mercredi, février 28, 2024
AccueilActualitésActualités: NucléaireDocuments secrets : Téhéran alloue plus de fonds pour faire avancer le...

Documents secrets : Téhéran alloue plus de fonds pour faire avancer le programme nucléaire iranien

Un document divulgué obtenu et publié par le groupe dissident iranien « Ghyam ta Sarnegouni » révèle que le régime iranien a alloué davantage de fonds pour développer son programme nucléaire. Le groupe a piraté les serveurs des bureaux présidentiels du régime le 29 mai et a obtenu un trésor de documents classifiés.

Dans une lettre confidentielle adressée au président du régime Ebrahim Raisi, le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (AEOI), Mohammad Eslami, demande plus de budget pour augmenter les activités nucléaires du régime en construisant davantage de centrales nucléaires. Apparemment, Massoud Mirkazemi, chef de l’Organisation de la planification et du budget du régime, avait retardé le transfert de deux milliards d’euros à l’AEOI, incitant Eslami à écrire à Raïssi pour régler ce différend.

« Afin d’estimer le budget de construction des centrales nucléaires dans le projet de loi de finances 2022-2023, il a été demandé d’inclure une phrase spécifique dans les notes concernées. Cependant, Dr Mirkazmi a exprimé des doutes quant à l’opinion de Son Excellence, qui peut être abordée de l’une des manières suivantes :
1) Allouer deux milliards d’euros par an à partir du pétrole brut à cette fin dans le projet de loi ou

2) Approuver cette proposition au Conseil suprême de la sécurité nationale », lit-on dans la lettre.

En réponse, Raïssi accepte rapidement d’inclure la remise de deux milliards d’euros de pétrole brut à Eslami et à son organisation pour qu’ils soient utilisés dans la construction de centrales nucléaires.

« Vous trouverez ci-joint une photo de la lettre datée du 27/11/2022 de l’estimé adjoint présidentiel et chef de l’Organisation de l’énergie atomique concernant la demande de prévisions budgétaires pour la construction de centrales nucléaires dans le projet de loi de finances 2022-2023. Il est annoncé par la présente que l’honorable président a accepté la première proposition et son inclusion dans le projet de loi de finances 2022-2023 », lit-on dans la lettre.

Selon un rapport de la Résistance iranienne du 16 décembre 2021, la plus grande partie du budget 2022-2023 de l’Iran sera réservée à l’appareil militaire du régime, y compris les Gardiens de la révolution (CGRI), l’armée et la milice du Bassidj, qui sont tous sous le contrôle du guide suprême Ali Khamenei. Le budget allouera également un minimum de 5 milliards de dollars de pétrole brut pour renforcer les « capacités de défense et la recherche stratégique » du régime, une augmentation par rapport aux 4 milliards de dollars de l’année précédente. Ces institutions comprennent également la télévision d’État du régime.

Les demandes du peuple iranien ont été largement négligées dans le projet de loi de finances. Le 12 décembre, l’agence de presse publique ILNA a rapporté que « le moins d’attention a été accordée au bien-être des ménages dans le budget du pays ».

L’ILNA a en outre déclaré qu’en raison du salaire minimum fixé par le gouvernement dans le budget 2022, le pouvoir d’achat des Iraniens diminuerait, entraînant un approfondissement des inégalités sociales et une augmentation de la pauvreté relative et absolue. L’ILNA a également noté que le gouvernement de Raïssi a ignoré l’inflation en 2020 et qu’aucune compensation n’a été prévue, ce qui a entraîné une hausse de l’inflation en 2021 et un fardeau financier supplémentaire pour la population.

Il convient de noter que les principales sources de revenus de Téhéran pour son budget 2022-2023 comprennent les exportations de pétrole, les recettes fiscales et la suppression du taux de change officiel du dollar de 42 000 rials. Selon le journal public Tejarat News du 11 décembre, le gouvernement de Raïssi vise à gagner 3 810 billions de rials grâce aux ventes de pétrole, dont 3 510 billions de rials provenant des exportations de pétrole, ce qui représente une augmentation significative par rapport à l’année précédente.

Le régime prévoit de vendre 1,2 million de barils de pétrole par jour, malgré la volatilité du marché pétrolier causée par la pandémie de Covid-19. Le gouvernement a également l’intention d’augmenter les recettes fiscales de près de 62 % par rapport au budget actuel, avec des recettes fiscales estimées à environ 5 270 milliards de rials. Le régime a promis d’augmenter la base salariale de 10%, mais cette augmentation est insignifiante compte tenu de la hausse du taux d’inflation du pays qui oscille au-dessus de 50%, faisant fluctuer les prix des articles de base.

Comment Téhéran a-t-il accédé au rapport confidentiel de l’AIEA ?

Le 29 mai, le Wall Street Journal a rapporté que le régime clérical avait « obtenu l’accès aux rapports secrets de l’agence atomique des Nations Unies il y a près de deux décennies et avait fait circuler les documents parmi les hauts responsables qui ont préparé des articles de couverture et falsifié un dossier pour dissimuler des travaux passés présumés sur les armes nucléaires ».

« Les archives de l’AIEA consultées par l’Iran faisaient partie des plus de 100 000 documents et dossiers saisis par les services de renseignement israéliens en janvier 2018 dans les archives de Téhéran. Certains documents incluent des notes manuscrites en persan sur des documents de l’AIEA et des pièces jointes avec des commentaires iraniens», ajoute le rapport du WSJ.

Une lettre confidentielle d’Eslami au ministre des Affaires étrangères du régime, Hossein Amir-Abdollahian, acquise par le groupe Ghiyamta ta Sarnegouni lors de sa récente prise de contrôle
des sites et serveurs présidentiels du régime confirme ce fait :
« Salutations, M. Dr. Amir Abdollahian, ministre des Affaires étrangères, veuillez transmettre respectueusement l’image ci-jointe numérotée 8313531/9649, datée du 29/05/2022, illustrant les activités de l’Organisation du renseignement étranger et du ministère du Renseignement concernant la demande d’accès de l’Iran aux informations de l’Agence de l’énergie atomique. Veuillez examiner et considérer les points décrits dans la lettre d’accompagnement », lit-on dans la lettre divulguée.

Qui est Eslami ?
Lorsque Raïssi a nommé Eslami à la tête de l’AEOI, beaucoup ont fait valoir qu’il n’était pas un choix pertinent. Mais, comme l’a révélé à l’époque le Conseil national de la Résistance iranienne, malgré son manque de qualifications scientifiques dans le domaine nucléaire, la nomination d’Eslami n’est pas surprenante car il a été sanctionné par les Nations Unies pour son rôle dans le « programme d’armement nucléaire » du régime. ” De plus, Eslami a joué un rôle majeur dans l’ambitieux programme de missiles balistiques de l’Iran pendant plus d’une décennie, faisant de sa nomination en tant que nouveau chef nucléaire un développement préoccupant pour la communauté internationale. La nomination d’Eslami, qui a une histoire de mensonge et de tromperie, suggère que le régime est prêt à utiliser tous les moyens pour atteindre ses objectifs nucléaires. La nomination d’Eslami en tant que nouveau chef du nucléaire doit être considérée comme faisant partie de la stratégie du régime de déclarer la guerre sur tous les fronts plutôt que comme une étape prometteuse vers une issue plus brillante des pourparlers sur le nucléaire.

Compte tenu de son manque de diplômes universitaires, Mohammad Eslami est une personne de confiance de Khamenei qui est censée posséder la ruse et la détermination nécessaires pour poursuivre les ambitions nucléaires illicites du régime. Les fichiers divulgués mettent en évidence les priorités d’Eslami, ainsi que celles de Raïssi, soulignant la volonté du régime clérical de risquer un isolement supplémentaire afin d’atteindre ses objectifs. Il n’est pas certain que la communauté internationale partage le même niveau de motivation pour empêcher de tels résultats.