lundi, juin 17, 2024
AccueilActualitésActualités: NucléaireNucléaire iranien: poursuite des discussions des Six lundi par téléphone

Nucléaire iranien: poursuite des discussions des Six lundi par téléphone

Nucléaire iranien: poursuite des discussions des Six lundi par téléphoneAgence France Presse – Les six pays impliqués dans les négociations sur le dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne) ont décidé de poursuivre leurs discussions lundi par téléphone, a indiqué jeudi le département d’Etat.

Le secrétaire d’Etat adjoint aux Affaires politiques, Nicholas Burns, "a eu une réunion productive avec ses homologues des ‘5+1’ à Berlin", a déclaré le porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, Sean McCormack.

"Les directeurs politiques ont regretté que l’Iran n’ait pas accepté les conditions fixées par la communauté internationale dans la résolution 1696 du Conseil de sécurité de l’Onu", a précisé le porte-parole à la presse.

"Ils ont entamé les discussions sur les mesures que nous pouvons prendre au Conseil de sécurité" en réponse au refus de l’Iran à respecter la résolution, ajouté M. McCormack.

"Ils se sont accordés à ne pas discuter, à cette étape, des détails de leurs délibérations. Les directeurs politiques ont aussi décidé de discuter de ces questions au téléphone lundi", a-t-il conclu.

Plus tôt, M. McCormack avait révélé que l’Italie, le Canada et le Japon avaient envoyé des émissaires à Berlin pour discuter avec les Six des suites à donner au dossier nucléaire iranien.

Les directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères de ces trois pays ont dîné jeudi soir dans la capitale allemande avec M. Burns, avait-il précisé au cours d’un point de presse.

Ces émissaires se trouvaient à Berlin "pour rencontrer Nick", a poursuivi M. McCormack. "Je pense qu’ils ont eu des entretiens avec les autres membres du groupe des 5+1", les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne, impliquée depuis le début dans les négociations des Européens avec l’Iran.

L’Italie, qui est l’un des principaux partenaires commerciaux de l’Iran, considère que la volonté de Téhéran d’utiliser l’énergie nucléaire est "légitime si elle est destinée à des fins pacifiques".

Le Canada de son côté appuie "sans réserve" la position américaine.

Enfin le Japon, membre non-permanent du Conseil de sécurité, entretient des relations énergétiques importantes avec l’Iran, et vient de reconnaître que son économie serait durement frappée si le robinet du pétrole iranien était fermé à la suite de sanctions internationales contre Téhéran.

Ces trois pays sont membres du G8, de même que les pays impliqués dans les négociations sur l’Iran, à l’exception de la Chine.