mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireParis et Londres pour une résolution qui sanctionnerait Téhéran

Paris et Londres pour une résolution qui sanctionnerait Téhéran

Paris et Londres pour une résolution qui sanctionnerait TéhéranPar Philippe Bolopion

Le Monde – La France et le Royaume-Uni, soutenus par les Etats-Unis, ont franchi une nouvelle étape au Conseil de sécurité des Nations unies en faisant circuler, mercredi 3 mai, un projet de résolution qui laisse planer des menaces de sanctions sur l’Iran s’il persiste à poursuivre ses activités nucléaires. En dépit des réticences de Moscou et de Pékin, dotés du droit de veto, cette résolution serait placée sous chapitre VII de la Charte de l’ONU, qui peut ouvrir la voie à l’usage de la force.

Préfigurant de possibles mesures de rétorsion économiques, qui s’ajouteraient à des sanctions diplomatiques et financières, le projet, rédigé en concertation avec l’Allemagne, appelle les Etats à la "vigilance" pour prévenir le transfert de technologies ou de matériels pouvant servir à la fabrication d’une bombe nucléaire. La Russie, qui commerce avec Téhéran dans le domaine militaire et nucléaire, serait visée.

Le projet évoque une "menace à la paix et à la sécurité internationale" et "décide" que l’Iran "doit suspendre toutes les activités liées à l’enrichissement d’uranium" ainsi que "la construction d’un réacteur modéré par eau lourde". Ces mesures avaient été réclamées en vain par le Conseil dans une déclaration non contraignante, le 29 mars. Le texte appelle aussi Téhéran à se soumettre à des inspections renforcées de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Au terme d’un délai non spécifié, mais qui, selon les auteurs, devrait tourner autour d’un mois, le directeur de l’AIEA, Mohamed ElBaradei, devrait faire un nouveau rapport. Une coopération iranienne écarterait toute sanction et "contribuerait" à "une solution diplomatique qui garantisse que le programme nucléaire iranien ait un objectif exclusivement pacifique".

Dans le cas contraire, le Conseil de sécurité exprimerait "son intention de considérer des mesures supplémentaires (…) pour assurer le respect de cette résolution". La Russie et la Chine craignent que cette formule ne soit exploitée par les Etats-Unis pour justifier, outre des sanctions, des frappes unilatérales contre l’Iran. Dans un effort pour les rassurer, le texte précise que de "nouvelles délibérations seront requises dans l’hypothèse où de telles mesures supplémentaires seraient nécessaires". Quitte à se satisfaire d’une abstention de Moscou et Pékin, les Occidentaux espèrent adopter ce texte avant la venue à New York, lundi et mardi, des ministres des affaires étrangères des cinq membres permanents du Conseil de sécurité et de l’Allemagne.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe