mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMaryam Radjavi : Le rôle des femmes dans la solution pour l’Iran

Maryam Radjavi : Le rôle des femmes dans la solution pour l’Iran

Maryam Radjavi : Le rôle des femmes dans la solution pour l’IranCNRI – Pour la Journée internationale des Femmes, Maryam Radjavi , présidente de la République élue de la Résistance iranienne, a prononcé un discours sur le rôle essentiel des femmes dans la lutte contre le régime intégriste de Téhéran et comment elles garantissent la démocratie pour l’Iran de demain.

Dans cette première partie, elle traite des dangers du fascisme religieux et des trois solutions qui existent pour résoudre la crise actuelle en Iran :

Je suis très heureuse de me trouver parmi vous, parce que je vois une assemblée qui maintient vivace l’espoir dans les idéaux du mouvement pour l’égalité. L’espoir de construire un monde nouveau de relations humaines et d’écarter les entraves qui emprisonnent aujourd’hui d’une manière ou d’une autre les êtres humains.

On célèbre aujourd’hui la Journée internationale des femmes et je vous adresse toutes mes félicitations, ainsi qu’à mes sœurs dans le monde entier. Je salue toutes les femmes héroïques qui dans le monde souffrent et se sacrifient pour les idéaux de l’égalité. Que ce soit celles qui ont ouvert la voie, ou celles dont l’histoire n’a pu retenir le nom à cause du règne de la misogynie, et malgré leur immense dévouement.

Oui, voici le problème : Espérer et se battre pour un idéal humain d’avant-garde. C’est ce même idéal pour lequel dans mon pays, des dizaines de milliers de femmes courageuses ont donnée leur vie dans le combat contre l’intégrisme au pouvoir depuis 27 ans. A leur sommet, Achraf Radjavi, qui, il y a 24 ans à Téhéran, a été la cible des balles des pasdarans et a perdu la vie. Je salue toutes celles qui sont la fierté du mouvement pour l’égalité dans le monde.

L’an passé, les peuples de quatre pays, l’Allemagne, le Chili, le Libéria et la Finlande ont choisi des femmes pour les diriger et cela représente un acquis pour toutes les femmes de la planète.

Ces dernières décennies, les femmes dans le monde ont obtenu de très nombreux acquis, même si le monstre de l’inégalité prédomine, et que la violence, l’humiliation et le mépris à l’encontre les femmes font rage. Il faut aussi ajouter l’intégrisme islamique, qui vient en tête de tous ces maux. Un mouvement qui n’a rien à voir avec l’islam authentique et cette religion de miséricorde et de tolérance du prophète Mahomet. Mais l’influence et la conduite du fascisme religieux en Iran mettent en danger non seulement les acquis des femmes mais de toute l’humanité également.

Ainsi donc, aujourd’hui, je souhaite parler de la solution de cette crise et du rôle que peuvent y jouer les femmes.

Le danger du fascisme religieux en Iran

Examinons tout d’abord la situation. Le fascisme religieux en Iran qui a exécuté et massacré 120.000 opposants politiques, est sur le point d’acquérir des armes atomiques. Il s’est aussi doté de missiles de longue portée capables de transporter des ogives nucléaires et de toucher l’Europe. L’arme atomique dans les mains d’une dictature sauvage dont les attentats terroristes ont répandu le crime et la peur dans plusieurs points du monde, à Buenos Aires, Paris, Berlin, Beyrouth, Riad, Manille, Istanbul et Bagdad, est en soi suffisamment dangereux. Mais il y a un danger bien plus grave, et ce sont les efforts  incessants des mollahs pour instaurer un empire totalitaire sous la bannière de l’islam.

De cette manière, ils se sont largement infiltrés en Irak pour dominer ce pays. Ils sont hostiles au processus de paix au Proche-Orient, et ils ont formé un front de mouvements intégristes dans la région  pour empêcher tout changement en Iran.

Ahmadinejad, le président de ce régime, que la chancelière allemande a justement comparé à Hitler, a déclaré : « Les vagues de la révolution islamique toucheront bientôt le monde entier. »  Il menace tout le monde et malgré l’envoi du dossier atomique des mollahs au Conseil de Sécurité de l’ONU, il multiplie les activités et accélère la course à l’arme atomique.

Une arme fatale est donc entrée en scène, constituée de la bombe atomique et de l’intégrisme. De l’expérience de Khomeiny – qui a amené l’intégrisme au pouvoir – et de l’étude des conceptions réactionnaires des mollahs, je sais qu’ils n’ont aucune limite dans les massacres et la destruction massive de la population. Et tout le monde a pu le constater dans les attentats terroristes de ces dernières années.

Par conséquent, il s’agit d’une crise qui progresse avec le bellicisme et les menaces hystériques des mollahs, et qui pousse la région au bord du gouffre au détriment de tous.

Trois solutions au problème de l’Iran

La question essentielle que se pose le monde entier, c’est quelle est la solution ? Avec le monstre de l’intégrisme qui est prêt comme le dit son président, à mettre la région à feu et à sang pour sa survie, que faut-il faire ?

Vous avez sans doute pris connaissance de certaines analyses et articles qui prônent des solutions à cette menace. Si l’on veut classer ces opinions, nous nous retrouvons finalement devant deux choix : la complaisance avec la dictature des mollahs ou la guerre étrangère.
 
La complaisance avec les mollahs est apparue sous prétexte de pousser le régime à la modération par le compromis et l’apaisement. Les pays occidentaux prétendaient qu’ils pratiquaient la complaisance avec le régime pour éviter la guerre. Or il a été démontré que c’est la politique de complaisance qui engendre la guerre. Seize années de compromis ont abouti à Ahmadinejad et trois ans de négociations de la troïka européenne ont rapproché les mollahs de la bombe atomique. La guerre non plus n’est pas une solution au problème de l’Iran. Par conséquent, il y a deux ans, au nom de la résistance iranienne, j’ai présenté la Troisième Voie, à savoir un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance.

Mais cette Troisième Voie, en ce qui concerne notre débat, soulève deux questions cruciales :

1- Comment la participation active et à part égale des femmes à la direction politique peut-elle offrir la capacité et la force suffisante pour trouver cette voie ?

2- Comment la Résistance iranienne peut-elle garantir qu’il s’agit d’une solution démocratique ?

La réponse à ces deux questions, met en relief un facteur déterminant et inspirateur dans la Résistance iranienne, comme le démontre vingt ans d’expérience et surtout la persévérance de ces trois dernières années. Ce facteur, c’est la direction des femmes. Aujourd’hui, je voudrais expliquer pourquoi la présence concrète des femmes à la direction est la source de la puissance et de la capacité de la résistance, pourquoi elle garantit de la démocratie, pourquoi elle a été et demeure le facteur de survie du mouvement de la résistance face à l’intégrisme et pourquoi elle provoquera la défaite totale de l’intégrisme.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe