mercredi, décembre 7, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafLes propos de Martin Kobler au Conseil de sécurité de l’ONU contre...

Les propos de Martin Kobler au Conseil de sécurité de l’ONU contre les résidents d’Achraf préparent le terrain à un troisième massacre

Exprimer de la gratitude au gouvernement irakien en ignorant les violations systématiques de ses engagements, revient à fermer délibérément les yeux sur les réalités et les droits des demandeurs d’asile et sur le droit humanitaire international et ses normes

Le gouvernement irakien n’a pas fourni 75% de la liste des requêtes minimales en matière humanitaire, notamment concernant l’eau et d’électricité, les véhicules utilitaires et de transport de passagers, les chariots élévateurs, les équipements et matériels nécessaires à la construction d’ombrages, des aménagements pour les malades, et empêche la vente des biens des résidents d’Achraf

Toute personne impartiale aurait été choquée et aurait déploré la reconnaissance et l’appréciation que M. Martin Kobler a exprimées lors de la session du Conseil de sécurité de l’ONU hier sur la flexibilité du gouvernement de Maliki vis-à-vis des résidents d’Achraf.

Ses propos sur « la difficulté de maintenir le dialogue entre la MANUI et les résidents et entre les résidents et le gouvernement irakien » sont absolument faux. Les résidents et leurs représentants ont toujours bien accueilli le dialogue avec la MANUI et les autorités du gouvernement irakien. Ils se sont juste abstenus, après trois mois de vains efforts pour éviter des nouvelles crises et davantage de tensions, de prendre part à des réunions présidées par un Irakien qui a torturé et assassiné des résidents et qui fait l’objet de poursuites internationales. M. Kobler s’était lui-même excusé auprès des résidents d’avoir amené avec lui cet individu à Achraf pour présider une réunion en janvier dernier.

La plainte de M. Kobler au Conseil de sécurité comme quoi « les résidents n’ont pas de volonté réelle de participer au processus facilité par la MANUI» est en contradiction directe avec ses déclarations à la session du 10 avril du Conseil de sécurité. Ce jour-là, après le transfert de 1200 résidents d’Achraf à Liberty, il avait souligné :
«Je tiens également à souligner que les résidents du camp, malgré des difficultés initiales ont fait preuve récemment de bonne volonté et de coopération dans le processus de réinstallation. Les résidents ont en effet parcouru un long chemin. Il est difficile d’abandonner un lieu où l’on a vécu pendant plus de deux décennies ».

A la suite de ces remarques, 800 autres résidents d’Achraf avaient été transférés à Liberty et cela signifiait que les 2/3 des résidents d’Achraf avaient été déplacés. En outre, il y a moins d’un mois, dans sa déclaration du 23 juin M. Kobler remerciait les résidents et ajoutait : « 2.000 résidents ont été réinstallés au camp Hurriya de manière pacifique et ordonnée, et il n’en reste que 1200. A cette occasion, je voudrais remercier le gouvernement irakien et les résidents pour leur coopération. »

Or rien n’a été fait pour résoudre le problème de l’eau à Liberty qui est actuellement amenée par les résidents depuis un point situé à 12 kilomètres de distance, par une chaleur de 55°, entrainant des coûts énormes. Kobler a écrit à plusieurs reprises que le gouvernement irakien s’était engagé à raccorder l’eau du camp au réseau urbain avant le mois de Ramadan (qui débute le 20 juillet) ou de permettre aux résidents de pomper l’eau d’un canal situé à 150 mètres et de l’assainir.

(Au nombre des documents, on peut citer celui de la « Préparation pour le 6ième  départ » du 28 mai 2012 / Article 2 / et le procès verbal de la réunion du 1er juin 2012 sur la rencontre qui s’est tenue à Liberty entre le représentant irakien M. Bakoos et les représentants des résidents le 31 mai)

M. Kobler n’a même pas ressenti le besoin de mentionner les violations systématiques des engagements du gouvernement irakien (280 violations au camp Liberty du 18 février au 4 juillet 2012), le refus de 30 demandes légitimes et légales des résidents en vertu des déclarations du HCR, refus de la vente des biens des résidents ou leur transfert à Liberty, de la restitution aux résidents de leurs biens confisqués, de l’achat de carburant au prix vendu aux citoyens irakiens, du  transfert des véhicules utilitaires des femmes qui ont été renvoyés à Achraf à mi-parcours vers Liberty, du transfert des générateurs appartenant aux résidents, du transfert de 10 véhicules pour 400 résidents selon un accord préalable et même de cinq chariots élévateurs pour 3300 habitants vu que 2000 d’entre eux à Liberty doivent transporter de lourdes charges à dos d’hommes.

Or dans sa déclaration du 23 juin, il soulignait : « Le RSSG Kobler continuera d’exhorter le gouvernement irakien à répondre positivement aux demandes légitimes et raisonnables des résidents concernant les questions humanitaires, conformément au droit humanitaire international et au droit régissant les droits de l’homme. »

Auparavant, devant le Conseil de sécurité le 6 décembre, M. Kobler s’était engagé à ce que « toute solution viable doit être acceptable à la fois pour le gouvernement irakien et les résidents du camp d’Achraf. Une solution doit respecter d’une part la souveraineté irakienne, et d’autre part les lois applicables du droit humanitaire international, des droits de l’homme et du droit des réfugiés ». C’est ce que M. Kobler n’a jamais rempli.

De plus, il n’a jamais démenti les propos explicites du conseiller à la sécurité du gouvernement irakien sur l’intervention du régime iranien dans le dossier d’Achraf. Ce dernier avait déclaré à la télévision officielle irakienne le 24 avril : « M. Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU pour l’Irak, a parlé en détails avec les parties irakiennes et iraniennes via l’ambassade d’Iran ou d’autres canaux de communication avec l’Iran afin de fournir les conditions requises pour la mise en œuvre de l’accord convenu entre lui et l’Irak pour fermer le camp d’Achraf et mettre un terme à la présence de cette organisation sur le territoire irakien. Les entretiens portaient aussi sur les mécanismes et le rôle de l’Iran dans ce qui doit être fait pour résoudre cette question … »

Selon les recherches professionnelles menées par des experts d’organisations internationales : « d’après toutes les normes, le camp Liberty est une prison et les résidents ont été soumis à une détention arbitraire. »

Martin Kobler a déclaré lors de la session du Conseil de sécurité :
– « La responsabilité incombe également à de nombreux soutiens internationaux. Il est d’une grande importance qu’ils contribuent de façon positive pour influencer la position des résidents.»
– « Je lance également un appel aux résidents du camp à respecter les lois irakiennes et éviter la provocation et la violence. Il reste peu de temps pour trouver une solution durable. La patience du gouvernement touche à son terme … »

Il est très étonnant que malgré l’ampleur des protestations internationales face à son attitude partiale en faveur du gouvernement Maliki et du régime iranien contre son opposition, y compris les protestations des églises au Royaume-Uni et aux États-Unis, du Congrès américain, du Conseil de l’Europe, de plus de 4000 parlementaires de 46 pays et de l’Union Internationale des Avocats, M. Kobler ait demandé ostensiblement aux partisans d’Achraf de se tenir à ses côtés et aux côtés du gouvernement irakien pour exercer davantage de pression sur les résidents sans défense, afin de renoncer à leurs droits minimaux et à leurs requêtes légitimes et légales.

Dans son intervention au Conseil de sécurité de l’ONU, il n’a pas vu le besoin de rappeler que 49 résidents d’Achraf ont été tués et plus d’un millier blessés lors des attaques de juillet 2009 et d’avril 2011. Il a aussi oublié l’engagement des Nations Unies de mener une enquête à cet égard. Au lieu de cela, il avertit les résidents sans défense de ne pas recourir à la violence et aux provocations !

L’intervention de M. Kobler au Conseil sécurité de l’ONU a été tellement partiale que l’ambassadeur irakien s’est contenté de dire : «Comme M. Kobler l’a mentionné, le gouvernement irakien a fait preuve de souplesse pour déplacer ces personnes. »

La position de M. Kobler au Conseil sécurité de l’ONU contre les résidents d’Achraf, couplée à l’expression de sa gratitude pour la patience et la souplesse de Maliki, ignorant les violations systématiques des engagements du gouvernement irakien stipulés dans le protocole d’accord que le gouvernement irakien a signé avec lui, revient à fermer  délibérément les yeux sur la vérité et les droits des demandeurs d’asile, ainsi que sur les normes humanitaires et du droit international humanitaire. Cela ouvrira sans aucun doute la voie à un troisième massacre Achraf.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 20 juillet 2012

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe