je voudrais mettre en valeur en un point. La politique qui dirige le monde aujourd’hui est aux côtés de la dictature la plus réactionnaire et la plus arriérée de cette époque. Pour préserver ses propres intérêts matériels, elle pense pouvoir faire obstacle à la révolution pour la liberté et la démocratie en Iran comme dans la région. Nous disons aux partisans de cette politique : Si vous aviez pu empêcher la révolution française, si vous aviez pu empêcher la lutte pour l’indépendance des États-Unis, alors vous pourriez empêcher notre lutte pour l’indépendance et la liberté.

Le régime de la république islamique n’est pas un régime unilatéral. Il n’y a pas uniquement le problème de la répression en Iran. La répression est une de ces méthodes. C’est en alimentant l’ignorance, en dilapidant les ressources naturelles du pays, et en soutenant le terrorisme international qu’il se maintient au pouvoir. Il est opposé à toutes les valeurs humaines. Il n’est pas nécessaire d’être savant pour être contre ce régime et pour apprendre à le connaître. Il est en guerre contre l’humanité, il est réactionnaire, il est rétrograde. Mais pour pouvoir s’opposer à lui, il faut être exactement à l’opposé de ses contre-valeurs, c’est-à-dire être rempli toutes les valeurs. Et Massoud et Maryam Radjavi sont remplis de toutes ces valeurs, et c’est pour ça que nous sommes à vos côtés. Si l’on choisissait quelqu’un d’autre que des Moudjahidine du peuple, si l’on choisissait autre chose que le Conseil national de la Résistance iranienne, il ne fait aucun doute que l’on serait avalé ou acheté par ce régime.

Oui nous aimons l’Iran, nous aimons l’Iran à la folie, et on ne reculera pas d’un millimètre de cette position. Nous n’avons peur de rien, nous résisterons jusqu’au bout, et cela ne peut nous conduire qu’à la victoire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe