mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMaryam Radjavi: l'Europe ne doit pas laisser les mollahs justifier la répression...

Maryam Radjavi: l’Europe ne doit pas laisser les mollahs justifier la répression en Iran et à Achraf

Parlement européen, 11 novembre 2009 CNRI – « La fin du régime du guide suprême est l’objectif commun de la grande majorité du peuple iranien, quelles que soient les tendances politiques, l’opinion, l’origine ethnique ou la religion. La Résistance iranienne a présenté un plan de front de solidarité nationale. Ce front est ouvert à tous les partis, groupes et personnalités qui veulent la fin de ce régime dans sa totalité et l’instauration d’une république laïque », a déclaré Maryam Radjavi le 11 novembre.

Parlement européen, 11 novembre 2009 CNRI – « La fin du régime du guide suprême est l’objectif commun de la grande majorité du peuple iranien, quelles que soient les tendances politiques, l’opinion, l’origine ethnique ou la religion. La Résistance iranienne a présenté un plan de front de solidarité nationale. Ce front est ouvert à tous les partis, groupes et personnalités qui veulent la fin de ce régime dans sa totalité et l’instauration d’une république laïque », a déclaré Maryam Radjavi le 11 novembre.

La Présidente élue de la Résistance iranienne s’exprimait dans une réunion au Parlement européen organisée par l’intergroupe des Amis d’un Iran Libre sous la houlette d’Alejo Vidal-Quadras, vice-président du PE et de Struan Stevenson président de la délégation des relations avec l’Irak. Au nombre des autres intervenants figuraient notamment Mme Eva-Britt Svensson, présidente de la Commission des droits de la femme, M. Stephen Hughes, premier Vice-président du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates et M. Vytautas Landsbergis, ancien Président de la Lituanie.

Voici le texte de son intervention :

Je suis heureuse de me trouver parmi vous. Je souhaite tout d’abord vous féliciter pour votre victoire aux élections. Cela fait plusieurs législatures que je constate le soutien actif des eurodéputés à un changement démocratique en Iran. Permettez-moi de rendre hommage au rôle des eurodéputés, en particulier au Comité des amis d’un Iran libre et au Comité international pour l’application de la justice, en soutien à la Cité d’Achraf.

Il y a juste une semaine, le 4 novembre, la population s’est encore soulevée en Iran. Si l’on compare avec les révoltes des cinq derniers mois, les manifestations ont touché beaucoup plus de villes. A Téhéran et dans vingt grandes villes, cette fois, la population est descendue en plus grand nombre dans la rue. De tous les âges et de toutes les couches sociales, des lycéens de 15-16 ans, aux personnes âgées. Ils avaient tous un slogan en commun contre la dictature et une demande en commun : le changement de régime. A Téhéran, ils ont arraché les portraits de Khamenei, le guide suprême des mollahs, pour les piétiner et défiler dessus. Les manifestants ont critiqué la mollesse d’Obama vis-à-vis du régime iranien. Dans leurs slogans ils criaient qu’ils ne voulaient pas de la bombe atomique et qu’ils voulaient la paix pour le monde et la démocratie pour l’Iran. Oui c’est le vrai cri du peuple iranien.

Le 4 novembre, comme l’a déclaré Massoud Radjavi, le dirigeant de la Résistance iranienne, « tout indique qu’il existe une volonté nationale pour renverser le régime honni du guide suprême et parvenir à la liberté et à la suprématie populaire ».

En face, le régime a intensifié la répression de la société, son ingérence dans les pays de la région et la fabrication de la bombe atomique. Vous avez vu que le régime a fait échouer les négociations nucléaires d’octobre parce qu’il veut se doter de la bombe atomique. Les mollahs ont une feuille de route très claire. Ils ont transformé les négociations, selon les ordres de Khamenei, en progression étape par étape dans la fabrication de la bombe. Ils font avancer trois projets en même temps : l’enrichissement de l’uranium, le développement des missiles et la fabrication des têtes nucléaires. Ils poursuivent actuellement le projet P-111 pour la fabrication des ogives nucléaires. En même temps, ils visent l’enrichissement de l’uranium à 20% en Iran. C’est pourquoi en demandant d’acheter de l’uranium à l’étranger, ils veulent dès le premier prétexte, commencer à enrichir eux-mêmes de l’uranium à 20%.

En fait, après le soulèvement populaire, le régime a plus que jamais besoin de la bombe pour retrouver son équilibre, c’est pourquoi, la communauté internationale doit faire preuve de fermeté à son encontre.

Chers amis,

Avec la nouvelle période qui s’ouvre en Iran, la Résistance du peuple iranien, sa solution et ses perspectives revêtent un rôle déterminant. Permettez-moi ici de résumer en quelques mots le projet politique de la Résistance iranienne :

– Notre but est d’éliminer le régime du guide suprême et d’instaurer une démocratie pluraliste.
– Notre solution est la Troisième Voie qui rejette à la fois la complaisance avec les mollahs et une intervention militaire étrangère. Elle s’appuie sur un changement démocratique par le peuple iranien et sa Résistance. C’est une solution dont le soulèvement du peuple iranien a démontré la justesse.
– Nous avons constamment appelé à des élections libres en Iran et le faisons encore. Des élections libres sous l’égide des Nations unies, sur la base du principe de la souveraineté populaire et non de la suprématie du guide religieux.
– Face à la dictature religieuse, nous nous appuyons sur le peuple iranien et la solidarité nationale. La fin du régime du guide suprême est l’objectif commun de la grande majorité du peuple iranien, quelles que soient les tendances politiques, l’opinion, l’origine ethnique ou la religion. La Résistance iranienne a présenté un plan de front de solidarité nationale. Ce front est ouvert à tous les partis, groupes et personnalités qui veulent la fin de ce régime dans sa totalité et l’instauration d’une république laïque.

Dès le début du soulèvement national, nous avons même appelé la faction vaincue du régime, à rejeter cette dictature dans sa totalité. Nous lui avons souhaité la bienvenue dans le cadre de ces conditions.

Ces derniers mois, lorsqu’à la demande des mollahs, les forces irakiennes ont attaqué le camp d’Achraf, l’ensemble des groupes et personnalités iraniennes, d’opinions diverses, voire opposées, ont condamné cette agression d’une seule voix. Cette unanimité sans précédent montre l’avancée de la solidarité nationale entre Iraniens.

En ce qui concerne l’avenir :
– Nous voulons l’instauration d’une république laïque et pluraliste
– Dans l’Iran de demain, la torture et la peine de mort seront abolies.
– Les femmes bénéficieront de droits égaux aux hommes, notamment à la direction politique.
– Nous voulons un Iran dénucléarisé.
– Nous voulons des relations pacifiques et amicales avec nos voisins et tous les pays du monde.

11 novembre 2009, Bruxelles, Parlement européenChers amis,

Parallèlement au massacre des manifestants, les mollahs continuent leur complot et leur répression contre la Cité d’Achraf en Irak, où vivent 3400 membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran, car ils jugent nécessaire de réprimer Achraf pour contenir la révolte en Iran. Vous venez de voir des images de l’attaque mortelle des 28 et 29 juillet contre Achraf. Onze personnes parmi les résidents sans défense ont été tuées, plus de 500 blessés et 36 pris en otages pendant 72 jours. Ils ont été libérés et sont retournés à Achraf grâce à leur résistance, à la persévérance des résidents d’Achraf et à une vaste campagne internationale.

C’est une défaite cuisante pour les mollahs qui ont cette fois décidé de faire déplacer les Achrafiens à l’intérieur de l’Irak pour pouvoir les massacrer à une plus grande échelle. Cela démontre surtout les graves dangers qui menacent les mille femmes d’Achraf. Le déplacement forcé des résidents d’Achraf sur le territoire irakien, après 23 ans de séjour légal dans ce pays, est contraire à la loi, au droit humanitaire international et au droit international sur les droits de l’homme. La présence des résidents d’Achraf est conforme au droit international, et bénéficie du vaste soutien de la population irakienne. Comme nos avertissements sur la menace du régime contre Achraf n’ont pas été entendus l’an dernier, les mollahs ont eu les mains libres pour le massacre du 28 juillet. J’espère que cette fois, les gouvernements et la communauté internationale entendront ces avertissements.

Nous proposons une solution très claire pour Achraf :
– L’ONU doit interdire officiellement tout déplacement forcé des résidents d’Achraf sur le territoire irakien.
– Jusqu’au retrait de ses troupes fin 2011, le gouvernement américain doit apporter les garanties nécessaires pour empêcher toute attaque, violence contre les résidents d’Achraf ou leur déplacement forcé.
– Le gouvernement irakien doit respecter la résolution du 24 avril du Parlement européen, lever le blocus d’Achraf, reconnaître les droits des résidents selon la 4e convention de Genève et empêcher leur déplacement forcé. Pour parvenir à cette solution, j’ai besoin de votre aide.

Je dois rappeler que la Cité d’Achraf a été entièrement construite par ses habitants et que tout a été financé par la Résistance. Depuis le début, en 1986, Achraf est une zone respectée. C’est une mesure reconnue dans les années 1990 par l’ONU. C’est pourquoi elle doit continuer à être respectée et protégée de toute violation.

Aujourd’hui, le régime, qui est entré dans sa phase terminale, est cerné par le soulèvement populaire. Nous appelons les Etats membres de l’Union européenne d’adopter une politique de fermeté dans la défense des droits de l’homme en Iran et de ne pas permettre au régime des mollahs d’utiliser ses relations économiques et diplomatiques avec l’Europe pour justifier la répression en Iran.

Mes compatriotes placent plus que jamais en vous l’espoir d’un soutien à une solution iranienne pour un problème iranien.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe