jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitésActualités: NucléaireComprendre le « document de septembre », la dernière manœuvre diplomatique de...

Comprendre le « document de septembre », la dernière manœuvre diplomatique de Téhéran

Comprendre le « document de septembre », la dernière manœuvre diplomatique de Téhéran

Maryam Radjavi : Le régime des mollahs n’a jamais arrêté le projet d’acquisition de la bombe atomique et continue sa tromperie

Après des mois de traînage des pieds et de nombreuses mises en scène astucieuses, comme faire un tabou de la renégociation directe de l’accord nucléaire de 2015 avec les États-Unis, Hossein Amir-Abdollahian, le ministre des Affaires étrangères du régime iranien, a souligné l’importance du soi-disant « Document de septembre ». Compte tenu des années infructueuses de négociations nucléaires avec les religieux obstinés de Téhéran, on peut sérieusement s’interroger sur le sérieux de ces négociations et sur la manière dont elles seront différentes cette fois-ci.

Suite aux récents accords informels entre le régime iranien et les États-Unis, portant sur la libération des otages et le déblocage des fonds iraniens en Irak et en Corée du Sud, le régime des mollahs veut montrer qu’il a choisi de relancer les négociations nucléaires, qui sont bloquées dans le flou depuis l’été 2022.

Dans le cadre de cette initiative, le régime aurait réduit ses stocks d’uranium enrichi à 3 795,5 kilogrammes en août, soit une baisse de 949 kilogrammes par rapport à juillet. Cela a été fait en collaboration avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui préparait la prochaine session de son Conseil des gouverneurs.

L’objectif du régime en réduisant ses stocks d’uranium est d’empêcher l’AIEA de publier un rapport négatif au Conseil des gouverneurs et d’empêcher l’adoption de toute résolution sur cette question. D’autant plus que, au cours du prochain mois d’octobre, certaines dispositions du JCPOA, notamment certaines clauses de caducité et sanctions liées aux missiles, devraient expirer. Téhéran entend donc empêcher le renouvellement des sanctions ou l’imposition de nouvelles.

Ainsi, le régime des mollahs a cherché à parvenir à un accord avec les États-Unis, principal acteur de ces négociations, dans l’espoir d’obtenir un accord au-delà du cadre du JCPOA. Bien qu’il ait publiquement rejeté les négociations directes avec les États-Unis, le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a entamé des discussions par l’intermédiaire d’intermédiaires tels que le Qatar et Oman lorsque cela était nécessaire.

Parmi les mesures récentes, citons l’annonce du ministre des Affaires étrangères Amir-Abdollahian, qui a déclaré que le « Document de septembre » jouait un rôle central dans les négociations iraniennes. Ce document concerne spécifiquement la version finale de l’accord, qui a été présentée l’été dernier par Joseph Borrell, le haut représentant de l’Union européenne, comme la dernière initiative diplomatique de cette période.

Néanmoins, l’objectif de Khamenei était d’obtenir des assurances de la part de l’administration Biden, assurant que Washington ne s’en retirerait pas. Y parvenir est extrêmement déroutant dans le cadre du système de gouvernance américain, car aucune administration ne peut dicter les conditions de ses successeurs, encore moins la résistance du Congrès.

Les républicains, qui ne soutiennent généralement pas de telles assurances, détiennent la majorité à la Chambre des représentants des États-Unis, et même si certains démocrates expriment leur opposition, Khamenei est confronté à un défi presque insurmontable à cet égard. Par conséquent, le document de septembre constitue une option non viable pour Khamenei.

En outre, l’exigence ultime du régime est la levée complète des sanctions américaines, un objectif qui semble hautement irréalisable, surtout si l’on considère les faibles chances que l’administration Biden s’oriente dans cette direction. En l’absence de concessions tangibles de la part de Washington que les mollahs pourraient imposer à leur public national, le sort du Document de septembre semble sur le point de faire écho à celui des initiatives précédentes.

Ce qui est encore plus significatif que la révélation de ces coups politiques, ce sont les conclusions qui peuvent en être tirées. À la suite des soulèvements de 2022, le régime des mollahs s’est activement efforcé de démontrer sa stabilité à travers diverses manœuvres nationales et internationales, visant à impressionner sa base de partisans au moral bas tout en trompant ses adversaires. Cependant, les faiblesses fondamentales du régime et l’inefficacité de ces spectacles diplomatiques n’induisent même pas en erreur les initiés du régime. Ce fait est devenu tout à fait évident, car d’anciens responsables et médias contrôlés par l’État ont déployé des efforts supplémentaires pour les dénoncer.

Le site Internet Entekhab, géré par l’État, a été fermé après la publication d’une vidéo critique sur la politique étrangère d’Ebrahim Raïssi. Entre autres choses, la vidéo controversée déclarait : « Les réalisations de l’administration Raïssi peuvent être résumées comme la publication de trois résolutions de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’expulsion de l’Iran de la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme, une résolution de l’ONU. Conseil des droits de l’homme et la résolution de l’Union européenne sur les sanctions en matière de droits de l’homme.

Dans une autre partie de la même vidéo, il a été souligné : « Ce qui compte pour l’évaluation, ce sont les résultats des actions du gouvernement, et non les slogans grandioses promus… Amir-Abdollahian a considéré ses trois jours de trsa visite au Pakistan a été très réussie, mais moins d’une semaine après sa visite, le Pakistan a interrompu ses importations de gaz en provenance d’Iran.

Après la fermeture d’Entekhab, Mohammad Mohajeri, membre du comité de rédaction du site Internet Khabar Online, a écrit : « M. Le gouvernement de Raïssi veut toujours relancer le JCPOA, mais il n’y parvient pas. Ce n’est pas qu’il ne le veuille pas ; au contraire, il lui manque le mérite. Le site d’information Entekhab a critiqué la politique étrangère du gouvernement et le gouvernement, incapable de la tolérer, a décidé de la fermer. Pourquoi? Parce qu’ils ont dit que le goût des sucettes de l’OCS et des BRICS était si peu appétissant que personne ne l’aimait.