mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieL'Iran se classe troisième au monde en terme d'inflation

L’Iran se classe troisième au monde en terme d’inflation

CNRI– Le taux d’inflation de l’Iran s’est envolé, gagnant le troisième rang, après la Biélorussie et la Syrie, a indiqué la Banque Centrale.

Dans son dernier rapport, la Banque Centrale a annoncé que l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat de la population en Iran constituaient l’un des taux les plus élevés de tous les pays ces quatre dernières années, de 2008 à 2012.

L’Iran se place en troisième position avec 27,3%, après la Syrie, 36,7% calculé en 2012.

Les courbes de l’inflation dans ce rapport montrent que les taxes en Iran et en Syrie n’ont cessé d’augmenter, alors qu’elles sont restées inchangées en Biélorussie, a indiqué l’agence officielle d’informations Fars.

Le taux d’inflation en Iran en 2011 était de 20,6%, en 2010 de 10,1%, en 2009 de 13,5% et enfin en 2008 de 25,5%. Il a eu une augmentation de 45% par mois jusqu’au 21 juin 2013, par rapport à la même période il y a un an.

En outre, le centre de statistiques de l’Iran a annoncé le taux d’inflation pour le mois de juillet à 33,9% avec une augmentation de 1,3% par rapport à juin.

Ce rapport montre également que le taux d’inflation en juillet a atteint 39,1%.

Pendant ce temps, le chef du centre de recherche du parlement a déclaré que l’inflation s’est envolée à 61%. Kazem Jalali a accusé le taux de change et la mauvaise gestion de la politique monétaire par les ministres pour les prix qui montent en flèche.

Il a déclaré : « L’inflation est causée par plusieurs facteurs, dont le taux de change de la devise, les politiques financière et monétaire et l’exécution incomplète du plan de réforme des subventions, il faut donc qu’il y ait un planning de fait pour tout cela. »

Le nouveau président Hassan Rohani a récemment annoncé que l’inflation était actuellement de 42% – mais cela a été depuis contredit par des responsables du régime.

Le pouvoir d’achat en Iran a également diminué de moitié l’année dernière en raison des bas salaires et la montée de l’inflation dans une économie en ruine.

Des analystes indépendants disent que les chiffres officiels ne reflètent pas la réalité et certains estiment que l’inflation actuelle atteint le double des chiffres officiels.