lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePatrick Kennedy : L'élection en Iran est une lutte pour la préservation...

Patrick Kennedy : L’élection en Iran est une lutte pour la préservation d’un régime brutal

Patrick Kennedy : L'élection en Iran est une lutte pour la préservation d'un régime brutal

L’ancien membre démocrate du Congrès a déclaré lors d’une conférence au Parlement européen mercredi que l’élection qui a eu lieu récemment en Iran représente un conflit interne entre deux factions qui chacune, cherche à montrer à l’autre qu’elle peut faire mieux pour prolonger la vie de ce régime brutal.

« L’Occident doit voir que ce n’est rien d’autre qu’une lutte pour le pouvoir. » Il a ajouté : « Et l’Occident devrait s’apercevoir que c’est un signe que les jours du régime sont comptés. »

Ci-dessous des extraits du discours de l’ancien membre du Congrès américain.

Je vous remercie, monsieur le président, et merci au Comité pour un Iran libre, d’avoir organisé cette réunion importante.

Je tiens à remercier Madame Radjavi pour votre courage et votre leadership constant.

Je tiens à remercier l’OMPI, le CNRI pour la mise à jour constante de ces problèmes. Je tiens à vous remercier d’avoir dévoilé le programme nucléaire iranien.

Nous avons tous une énorme dette envers la Résistance iranienne et l’OMPI, car nous n’aurions pas eu cet accord sur le nucléaire, nous n’aurions pas amené le monde à cette tension à cette période tellement importante, il n’y aurait pas eu la grande intelligence de votre organisation qui a un large soutien à travers l’Iran, et le meilleur témoignage de tout ceci est que le régime continue de réprimer votre opposition démocratique, et il continue d’opprimer les résidents du camp Liberty qui se battent sans relâche pour la démocratie.

Je tiens à vous remercier pour tout cela, et je pense que nous vous devons tous beaucoup.

Les élections qui viennent de se tenir en Iran sont vraiment une mise en scène. Comme nous le savons tous, il n’y avait pas d’opposition dans cette élection. Tous les candidats devaient d’abord se qualifier en consacrant leur allégeance au Guide suprême. Imaginez que ce soit ce que vous deviez faire pour vous qualifier pour une élection. Pour moi, cela ressemble plus à une sélection qu’a une élection.

Cela a été un processus pour ne laisser que les candidats qui veulent préserver et continuer la dictature théocratique.

Pas un seul candidat n’est opposé aux exécutions. Pas un seul n’est opposé à l’assujettissement des femmes. La seule chose à laquelle ils pensent, c’est qui préservera le mieux le statu quo, qui œuvrera le mieux à la protection de la dictature ? Ce que cela révèle, c’est que les deux parties sont préoccupées par la stabilité de ce régime.

Les deux parties savent que le peuple iranien n’en peut plus de voir leurs besoins fondamentaux et leurs droits politiques bafoués en Iran. Par conséquent, ce que cette élection représente vraiment, c’est un conflit interne entre deux factions qui cherchent à montrer à l’autre qu’elle peut faire mieux pour prolonger la vie de ce régime brutal. « L’Occident doit voir que ce n’est qu’une lutte pour le pouvoir. » Et il a ajouté : « Et l’Occident devrait s’apercevoir que c’est un signe que les jours du régime sont comptés. »

Concernant les droits de l’Homme, les deux parties lors de cette élection ont de longs dossiers remplis d’atrocités. Les deux parties ne parviennent pas à reconnaître la liberté d’expression, la liberté de réunion. Les deux parties ont vanté l’imposition obligatoire du voile pour les femmes, l’assujettissement obligatoire des femmes. Et sur une base internationale, les deux parties sont du même côté lorsqu’il s’agit de soutenir le mandat de Rohani, et faire en sorte qu’il continue de soutenir le terrorisme à l’étranger, en particulier la participation de Pasdaran dans les atrocités en Syrie.

Maintenant, les gens peuvent se demander pourquoi le Parlement européen est si préoccupé à ce sujet. L’Union européenne est touchée quotidiennement par le flot de réfugiés, ce qui est une conséquence directe de la répression de la dictature iranienne et du génocide en Syrie. Ceci est un problème de droits de l’Homme, c’est une question politique ; mais c’est aussi un problème pour vous, l’Union européenne, elle doit tenir le régime iranien pour responsable.

Cette élection est une insulte à la véritable volonté du peuple iranien, pour un Iran libre. Les gouvernements occidentaux ne devraient pas être bernés par une illusion, ce n’est rien d’autre qu’une mise en scène au sein du régime.

Dans mon pays, il y a une expression concernant la façon dont nous appelons les gens qui refusent de voir la vérité. Elle dit : « On n’entend aucun mal, on ne voit aucun mal, on ne parle d’aucun mal. » Et malheureusement, cela a été la politique de la plupart des gouvernements occidentaux, y compris le mien, pendant trop longtemps. Mais vous ne pouvez pas changer une dictature de l’intérieur.

Et il y a une autre expression dans mon pays, qui dit : « Si ça marche comme un canard, et caquette comme un canard, alors c’est un canard. » Si ce régime semble fasciste, s’il semble théocratique, s’il ressemble à une dictature brutale, alors c’est une dictature brutale ! Alors, que doit faire l’Occident ? Je veux soutenir ce qui a déjà été dit par mes collègues dans ce processus politique, c’est-à-dire qu’aucun des gouvernements occidentaux ne doit soutenir les relations commerciales avec l’Iran, aucun des gouvernements occidentaux ne doit soutenir les relations diplomatiques avec l’Iran jusqu’à ce que : premièrement, qu’ils arrêtent les exécutions de masse et le génocide de leur propre peuple ; deuxièmement, qu’ils libèrent des centaines de milliers de personnes emprisonnées, et des dizaines de milliers de personnes qui continuent d’être prisonnières pour leur pensée politique et la liberté d’expression. Ceci doit conditionner toute relation avec ce régime pour permettre la liberté de réunion et la liberté d’expression dans un processus démocratique véritable et libre.

Et vous savez, si nous faisions cela, il n’y aurait plus de régimes, et ceci mes amis, sera le futur dont tout le monde parle.

Le peuple iranien est le plus instruit, le plus, vous savez, qui embrasse le plus les principes démocratiques, et il est incarnée par Madame Radjavi, son leadership et la constitution de son organisation.

Nous avons besoin de voir un changement dans ce grand pays, parce que la position de ce leadership est une position sur l’une des plus grandes civilisations dans notre monde.

Et j’espère et je prie pour que nous continuions dans cette lutte, et je remercie chacun d’entre vous pour faire partie de celle-ci, nous devons la poursuivre, afin que nous puissions un jour, tôt ou tard, voir le peuple iranien avoir un véritable choix électoral.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe