vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafNous sommes tous des Iraniens qui nous battons pour la liberté (Bernard...

Nous sommes tous des Iraniens qui nous battons pour la liberté (Bernard Kouchner)

CNRI – «Nous devons avec tous les moyens qui sont à notre disposition, rappeler que sept personnes (disparues d’Achraf) manquent à l’appel, où sont-elles ? Sont-elles encore en Irak ? Ou au contraire ont-elles été transportées, livrées, vendues à l’Iran ? Ça c’est une affaire de droit international et nous en sommes tous les témoins, mais les acteurs aussi», a déclaré Bernard Kouchner, ancien chef de la diplomatie française.

Il s’exprimait lors d’ une conférence internationale à Rome, le 19 décembre, en présence de personnalités européennes et américaines, au cours de laquelle les participants ont exprimé leur soutien à l’appel à une campagne internationale de Maryam Radjavi pour libérer les 7 otages d’Achraf, garantir la sécurité des habitants de Liberty et agir contre les exécutions arbitraires en Iran.

Dans son intervention, Bernard Kouchner a ajouté :

«Pour nous l’Iran c’est vous, bien sûr l’Iran c’est vous, mais malheureusement, et un peu heureusement, ce n’est pas seulement vous. Il y a aussi beaucoup d’Iraniens qui voudraient comme vous avoir la liberté de dire ce qu’ils pensent, d’applaudir Mme Radjavi, d’applaudir les autres, d’applaudir la liberté, la démocratie, le rôle des femmes dans la politique, et de prouver combien les femmes sont nécessaires, indispensables, meilleures aussi que les hommes!

«Il y a un mot essentiel à mes yeux et qui ne représente pas la réalité de l’Iran, c’est le mot laïcité. Séparer complètement la politique, le gouvernement et puis la religion. C’est une vision moyenâgeuse des choses, c’est une vision insupportable de confondre les deux.

«Je voudrais également dire un mot de l’affaire sinistre d’Achraf. Évidemment certains ont réagit tout de suite à ce massacre au camp d’Achraf, à ces 52 morts et à ces 7 otages disparus et dont on n’a pas de nouvelles. Mais les autres ont mis du temps, et la réaction de la communauté des avocats, de la communauté du droit a été lente, mais elle vient et vous l’avez saluée. Elle a été trop lente mais maintenant nous devons absolument avec tous les moyens qui sont à notre disposition, dans la parole publique dont certains peuvent bénéficier, nous devons à chaque fois rappeler que sept personnes manquent à l’appel. Où sont-elles ? Sont-elles encore en Irak ? Ou au contraire ont-elles été transportées, livrées, données, vendues à l’Iran ? Ça c’est une affaire de droit international et nous en sommes tous les témoins, mais les acteurs aussi. Nous devons protester en permanence puisque ce gouvernement a senti que les sanctions étaient efficaces, et je regrette que ces sanctions aient été nécessaires, parce que les sanctions sont toujours plus efficaces sur les pauvres que sur les riches, mais c’est le dernier moyen que la communauté internationale a inventé avant la guerre et je crois qu’une fois de plus les sanctions ont été relativement efficaces.

«Donc je pense et vous les grévistes (de la faim) vous pensez à eux encore plus, qu’il faut accentuer la pression sur toutes les organisations à notre disposition, toutes les ONG, toutes les fondations, les agences des Nations Unies et particulièrement le HCR, parce qu’après tout ils étaient sous la responsabilité du HCR.

«Et puis je voudrais dire un mot de ce M. Maliki. Je pense que ce fut un bien mauvais calcul de la part de nos amis américains que de prendre cet homme pour diriger l’Irak. Je vous rappelle qu’il y avait un autre chi’ite, qui était arrivé à une voix devant Maliki et qui s’appelait Alawi et que cet homme était un laïc. Je pense que c’était une bien belle erreur, bien tragique erreur que d’avoir nommé M. Maliki. En dehors de son obéissance aux consignes iraniennes, en quoi représente-t-il le peuple irakien ? Est-ce qu’un premier ministre irakien laisserait tous les jours dans sa ville, sous son nez, des attentats? Et qui assassine tous les jours entre un, deux, dix, cinquante, plus des centaines de blessés, les habitants de Bagdad ? Est-ce que cet homme est digne de diriger un pays comme celui-là ? Non et non et non ! Il faut qu’on s’en rende compte.

«Je vous rappelle que sans le consentement de M. Maliki, cette attaque honteuse, meurtrière sur le camp d’Achraf qui était placé sous la responsabilité de la communauté internationale, n’aurait jamais pu avoir lieu. Maliki, soi-disant premier ministre de Bagdad, tu es responsable de l’attaque sur Achraf et tu dois en rendre compte!

«Tout à l’heure on vous dira, les gens qui connaissent le dispositif de protection et de défense d’Achraf, vous diront que sans laide précise des Iraniens, des Pasdarans, il n’était pas possible d’attaquer ce camp d’Achraf qui était gardé en permanence par des soldats irakiens. Ça n’était pas possible. Ce n’était pas seulement une complicité mais c’est un meurtre, de la part de cet homme, premier ministre dit-on de l’Irak.

«Je répète pour conclure qu’il est vrai que le combat nécessaire, fait dans cette région, c’est-à-dire contre l’armement atomique militaire de l’Iran qu’on ne doit pas tolérer, que la communauté internationale ne tolérera jamais, nous masquait, vous l’avez vu dans le discours de Mme Radjavi, la dégradation du nécessaire respect des droits de l’homme était en Iran. Le bilan est sinistre.

«J’ai vu dans les chiffres que près de 800 condamnations à mort avaient été exécutées. C’est notre tâche à tous. Pour un Iranien qui meurt de façon complètement injuste ayant été condamné pour son combat pour la liberté, qu’il soit moudjahidine du peuple ou qu’il ne le soit pas, un Iranien qui meurt, c’est un combattant de la liberté qui meurt. Nous sommes tous des Iraniens qui nous battons pour la liberté! »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe