mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'organisation arabe des droits de l'homme soutient les résidents d'Achraf

L’organisation arabe des droits de l’homme soutient les résidents d’Achraf

 CNRI – L’Organisation arabe des droits de l’homme (OADH) a publié un communiqué exigeant la garantie des droits des résidents d’Achraf sur la base du principe de non-refoulement, du droit humanitaire international et des Conventions de Genève. Elle a également demandé à l’ONU de vérifier et de contrôler que ces droits soient respectés.

L’OADH, dont le siège est au Caire en Egypte, jouit d’un statut consultatif auprès du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC).

La déclaration condamne les pressions du régime iranien et les complots contre les résidents d’Achraf, ajoutant :

Les résidents d’Achraf sont des réfugiés politiques protégés sur la base de la Convention internationale pour les réfugiés. Leur retour en Iran les exposerait à la menace de la torture et les mettrait en danger. C’est d’autant plus grave que la pendaison a été appliquée à la prison d’Evine à un certain nombre de membres arrêtés [de l’OMPI]. En outre, les sources de l’opposition iranienne en exil indiquent que plusieurs de leurs parents ont été arrêtés en Iran.

L’OADH note : le déplacement des résidents d’Achraf viole le principe de non-refoulement, la Convention internationale des réfugiés, la Convention contre la torture et le droit international humanitaire (DIH).

L’OADH appelle les gouvernements de l’Irak et des États-Unis à respecter les droits des résidents d’Achraf. Elle exhorte également le Secrétaire général des Nations Unies et le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Irak à adopter les mesures nécessaires pour garantir le respect des droits des résidents d’Achraf.

L’OADH a été fondée en décembre 1983. Cette ONG a pour objectif de promouvoir et de protéger les droits de l’homme dans le monde arabe, en conformité avec les normes internationales.

En 1989, l’organisation a obtenu un statut consultatif auprès du Conseil économique et social. Dans la même année, elle a également obtenu un statut de contrôleur à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples. Après avoir conclu un accord avec le gouvernement égyptien, l’OADH a établi son siège central en Egypte en mai 2000.

L’OADH n’aspire pas à mener des activités politiques. Au lieu de cela, elle dirige ses protestations contre la violence et les violations des droits humains vers les gouvernements et les groupements locaux dans le cadre des lois nationales et internationales.

Le Secrétaire général de l’OADH siège au Caire. L’organisation compte des représentants dans huit pays arabes qui sont l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, le Koweït, le Liban, le Maroc, la Tunisie et le Yémen. Elle compte des membres individuels dans d’autres pays arabes. Elle est également active en Autriche, au Canada, en Allemagne et au Royaume-Uni.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe