vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireLe sénateur américain Bob Menendez met en garde contre un mauvais accord...

Le sénateur américain Bob Menendez met en garde contre un mauvais accord avec le régime iranien

Le sénateur américain Bob Menendez met en garde contre un mauvais accord avec le régime iranien

Le mardi 1er février, le sénateur américain Bob Menendez (Démocrate), président de la commission sénatoriale des relations étrangères, a fait part de ses préoccupations croissantes concernant le dernier cycle de négociations de l’administration Biden au sujet du programme nucléaire du régime iranien  (JCPOA) alors que Téhéran continue de faire progresser rapidement son programme nucléaire, son programme de missiles balistiques et son bellicisme par procuration au Moyen-Orient.

« En tant qu’une personne qui a suivi l’ambition nucléaire de l’Iran pendant plus de trois décennies, je suis ici aujourd’hui pour exprimer mes inquiétudes concernant le cycle actuel de négociations concernant sur le plan d’action global conjoint et l’escalade dangereuse et rapide du programme nucléaire de l’Iran qui l’a mis sur le point d’avoir suffisamment de matériel pour une arme nucléaire », a déclaré le président Menendez.

« En prenant ses fonctions, le gouvernement Raïssi a abandonné toutes les ententes précédentes et, comme je l’ai mentionné, a clairement indiqué que les missiles balistiques et les réseaux de mandataires régionaux de l’Iran ne sont » pas négociables « . De plus, à ce stade, nous devons sérieusement nous demander ce que nous sommes exactement en train de sauver? s’est interrogé le sénateur américain.

« D’abord et avant tout, ma principale préoccupation concernant le JCPOA était qu’il n’exigeait pas le démantèlement complet de l’infrastructure nucléaire iranienne », a poursuivi le président Menendez : « Au lieu de cela, il a mis cette infrastructure sous cocon pendant 10 ans, ce qui a rendu trop facile pour l’Iran de reprendre son programme nucléaire illicite au moment de son choix. L’accord n’obligeait pas l’Iran à détruire ou à démanteler complètement une seule centrifugeuse d’enrichissement d’uranium. En fait, plus de la moitié des centrifugeuses iraniennes en fonctionnement à l’époque, ont continué à tourner dans l’usine de Natanz… Aujourd’hui, l’Iran a plus de matières fissiles (2500 kg) et des centrifugeuses avancées et a un temps de rupture plus court – trois à quatre semaines – qu’en 2015. »

Le président Menendez a souligné que pendant deux décennies, le régime iranien avait poursuivi les trois éléments nécessaires à la fabrication d‘une arme nucléaire, à savoir la matière fissile ; ce qui indique maintenant que le seuil est de trois à quatre semaines. La recherche scientifique et le développement pour construire l’ogive nucléaire et les missiles balistiques pour les lancer avancent rapidement.

Citant les dernières attaques de roquettes et de drones contre les troupes américaines au Moyen-Orient, Menendez a déclaré : « Je reste très sceptique qu’ils acceptent de suspende leurs activités menaçantes et déstabilisatrices, du développement de missiles balistiques au soutien aux mandataires terroristes. Alors même que les États-Unis, nos partenaires P5 + 1 et l’Iran se sont réunis à Vienne pour des négociations indirectes sur le retour au JCPOA, les dirigeants iraniens ont pris sur eux de contrarier toutes les parties et de montrer – à mon avis – leurs véritables intentions. »

Le président Menendez a appelé l’administration Biden et le P5+1 à envisager de nouvelles stratégies pour faire reculer le programme nucléaire de Téhéran et lutter contre ses activités dangereuses et néfastes :

« Premièrement, nous devrions rechercher la ratification immédiate par l’Iran du protocole additionnel afin de nous assurer que nous avons un accord international permanent avec l’Iran pour l’accès aux sites suspects.

Deuxièmement, nous avons besoin d’une interdiction de la recherche et développement sur les centrifugeuses pendant la durée d’un tel accord – car c’est cela qui a permis à l’Iran d’être à quatre semaines du franchissement du seuil nucléaire ; c’est pour que l’Iran ne puisse pas avoir la capacité de s’évader rapidement vers la bombe atomique. Tout comme la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU et la relance des sanctions sont hors de propos.

Troisièmement, l’Iran devrait fermer l’installation d’enrichissement de Fordow.

Quatrièmement, le monde a besoin d’une résolution complète pour faire la lumière sur les « dimensions militaires possibles du programme iranien ». Si l’Iran ne coopère pas à un examen complet des dimensions militaires de son programme, les sanctions automatiques doivent revenir en place.

Cinquièmement, plutôt que de prolonger la durée de l’accord, nous avons besoin d’un accord permanent.

Et sixièmement, nous avons besoin d’un accord sur les sanctions qui seront collectivement imposées par le P5 + 1 pour les violations iraniennes, petites et moyennes, ainsi que d’une déclaration claire concernant le paragraphe 37 du JCPOA, pour garantir la position américaine….

En outre, il serait important de fournir à la fois aux alliés et partenaires locaux, ainsi qu’aux installations et actifs américains dans la région, des capacités défensives renforcées pour contrer toutes les actions de représailles que l’Iran pourrait choisir de lancer, signalant ainsi notre volonté d’agir, si nécessaire ».

Le sénateur a conclu : « Aujourd’hui, j’appelle l’administration Biden et la communauté internationale à appliquer vigoureusement et rigoureusement les sanctions, qui se sont avérées être l’un de nos outils les plus puissants pour avoir un impact sur les dirigeants iraniens et le CGRI. Nous ne pouvons pas permettre Iran de nous menacer d’un mauvais accord ou d’un accord intérimaire qui lui permettrait de continuer à renforcer sa capacité nucléaire… L’espoir fait partie de la nature humaine, mais malheureusement, ce n’est pas une stratégie de sécurité nationale… Nous devons accueillir les utilisations légitimes et pacifiques vérifiables de l’énergie nucléaire, mais restons fidèles à nos principes de non-prolifération et à notre désir inébranlable de construire un monde plus stable, plus sûr et plus prospère pour que le peuple américain et tous les peuples épris de paix puissent prospérer. Pour ce faire, l’Iran ne peut pas et ne doit pas posséder d’arme nucléaire. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe