samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLettre ouverte des Amis américains de l'OMPI au Secrétaire d’État John Kerry...

Lettre ouverte des Amis américains de l’OMPI au Secrétaire d’État John Kerry :

CNRI – Le 2 septembre le groupe des amis américains de l’Ompi a écrit une lettre ouverte au secrétaire d’Etat John Kerry pour lui demander de respecter les engagements et les accords des USA vis-à-vis des Moudjahidines du peuple d’Iran à Achraf et Liberty.  Ils lui demandent une intervention urgente pour sauver les Achrafiens, après le massacre du 1er septembre où 52 ont été froidement exécutés par les forces irakiennes à la demande du régime iranien. Voici le texte de la lettre :

Monsieur le Secrétaire d’Etat Kerry,
Il s’agit d’une lettre qu’aucun d’entre nous n’aurait jamais pensé devoir écrire.

Chacun de nous a répondu à l’appel de notre pays en plus d’une occasion. Ce n’est pas différent de l’an dernier quand une confrontation entre le gouvernement irakien et les réfugiés du camp d’Achraf menaçait de détruire des vies innocentes comme cela s’est produit en 2009 et en 2011, où un total de 47 habitants avait été massacré. Le Représentant Spécial de la Secrétaire Clinton, l’ambassadeur Dan Fried, nous avait demandé de persuader les habitants du camp d’Achraf d’abandonner leur lieu de résidence depuis 27 ans.

Hier, au moins cinquante-deux de ces personnes ont été assassinées. Certaines, les mains attachées derrière le dos, ont été exécutées. Toutes étaient sans défense et partageaient ces choses en commun : chacune avait été désarmée par les Etats-Unis en échange du statut de «personnes protégées », et chacune vivait à Achraf selon les termes de l’accord que nous avons négocié à la demande pressante et l’acceptation du gouvernement des États-Unis.

Nous condamnons fermement cette attaque barbare commise par le gouvernement irakien à la demande du régime iranien et nous exprimons notre profonde déception concernant l’échec de l’ONU et de notre propre gouvernement à protéger les habitants d’Achraf et Liberty. Nous demandons instamment au gouvernement américain de procéder à l’évacuation immédiate de tous les habitants des camps d’Achraf et de Liberty, ET, en attendant qu’ils soient tout immédiatement évacués, que les Casques bleus de l’ONU soient déployés sur les deux sites afin de protéger les habitants.

A l’examen de notre demande, comparez les circonstances actuelles aux déclarations faites par le Département d’Etat et sur lesquelles nous avons compté pour obtenir une coopération et la confiance vis-à-vis du gouvernement des États-Unis :

La Secrétaire d’Etat Clinton, le 25 décembre 2011 :
« Nous nous félicitons de l’accord conclu par le gouvernement irakien et l’ONU pour mettre en place des observateurs sur ce nouvel emplacement 24H/24. »  «Les autorités de l’ambassade américaine à Bagdad effectueront des visites régulières et fréquentes. » 

L’ambassadeur Fried, le 29 décembre 2011 :
« L’ONU effectuera des surveillances 24H/24 et 7 jours/7 au camp Liberty.»  « L’ambassade à Bagdad visitera régulièrement l’ancien camp Liberty sur pour assurer une observation robuste ».

Accord du 16 août 2012entre l’Etat et l’Ompi : 

L’Etat « s’engage à assurer la sécurité et la sûreté des habitants jusqu’à ce que le dernier des habitants ait quitté l’Irak ».

Lettre adressée à Madame Radjavi par MM. Rendell, Ridge et Torricelli
« Les autorités du Département d’Etat ont également souligné leur engagement sur la sécurité de tous les habitants tout au long de leur processus de transfert. »

Soyons clairs, le Département d’État nous a utilisé pour négocier la solution d’une crise et a ensuite abandonné ses promesses et ses assurances que nous avions données au nom de notre pays. L’attaque contre Achraf n’est pas un incident isolé. Les tirs de roquettes sur le camp Liberty et ses 3100 habitants ont déjà provoqué 10 morts, mais il n’y a eu aucune visite du département d’État à Liberty depuis le mois d’avril. La MANUI n’a pas de présence permanente. Les habitants qui ont mis leur vie en danger sont abandonnés et seuls. Non seulement les États-Unis n’ont pas assuré la « sécurité » des habitants, mais le Département d’Etat n’a même pas réussi à convaincre le gouvernement irakien à autoriser des équipements de protection afin qu’ils puissent se protéger par eux-mêmes.

L’assurance de Dan Fried selon laquelle les habitants pouvaient rester à Achraf jusqu’à ce soit soit réglé le problème des biens, pourrait maintenant constituer un « inconvénient » pour le Département d’Etat, mais c’était un engagement solennel que nous avons fait de la part de votre Département à la demande expresse de M. Fried. Il a spécifiquement informé certains d’entre nous le 6 septembre 2012 que « 100 résidents restants, sans limite de temps, resteront en tant que gardiens des biens ». Le même engagement a été transmis à l’OMPI et fait par l’ONU. A présent, plus de la moitié des personnes qui ont joué leur vie sur la valeur de notre parole sont morts.

Nous devons tous prendre au sérieux les engagements pris par le gouvernement des États-Unis. Nous sommes indignés et scandalisés à l’idée que les engagements solennels, dont dépendent des vies, sont aussi éphémères que la solution temporaire d’une crise politique. Ce n’est pas le gouvernement des États-Unis auquel nous avons consacré nos vies.

Plusieurs d’entre nous ont cherché à vous rencontrer pour vous faire part de ces préoccupations et éviter que ces paroles ne restent sur le papier. Vous avez choisi de ne pas nous rencontrer. Nous avons correspondu avec votre personnel et souvent n’avons pas eu la courtoisie d’une  répondre. Bien sûr, nous comprenons les pressions constantes sur votre calendrier. Cependant, cette crise humanitaire dure depuis plus de deux ans.

Il faut faire quelque chose et le faire maintenant.

Respectueusement,

– Howard Dean, ancien gouverneur du Vermont, Président du parti démocrate, Candidat à la présidentielle.
– Colonel de l’armée américaine(en ret.), Wesley M. Martin, commandant de l’armée américaine au camp d’Achraf
– Tom Ridge, ancien gouverneur de Pennsylvanie, secrétaire d’Etat à la Sécurité intérieure
– Louis J. Freeh,  ancien directeur du FBI
–  Michael B. Mukasey, ancien ministre de la Justice
– Général Hugh Shelton (en ret.), ancien chef de l’état-major des armées américaines
– Rudy Giuliani, ancien maire de New York, candidat à la présidentielle
– Général David D. Phillips (en ret.), commandant de l’armée américaine au camp d’Achraf
–   Robert Torricelli, ancien sénateur du New Jersey
– Général James L. Jones (en ret.), ancien commandant des Marines, commandant de L’OTAN, Conseiller présidentiel à la Sécurité nationale 
– Mitchell B. Reiss (en ret.), ancien ambassadeur, ancien envoyé spécial pour le processus de paix en Irlande du Nord
– Patrick Kennedy, ancien membre de la Chambre des Représentants
– Edward Rendell, ancien gouverneur de Pennsylvanie, et président du parti démocrate.

 

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe