vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireParis déplore la lenteur de l'Iran, le WSJ rapporte les révélations de...

Paris déplore la lenteur de l’Iran, le WSJ rapporte les révélations de l’OMPI

CNRI –  Cité par l’Agence France Presse,  le ministère français des Affaires étrangères a déploré mardi que la coopération de Téhéran avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur une possible dimension militaire de son programme nucléaire progresse « trop lentement ».

« La coopération avec l’AIEA sur la possible dimension militaire progresse trop lentement malgré les efforts répétés de l’Agence que nous saluons », a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, Romain Nadal, lors d’un point-presse. « Des résultats concrets avant la conclusion éventuelle de l’accord de long terme sont indispensables. Davantage doit être fait d’ici juillet. Nous le rappellerons avec nos partenaires lors de la réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA qui s’ouvrira le 2 juin », a ajouté le porte-parole.

Du 16 au 20 juin à Vienne, se déroulera la cinquième session de négociations sur le nucléaire iranien du groupe des 5+1 et les parties tenteront de conclure avant le 20 juillet un accord final.

Par ailleurs, le Wall Street Journal a révélé dans son éditorial du 28 mai que Téhéran continue de maintenir intacte son équipe d’experts responsable du volet militaire du programme nucléaire iranien.

L’influent quotidien américain a écrit: « Nous avons obtenu une nouvelle information plausible de la part de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple, un groupe d’opposition iranien, qui suggère que Téhéran a maintenu active et intacte le noyau de son équipe d’experts responsables de la militarisation (weaponization ) du programme nucléaire, réunis dans le « Plan AMAD », dirigé par Mohsen Fakhrizadeh, docteur en ingénierie nucléaire et membre des gardiens de la révolution (Pasdaran). »

Le plan AMAD est chargé de se procurer des technologies à double usage, développer le détonateur nucléaire et conduire les testes pour des explosions très puissantes, ainsi que la compression de matériel fissible.

L’OMPI a également publié la liste d’une centaine de chercheurs iraniens impliqués dans le programme nucléaire illicite des mollahs et a révélé que le régime a récemment déplacé le centre des recherches nucléaires militaires (SPND) vers un nouvel emplacement à fin de le dissimuler les inspecteurs de l’AIEA. L’OMPI qui avaient déjà révélé l’ancien remplacement, vient de préciser la nouvelle adresse de SPND, selon le Wall Street Journal.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe