vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance103 députés européens appellent les États-Unis à radier l’OMPI de leur liste...

103 députés européens appellent les États-Unis à radier l’OMPI de leur liste du terrorisme

 Dans une lettre au président Obama, 103 députés européens appellent les Etats-Unis à radier l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran de leur liste du terrorisme

«Un retard dans la radiation de l’OMPI de la liste américaine pourrait entraîner une catastrophe humanitaire ».
 
Dans une lettre adressée aujourd'hui au président Barack Obama, 103 membres du Parlement européen de divers groupes politiques ont exhorté les États-Unis à retirer l’organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), le principal groupe d'opposition iranien, de leur liste des organisations terroristes étrangères. Les parlementaires européens ont mis en garde contre les graves conséquences qu’entrainerait le retard.

Les députés qui ont signé la lettre sont issus de 24 États membres de l'UE et représentent divers groupes politiques et tendances, comme le Parti populaire européen (Démocrates-chrétiens) et Démocrates européens, le groupe socialiste, l'Alliance des démocrates et libéraux, la Gauche unitaire européenne – Nordique, la Gauche verte et de l'Union pour l'Europe des Nations.
 
Les eurodéputés se sont félicités du développement par l’administration Obama de la coopération entre les deux continents et ont rappelé que l'Europe et ses représentants soutenaient le président Obama dans cet objectif.
 
Ils ont souligné la nécessité d'une politique cohérente transatlantique pour faire face à la menace croissante du régime iranien qui cherche à acquérir des armes nucléaires, ainsi qu’à ses « ingérence terroristes et intégristes et son bellicisme dans la région, de l'Irak à Afghanistan et du Liban à Israël.»
 
Les eurodéputés ont fait remarquer au président des États-Unis que «notre expérience a montré que la crise iranienne ne peut être résolue sans solution iranienne et sans compter sur son principal mouvement d'opposition. Malheureusement, vos prédécesseurs et l'UE ont mis le principal groupe d'opposition iranien sur la liste des groupes terroristes. En Europe, cette décision injuste a été annulée par sept décisions déterminantes de la justice européenne, et le Conseil de l'UE a finalement levé l'interdiction en janvier ».
 
Dans la lettre, dont une copie a été envoyée au représentant des États-Unis à l'UE, les parlementaires européens soulignent : « La dictature intégriste au pouvoir en Iran a jusqu'à présent exécuté plus de 120.000 membres de l’OMPI », et « 2000 parlementaires de nombreux Etats européens et divers comités parlementaires, dans des évaluations indépendantes, sont parvenus à la conclusion que l’OMPI est une force démocratique dotée d’une grande base sociale (…) Elle a clairement démontré qu’elle est une amie de l'Occident, de la liberté et la démocratie, et un ennemi de l’intégrisme. »
 
Lors de l'examen des différentes options politiques face à la menace de Téhéran, les députés ont critiqué l'attitude antérieure de l’occident et déclaré : « Le régime ne craint que deux perspectives – l'intervention militaire étrangère, qui, à ce point n'est pas prise en considération, et l’OMPI. Jusqu'à présent, nous nous sommes empêchés d'être en mesure d'utiliser ce précieux levier et, en conséquence, nous nous sommes affaiblis aux yeux du régime des mollahs. Pour montrer de la résilience et de la force dans nos relations avec Téhéran et montrer notre bonne volonté envers le peuple iranien, nous devons soutenir la principale opposition, l’OMPI, plutôt que de la traiter comme un ennemis à la demande des mollahs ».
 
Les parlementaires européens ont averti qu’en plus de la politique et des impératifs stratégiques, l’inscription de l’OMPI sur la liste noire était devenue une question d'urgence humanitaire car le régime iranien utilise toujours le prétexte que l’OMPI est un groupe terroriste comme une excuse pour essayer de faire « expulser ou extrader vers l'Iran, ce qui pourrait conduire à une crise humanitaire catastrophique » ses 3500 membres, qui sont basés au camp d’Achraf en Irak et sont des « personnes protégées » en vertu de la quatrième Convention de Genève.

Parmi les signataires de la lettre figurent :
– Alejo Vidal-Quadras, Vice-président du Parlement européen,
– Struan Stevenson, Vice-Président de Groupe du PPE-DE, 
– Paulo Casaca, co-président portugais de l’intergroupe des Amis d'un Iran libre,
– Janusz Onyszkiewicz, Vice-président de la commission des Affaires étrangères,
– Stephen Hughes, député éminent du parti travailliste britannique,
– André Brie, député européen allemand,
– Gérard Deprez, président de la commission des libertés civiles,
– Edward McMillan-Scott, Vice-président du Parlement européen,
– Mogens Camre, Vice-Président danois du groupe UEN, 
– Ryszard Czarnecki, ancien ministre européen de Pologne,
– Tunne Kelam, député de l'Estonie,
– Timothy Kirkhope, leader du groupe conservateur britannique,
– Vytautas Landsbergis, ancien Président de Lituanie,
– Jan Zahradil, chef de la délégation PPE-DE tchèque,
– Cristiana Muscardini, présidente du groupe UEN,
– James Nicholson, Chef des Questeurs,
– Rihards Piks, Ancien Ministre des Affaires étrangères de Lettonie,
– Jean Spautz, chef de la délégation PPE-DE du Luxembourg,
– Johan Van Hecke, député européen de Belgique,
– Gary Titley, ancien chef du groupe travailliste britannique. 

Information sur le contexte :
• Le gouvernement américain a inscrit l’OMPI sur sa liste du terrorisme en 1997. Les responsables américains à l'époque ont reconnu que cela visait à satisfaire les membres du clergé de Téhéran et qu’il s’agissait d'adresser un geste de bonne volonté à Téhéran, en général, et à Mohammad Khatami, alors président, en particulier.
• L'Iran a fait de la désignation terroriste de l’OMPI sur un plan international une priorité diplomatique. (Wall Street Journal- 24 octobre 2008).
• Le Royaume-Uni en juin 2008 et l’UE en janvier 2009 ont radié l’OMPI de leurs listes du terrorisme.

Bureau de M. Alejo Vidal-Quadras
Vice-président du Parlement européen
Président du Comité international pour l’application de la Justice (ISJ)
Le 7 mai 2009

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe