jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceMaryam Radjavi : La Résistance iranienne peut amener un changement démocratique en...

Maryam Radjavi : La Résistance iranienne peut amener un changement démocratique en Iran

Maryam Radjavi : La Résistance iranienne peut amener un changement démocratique en IranSelon la présidente élue du CNRI, les importantes manifestations contre le régime en Iran montrent un soutien de plus en plus actif pour un changement démocratique.

Middle East Online, Londres – Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a déclaré que les importantes manifestations contre le régime en Iran montraient un soutien de plus en plus actif à un changement démocratique.

Elle a fait ces déclarations à la fin d’une réunion ce matin avec un groupe de députés britanniques à son domicile à Auvers-sur-Oise, près de Paris. La délégation dirigée par Lord Corbett of Castle Vale, qui préside le Comité parlementaire britannique pour la Liberté en Iran, était composée d’avocats et de membres des deux Chambres du parlement et des trois principaux partis politiques.

Lord Corbett of Castle Vale, Lord Russell-Johnston (ancien président du Conseil de l’Europe), la baronne Harris of Richmond, Andrew MacKinlay (membre de la Commission des affaires étrangères de la Chambre des Communes) et David Amess, membre du Parlement, ont assisté à une conférence de presse aux côtés de figures de l’opposition iranienne à la fin du meeting ce matin au sujet des événements récents en Iran.

« La Résistance iranienne peut amener un changement démocratique en Iran. Nous proposons l’établissement d’un gouvernement laïc se basant sur des principes démocratiques qui respectent les droits humains », a déclaré Radjavi, puis elle a ajouté : « Nous bénéficions d’un grand soutien au sein de la société, d’une alternative politique représentant les différents groupes ethniques et religieux composant la population iranienne et d’une solide force organisée disposée près de la frontière iranienne, prête à intervenir, à jouer un rôle fondamental pour briser l’atmosphère de terreur imposée par le régime et à organiser le soulèvement populaire nécessaire à un changement ».

Elle a suggéré que la communauté internationale reconnaisse le droit du peuple iranien à résister au régime en accordant au CNRI le statut d’observateur aux Nations Unies.

Radjavi considère le renvoi du dossier nucléaire de l’Iran devant le Conseil de Sécurité comme « la première étape dans la lutte contre la menace nucléaire iranienne ». Elle a réclamé que des mesures urgentes soient prises. Les députés se sont réjouis du renvoi du dossier devant le Conseil de Sécurité et ont déclaré que des sanctions devaient nécessairement être adoptées pour empêcher le régime de développer des armes nucléaires.

« Nous sommes d’accord sur le fait que le plus grand défi pour la communauté internationale aujourd’hui est la situation au Moyen Orient et l’expansion du fondamentalisme islamique dont les répercussions ne sont pas limitées à cette région », a affirmé la dirigeante de l’opposition iranienne. « Le régime clérical en Iran se situe au coeur de ce défi, à commencer par l’Irak, mais aussi dans le processus de paix au Moyen Orient », a-t-elle ajouté.

Radjavi a affirmé que l’Europe devait encore définir une nouvelle politique vis-à-vis de l’Iran. « L’Europe doit d’abord reconnaître l’impact destructeur de son ancienne politique d’apaisement par laquelle le principal groupe d’opposition iranien a été catalogué d’organisation terroriste à la demande des mollahs, comme l’a confirmé récemment M. (Jack) Straw. »

Lord Corbett a déclaré : « La tentative de complaisance avec les mollahs n’a pas fonctionné. Elle n’a fait qu’aider ce régime répressif et brutal à rester au pouvoir. Nous approuvons Mme Radjavi  lorsqu’elle dit que ni la force militaire ni l’apaisement ne constitue une réponse à la menace posée par le régime iranien. Au lieu de cela, un changement démocratique peut être obtenu grâce aux Iraniens et à leur Résistance ».

Appelant le gouvernement britannique et l’Union Européenne à retirer l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) de la liste des organisations terroristes britannique et européenne, les députés ont déclaré ensemble : « L’étiquette injustifiée d’organisation terroriste imposée à l’OMPI prive le peuple d’Iran et la communauté mondiale d’un partisan des efforts de paix au Moyen Orient et d’un allié vital dans la campagne visant à empêcher les mollahs de développer des armes nucléaires, évitant par là même des troubles dans la région. C’est l’OMPI qui a la première divulgué le programme d’armes nucléaires clandestin du régime ».

Selon la déclaration, près de 450 membres des deux Chambres du Parlement du Royaume-Uni et 2000 avocats britanniques soutiennent les efforts de la Résistance iranienne pour amener la liberté et la démocratie en Iran et pour retirer l’étiquette de terroriste pesant sur l’OMPI.

Dans sa déclaration, la délégation a reconnu le rôle joué par l’OMPI dans la progression du processus politique démocratique en Irak et dans la divulgation de l’ingérence terroriste et intégriste du régime iranien dans ce pays. Il a été mentionné lors de la conférence qu’une nouvelle déclaration signée par environ 12.000 juristes irakiens en soutien à la résistance iranienne réclamait également le retrait de l’OMPI de la liste du terrorisme.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe