jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsPour les pasdaran, les paysans insurgés sont « instrumentalisés et trompés »

Pour les pasdaran, les paysans insurgés sont « instrumentalisés et trompés »

Révolte paysanne à Ispahan – N°3

Comme dans toutes les dictatures en passe de s’effondrer, le corps des pasdaran d’Ispahan a taxé les paysans en colère et la population insurgée de la ville de gens « instrumentalisés et trompés ».  Ce corps des pasdaran du nom de « Saheb Az-Zaman » a écrit dans un communiqué daté du 28 février : « en voyant le rassemblement de paysans, un groupe d’individus instrumentalisés et trompés s’est immiscé dans ce rassemblement avec l’intention de créer des troubles et ils ont engendré des troubles dans la ville de Khorasgan contre la volonté des agriculteurs ».

Le communiqué n’arrive pas à faire l’impasse sur la colère de la population qui a brulé des autobus des gardes, un poste d’agents de sécurité, et un bâtiment officiel : « Ces gens instrumentalisés et trompés, en troublant l’ordre public, ont causé des dégâts dans un séminaire religieux, un bâtiment de la milice du Bassidj, des véhicules et des biens de la population. »

Après avoir arrêté 160 manifestants et les avoir emmenés vers des destinations inconnues, redoutant la réaction de la population, les pasdaran ont avancé que les « forces de sécurité » avait seulement arrêté « deux personnes du nom de A. H.  qui sont deux frères originaire de l’ouest d’Ispahan. »

Les pasdaran placent les protestations paysannes d’Ispahan dans le cadre des luttes intestines du régime et s’en servent pour attaquer la faction d’Ahmadinejad : « Dans ces incidents, à part les individus instrumentalisés, des responsables sont aussi fautifs en n’accordant aucune attention aux demandent des paysans de l’est d’Ispahan, et en créant pour ces travailleurs de mauvaises conditions. Cela fait longtemps que les paysans de l’est d’Ispahan protestent contre leur situation mais ils n’ont reçu aucune solution, ni aucune aide permanente d’aucun responsable de la ville, de la province ou de l’Etat. »

Les larmes de crocodiles des pasdaran qui sont le facteur et les auteurs principaux de la destruction de la richesse nationale et le rejet de la responsabilité sur le dos de la faction rivale, ne pourront empêcher le renversement de ce régime inhumain par des millions de paysans et de travailleurs empêchés de subvenir aux besoins de leur famille par le régime du guide suprême, ceux-là même que les mollahs appellent « l’armée des affamés ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 1er mars 2013

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe