vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: NucléaireL’Iran fabrique des missiles à capacité nucléaire dans des tunnels souterrains secrets

L’Iran fabrique des missiles à capacité nucléaire dans des tunnels souterrains secrets

ImageCNRI, mercredi 26 novembre 2005 – Ce qui suit est le texte intégral des révélations portant sur le programme nucléaire et de missile du régime des mollahs faites par Alireza Jafarzadeh le 21 novembre au National Press Club. Jafarzadeh préside le Strategic Policy Consulting basée à Washington. Pour trouver une solution au problème iranien, il a recommandé que « le renvoi du dossier nucléaire de l’Iran devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies soit la première étape ».

Alireza Jafarzadeh:

C’est avec grand plaisir que je remercie Iran Policy Committee et le professeur Raymond Tanter pour m’avoir convié à ce comité sur les armes nucléaires de l’Iran. Je voudrais également remercier M. Paul Leventhal, le président fondateur du Nuclear Control Institute pour sa participation à cet événement.
Le 16 septembre 2005, Iran Policy Committee et le Nuclear Control Institute ont tenu une conférence de presse durant laquelle j’ai divulgué les plans du régime concernant le lien entre le programme d’armes nucléaires de l’Iran et les opérations de construction de tunnels.
Aujourd’hui j’apporte des informations qui vont bien au-delà de ce que j’ai dit en septembre :
● La présentation de septembre s’est concentrée essentiellement sur un secteur appelé Parchine ; aujourd’hui j’ai déduit grâce à mes sources en Iran, qui se sont avérées exactes dans le passé, que le secteur en question non seulement inclut Parchine, mais s’étend bien au-delà.

● En septembre, j’ai mis l’accent sur un tunnel en particulier jouant un rôle crucial dans la dissimulation d’installations nucléaires. Aujourd’hui, je vais me concentrer sur une série de tunnels étroitement liés et d’autres sites souterrains qui contiennent des équipements pour des missiles pouvant être dotés d’ogives nucléaires, sous le contrôle d’une unité militaire chargée aussi bien des armes nucléaires que du développement de missiles.

● Je vais également révéler les détails de l’implication de la Corée du Nord dans la dissimulation de la fabrication de missiles en Iran.
Maintenant, parlons de ce qui n’est plus désormais un site secret et stratégique où le régime de Téhéran fabrique des missiles à capacité nucléaire.
1. Le régime iranien a mis en œuvre un plan stratégique secret pour fabriquer des missiles capables de transporter des têtes nucléaires. Sur les ordres du guide suprême Ali Khamenei, le ministère de la Défense a occupé une surface de 6 km sur 20 dans les régions de l’est et du sud-est de Téhéran. Ce secteur est entouré par le parc Ghazal au nord (au sud de l’autoroute reliant Téhéran à Davamand et la montagne de Khak Sefid), la voie express entre Téhéran et Parchine à l’est (le prolongement de la voie express de Babaï), Parchine et Hessar Amir au sud et enfin Hamsin et le village de Totchal à l’ouest. La production de missiles et d’ogives nucléaires aussi bien que les tunnels souterrains se trouvent dans cette zone immense.
2. Ce projet a été initié après la fin de la guerre Iran-Irak en 1989. Un travail énorme et des sommes colossales ont été investis dans ce projet. Le site comprend des dizaines de tunnels et d’installations immenses construits sous la montagne. De telles installations sont cruciales désormais puisque l’Iran travaille actuellement sur un programme de production de missiles à capacité nucléaire.
3. Des experts nord-coréens ont coopéré avec le régime pour la conception et la construction de ce complexe. Un grand nombre de plans pour ce site ont été dessinés par les experts nord-coréens, portant la contribution de Pyongyang dans le programme de missiles iranien à un degré plus élevé.
4. Hemmat Industries Group Factory, la filiale la plus importante d’Aerospace Industries Group appartenant au régime (industrie de missiles) est située dans ce secteur. Les industries Hemmat fabrique actuellement des missiles Shahab-1, Shahab-2, Shahab-3 et Ghadar. La chaîne de production des missiles Shahb et Ghadar se trouve désormais près des tunnels souterrains, leur apportant une sécurité beaucoup plus grande.
5. Les missiles Shahab 3 et Ghadar sont capables de transporter des ogives nucléaires. En ce moment, le missile Shahab 3 est fabriqué en grand nombre et fait déjà partie de l’arsenal des Gardiens de la Révolution iraniens. Le missile Ghadar est toujours au stade de la production et est achevé à 70 %.

Shahab 3 a une portée de 1300 à 1900 km et Ghadar une portée de 2500 à 3000 km.
6. Les industries Hemmat sont le groupe le plus important et le plus sophistiqué du programme de missiles du régime. Le siège de la direction ainsi qu’une petite partie de ses usines sont situées dans le district de Hakimieh à l’adresse suivante :

Avenue Tehran-no jusqu’à l’intersection d’Abe-Ali-Azmayesh, route de Lachgarak. Les complexes d’Aerospace et Mechanical Industries sont situés à l’est de la route nationale. les industries Hemmat sont établies dans le secteur le plus au nord du complexe et adjacent au parc Ghazal.

7. Les principales usines où les missiles balistiques sont fabriqués sont situées au complexe de Khojir. Tout le travail est effectué dans les tunnels sous les montagnes. Même certains bâtiments administratifs ont été construits en sous-sol.
8. Le groupe des industries Hemmat est divisé en sections portant toutes un numéro de code afin de garder leurs activités secrètes :
a. Les industries Movahed, portant le numéro de code 7500, fabriquent le corps du missile et s’occupent de l’assemblage final.
b.  Les industries Karimi portent le numéro de code 2500 et fabriquent les têtes nucléaires.
c. Les industries Varamini, portant le numéro de code 6000, sont chargées du guidage des missiles et des systèmes de contrôle.
d. Les industries Cheraghi, portant le numéro de code 3000, fabriquent les missiles.
e. Les industries Rastegar, portant le numéro de code 4500, construisent les moteurs de missile.
f. Les industries Nouri portent le numéro de code 8500.
g. Les industries Kolhar, portant le numéro de code 1500, fabriquent les systèmes de lancement.
9. Les industries Karimi constituent la partie la plus secrète du programme, celle concernant les têtes nucléaires. Elle est dirigée par Gholizadeh et seules les personnes ayant une autorisation officielle peuvent communiquer avec eux. La communication dans cette section est codée.
10. La section la plus importante dans la fabrication du missile se situe aux industries Movahed, où le fuselage est fabriqué et où l’assemblage final a lieu. Ce groupe est situé dans le plus grand tunnel du complexe de Khojir. La galerie fait 1000 mètres de long sur 12 mètres de large. A l’intérieur, il y a six extensions en fourche de 500 mètres. Le tunnel est construit en profondeur à l’intérieur de l’aire centrale de Khojir et des montagnes de Bar Jamali.
11. Une partie du tunnel central a été construit entre 1989 et 1992 et les autres parties ont été ajoutées entre 1993 et 1997 par le industries de la Défense.
12. Selon des récits de témoins oculaires, le tunnel ressemble à une ville souterraine. Il est considéré comme top secret. Seuls les membres du personnel en qui l’on a une confiance totale et qui ont reçu une autorisation spéciale du service de renseignements d’Aerospace Industries sont autorisés à pénétrer sur le site.
13. Il y a un grand nombre d’ateliers et d’installations sophistiqués à l’intérieur de la galerie où ils procèdent à l’assemblage final des missiles. De plus, une section a été gardée en réserve et sert d’entrepôt pour stocker les missiles.

14. Le tunnel comprend des équipements sophistiqués tels que :
a. Un système d’alarme à incendie
b. Un système de lutte contre les incendies
c. Des systèmes de refroidissement équipés d’un réfrigérant
d. Des systèmes de chauffage équipés de chaudières à vapeur
e. Différents systèmes électriques, équipés de boucliers imperméables et de prises de courant spéciales
f. Des pompes à eau
g. Des systèmes anti-explosion
h. Des systèmes de climatisation et de ventilation
15. En plus de ce tunnel, des dizaines d’autres sont construits pour d’autres industries et pour des entrepôts où les missiles sont entreposés, leur longueur variant entre 150 et 300 mètres. Tous sont bien équipés.
16. Actuellement, le nouveau responsable en charge d’Hemmat Industries Group, Nasser Maleki, est basé sur ce site. Le directeur précédent était le général des gardiens de la révolution Danech Ashtiani, maintenant conseiller à l’Aerospace Organization.
17. En plus des quartiers de commande, une partie des industries Rastegar (code 4500) qui fabrique des moteurs de missile se situe dans cette zone. Certaines parties des rampes de lancement sont également construites là. D’autres sections où sont fabriqués les missiles ont été transférées au complexe de Khojir.
18. Certains des tunnels sont situés dans la montagne Khak Sefid au nord du complexe de Khojir. La montagne de Khak Sefid est de 300 mètres plus élevée que tout le secteur alentour. Différentes installations et tunnels ont été construits dans diverses sections des industries Hemmat et des industries Bakeri dans le secteur situé entre la montagne Khak Sefid et la montagne Bar Jamali. Plusieurs d’entre eux sont visibles par satellite.
19. En plus des industries Hemmat, le groupe des industries Bakeri, une filiale de l’ Aerospace Organization est située dans la région de Khojir. Ce groupe travaille sur des missiles sol-sol, dont Fateh 110 et les missiles Naze’at et Zolqadr. Bakeri a un total de cinq sites dans cette zone.
20. L’accès à la région de Khojir se fait par une route militaire, après la jonction d’Azmayeh et juste avant le parc Gazal. Il y a un poste de contrôle militaire à l’entrée de la route. L’autre accès se fait par la voie express Téhéran-Parchine, qui est exclusivement à usage militaire. En plus du prolongement de la voie express Babaï, le régime a construit un grand nombre de routes majeures dans la région.
Au vu des révélations sur ce projet de missiles à capacité nucléaire d’importance stratégique, il est clair que le régime a construit toutes ces installations sous les montagnes dans le but de fabriquer des missiles capables de transporter des têtes nucléaires de longue portée. Après la divulgation du site nucléaire de Shian-Lavizan en mars 2003, le régime a transféré la plupart de ses recherches nucléaires dans des galeries secrètes similaires à celles dont je viens de parler.
La stratégie de l’Iran depuis les révélations majeures faites en août 2002 par la coalition de l’opposition principale, le Conseil National de la Résistance Iranienne, a changé et est peut désormais être décomposée en trois points :
a. Déménager le programme en sous-sol, pour des raisons de sécurité et pour se protéger des fuites d’information
b. Faire en sorte que le programme soit de plus en plus sous le contrôle des Gardiens de la Révolution d’Iran
c. Accélérer le processus pour que le régime iranien dispose de sa première bombe nucléaire et qu’il soit prêt en cas de confrontation
L’Iran a refusé aux inspecteurs des Nations Unies l’accès aux sites militaires, où la plupart des travaux sur les armes nucléaires sont maintenant menés. Seules des visites limitées d’une petite portion de Parchine ont été autorisées.
 
Un rapport récent de l’AIEA suggère que l’Iran a prétendu que le document que l’Iran a fourni à l’agence lui a été délivré par A.Q. Khan en 1987 sans que le pays en ait fait la demande. Les informations que j’ai obtenues de mes sources en Iran prouvent le contraire ; A.Q. Khan s’est rendu en Iran en 1987 et a rencontré trois hauts commandants des gardiens de la révolution d’Iran qui travaillaient à l’époque sur des « recherches nucléaires ». La délégation des gardiens de la révolution était dirigée par le général Mohammad Eslami.
Pour finir, je voudrais souligner le fait qu’après l’arrivée de Mahmoud Ahmadinejad en tant que président, l’Iran a montré sa volonté ferme de développer un programme d’armes nucléaires. Étant donné le programme d’armes nucléaires de l’Iran, sa technologie missile avancée et les progrès que le pays a faits en matière de missile à capacité nucléaire sont extrêmement inquiétants. Les deux années de négociations entre les 3 Européens et l’Iran se retournent contre nous et le statut de l’Iran est passé d’une position défensive à une position offensive. La politique d’indécision menée par les 3 Européens n’a fait que renforcer le régime iranien. Mettre le principal groupe d’opposition, qui a apporté la plupart des informations sur le programme d’armes nucléaires de l’Iran, sur la liste des organisations terroristes est une tactique qui s’est avérée contre-productive.
Envoyer le dossier de l’Iran au Conseil de Sécurité des Nations Unies doit être la première étape. Afin d’éliminer la menace nucléaire de l’Iran, les États-Unis doivent accélérer le processus de changement de régime en donnant le pouvoir à l’opposition. Retirer absolument toutes les restrictions pesant sur l’opposition iranienne, qui a déjà demandé à ce que soient renversés les ayatollahs en Iran, contribuera à l’établissement d’une république démocratique et laïque en Iran.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe