mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyLes USA et l’ONU doivent tenir leurs promesses faites aux Achrafiens -...

Les USA et l’ONU doivent tenir leurs promesses faites aux Achrafiens – Frances Townsend

CNRI – « Ces femmes d’Achraf et de Liberty aux visages magnifiques, souriants et joyeux, remplies de dignité, de grâce et de courage, elles nous tirent par le haut », a déclaré Frances Townsend à Paris le 9 mars dans une conférence internationale à l’occasion de la Journée internationale des Femmes.
 
Cette ancienne conseillère à la sécurité intérieure de la Maison Blanche s’exprimait aux côtés de Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, et d’un millier de personnalités et de femmes venues de 40 pays.

Voici les moments forts de son intervention :

Permettez-moi de commencer par le postulat fondamental sur lequel nous devons tous être très clairs. Les femmes sont une menace. Et c’est une bonne chose. Elles sont particulièrement une menace pour le statut quo en Iran, en Syrie et à travers le monde où elles sont privées des libertés et des droits humains fondamentaux. Les femmes sont une menace pour l’injustice parce qu’elles refusent de se taire et qu’elles refusent d’oublier ou de fermer les yeux.

Pourquoi les femmes sont-elles une menace ? Pourquoi est-ce que nous n’allons pas abandonner ? Parce que nous nous battons non seulement pour nous-mêmes mais également pour nos enfants qui n’ont jamais connu un Iran libre et démocratique. Pour les parents et les grands-parents qui se rappellent avec fierté une Perse libre et démocratique et les nombreux talents qu’une Perse libre apporte au monde.

En novembre 2010, j’ai parlé pour la première fois via satellite aux femmes du camp d’Achraf et un mois après, en décembre 2010, j’ai eu le privilège de rencontrer pour la première fois Madame Radjavi ici à Paris. Elle a eu la gentillesse de me donner un DVD de la part des femmes d’Achraf me remerciant pour mes propos. J’ai été émue en regardant le DVD avec mon fils. J’ai été inspirée par ces femmes courageuses, qui trouvaient du réconfort et de la force dans vos voix, dans notre empressement à prendre la parole et à rappeler au monde leur lutte. Et les femmes vaillantes d’Achraf m’ont rappelé l’importance unique de chaque voix de chacune dans cette salle et de chacune qui nous entend.

Ces femmes aux visages magnifiques, souriants et joyeux, remplies de dignité, de grâce et de courage, elles nous tirent par le haut.

De manière tragique, en avril 2011, comme vous le savez tous, le camp d’Achraf a été attaqué et j’ai appris, peu après, qu’une des femmes qui me remerciait dans le DVD avait été tuée. Le régime irresponsable et corrompu en Irak, exécutant les ordres de ses maîtres iraniens, avait fait taire sa voix. Mais ils ne peuvent pas et ne doivent pas faire taire les nôtres. Nous qui vivons en liberté et jouissons des avantages de la liberté, nous devons également assumer la responsabilité de nous exprimer.

Le mois dernier, le 9 février, je me suis allée m’exprimer à Washington et j’ai découvert que la nuit d’avant, il y avait eu cette attaque tragique contre le camp Liberty où une fois encore des innocents avaient été tués et mutilés. Ils se sont retrouvés sans ambulances ni soins médicaux appropriés, sans abris adéquat et sans aucune possibilité à se défendre, comme vous avez pu le voir dans les vidéo. Une fois encore le gouvernement irakien a manqué à ses responsabilités, une fois encore le régime iranien, employant son agent terroriste le Hezbollah, a attaqué. Et une fois encore l’ONU a échoué. Martin Kobler, il y a le sang d’innocents sur vos mains !

Mon pays, les États-Unis, ainsi que les Nations Unies doivent tenir leurs promesses et doivent les tenir aujourd’hui. Le camp Liberty doit être fermé, ses résidents doivent obtenir immédiatement le statut de réfugié et doivent être rapatriés. C’est un minimum. Au minimum, nous devons ramener les résidents du camp Liberty, qui est devenu un champ de massacre, au camp d’Achraf où ils seront au moins un peu plus en sécurité.

Aux femmes du camp Liberty qui souffrent, je dirai : nous sentons vos cœurs lourds et nous entendons vos cris angoissés, lorsque vous êtes épuisées et affaiblies, lorsque vous avez peur. Non, nous ne nous tairons pas et nous continuerons de nous battre en votre nom.

Et comment allons-nous le faire ? Il faut donner à Madame Radjavi la permission de se rendre aux États-Unis et aux Nations Unies pour venir y parler. Et les femmes du monde doivent se joindre à cette lutte aux côtés de Madame Radjavi, avec celles qui sont dans cette salle, avec celles et ceux qui écoutent.

Nous devons prendre la parole et nous devons agir pour cesser le meurtre des innocents. Il ne doit plus y avoir d’attaques contre le camp Liberty ni contre le camp d’Achraf. Il ne doit plus y avoir de meurtres d’innocents comme Neda Agha Soltan. Le monde devrait avoir honte qu’au 21ème siècle, il ait permis par son inaction et son silence qu’un camp de concentration comme le camp Liberty existe.

Nous sommes ici rassemblés et ceux qui nous entendent doivent savoir que nous ne nous arrêterons pas et que nous ne nous tairons pas, jusqu’à ce que vous tous à Liberty et à Achraf ainsi qu’en Iran soyez en sécurité dans un Iran libre et démocratique.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe