lundi, décembre 5, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceParis : Les manifestants appellent l'Irak à mettre fin au blocus d’Achraf

Paris : Les manifestants appellent l’Irak à mettre fin au blocus d’Achraf

ParisCNRI – Régulièrement depuis deux mois, ils manifestent à Paris pour défendre les droits de la Cité d’Achraf en Irak. Parfois devant l’ambassade d’Irak, parfois devant l’Assemblée nationale, le groupe est décidé à ne pas arrêter tant qu’il n’obtiendra pas la levée du blocus qui enserre la cité.

ParisCNRI – Régulièrement depuis deux mois, ils manifestent à Paris pour défendre les droits de la Cité d’Achraf en Irak. Parfois devant l’ambassade d’Irak, parfois devant l’Assemblée nationale, le groupe est décidé à ne pas arrêter tant qu’il n’obtiendra pas la levée du blocus qui enserre la cité.

Loin d’être isolé, le mouvement s’inscrit dans une longue chaîne d’actions qui trace un fil rouge de Washington à Ottawa, de Londres à Stockholm et de Berlin à d’autres capitales européennes. La diaspora a pris fait et cause pour cet îlot qui abrite 3500 membres des Moudjahidine du peuple d’Iran, la principale opposition démocratique au régime des mollahs.

Réfugiés iraniens de la première génération comme ceux de la seconde, parfaitement bilingues, personnalités politiques, associatives, militants des droits de l’homme et simples citoyens, ils se relaient pour assurer plusieurs jours par semaine cette permanence de soutien public. Il s’agit de faire appliquer les conventions de Genève et de garantir le statut d’Achraf, éviter une catastrophe humanitaire, un massacre auquel travaillent les mollahs pour retirer le principal obstacle à leur mainmise sur l’Irak, et au-delà, sur la région. Pour l’heure, les pressions de Téhéran se traduisent par un blocus sévère de la cité qui interdit l’entrée des marchandises et des personnes. Ces mesures ont soulevé un tollé en Irak où patriotes et démocrates ont vivement protesté. Sur le plan international, soutiens aux résidents et condamnations du blocus pleuvent. Le Parlement européen a lui-même voté une résolution très ferme en faveur des résidents.

Ali, qui tient un commerce, a pu se déplacer ce lundi, jour de fermeture. « Achraf c’est important, dit-il. C’est le dernier bastion contre les mollahs. On voit bien tous les gouvernements plier devant eux parce qu’ils ont peur. Mais les seuls qui n’ont pas peur, qui n’ont jamais eu peur, c’est à Achraf. Pour nous les Iraniens, c’est beaucoup ; on a, comme on dit en Iran, la tête haute, et c’est cette fierté là que je viens défendre. »
 
Aujourd’hui, l'ancien Premier ministre algérien, Sid Ahmad Ghozali, est venu parler aux manifestants. Comme beaucoup d’orateurs, il relève que les restrictions et le blocus sont illégaux, et que la protection d’Achraf doit être garantie. A ses yeux la levée du siège servirait surtout les intérêts du peuple irakien, car l'Irak ne sera jamais en mesure d’obtenir la paix ou d'établir des relations de bon voisinage avec les mollahs en Iran, dit-il.

« J’ai beaucoup d’admiration pour lui, et ceux qui viennent soutenir la résistance », avoue Hamideh. « Quand on voit toutes les pressions que les mollahs exercent sur ceux d’Achraf, on imagine bien que cette machine de propagande ne doit pas les épargner. Mais ils ne sont pas dupes. C’est comme nous, on tient bon. Nous ici, on a la crise et ce n’est pas simple. J’ai peur d’être licenciée. Mais, à Achraf, c’est aux mollahs qu’ils font face, et les mollahs c’est des barbares, vous n’avez pas idée, non pas idée. » La voilà qui bat des mains à tout rompre et lance un sifflet strident. « Lui, il a été à Achraf, plusieurs fois. Je l’aime beaucoup, il sait parler d’eux, avec son cœur. »

Lui c’est Gilles Paruelle, juriste et ancien bâtonnier du Val d’Oise. Il est venu pour dire son inquiétude à cause des menaces qui pèsent sur la Cité. Il parle de tous ceux qu’il a rencontrés là-bas et ne se lasse pas de dire qu’ils se battent depuis des années pour instaurer la démocratie dans leur pays. Il note que le Premier ministre irakien est en visite en France, pays des droits de l'homme, et il espère qu’il reconnaîtra les droits des résidents d'Achraf, conformément aux Conventions de Genève.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe