jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Situation anormale à la prison de Gohardacht après les exécutions...

Iran : Situation anormale à la prison de Gohardacht après les exécutions de plus d’une vingtaine de prisonniers politiques

Les sympathisants de l’OMPI en prison en Iran convoqués après des exécutions collectives

CNRI – À 17 h 30 (heure locale), mardi 2 août 2016, les gardiens de la tristement célèbre prison de Gohardacht (Rajai-Shahr) à Karaj, au nord-ouest de Téhéran, ont convoqué de nombreux prisonniers politiques qui soutiennent l’organisation des moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI ou MEK). Ces convocations sont survenues quelques heures seulement après que le régime des mollahs a exécuté collectivement près de 25 prisonniers sunnites dans cette prison.

Parmi les prisonniers politiques qui ont été convoqués mardi après midi après ces executions, se trouvaient Saleh Kohandel, Afshin Baïmani et Pirouz Mansouri.

La prison de Gohardacht est actuellement en état d’alerte avec une forte présence policière.
…………………………………………..

Mohammad Mohadessine, le Président de la commission des Affaires étrangères du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), a réagi mardi à la nouvelle que le régime iranien a exécuté collectivement un groupe de prisonniers sunnites à Gohardacht (Rajai-Shahr) Prison à Karaj, au nord-ouest de Téhéran:

Mohammad Mohadessine a déclaré :

« La dictature religieuse d’Ali Khamenei en Iran dans un autre crime brutal ce matin, a pendu 20 prisonniers sunnites. Ce crime inhumain a eu lieu simultanément avec l’anniversaire du massacre de 1988 de 30 000 prisonniers politiques en Iran. Le régime des mollahs est confronté à un isolement social absolu et l’horreur généralisée par le peuple et a donc recours à des exécutions accrues pour créer un climat de peur et éviter la possibilité d’un soulèvement national. Plus de 2500 personnes ont été exécutées en Iran sous Hassan Rohani, qui prétendait à tort la modération. Tant que le régime des mollahs est au pouvoir, il continuera d’y avoir d’autres exécutions, la torture et d’autres crimes. Si ce régime arrête la torture et l’exécution, même pour une seule journée, il serait immédiatement conduit vers sa chute. »

« Le silence de la communauté internationale face à ce crime est une honte pour l’humanité moderne. Si ce régime et ses dirigeants et les responsables ne sont pas poursuivis pour crimes contre l’humanité, alors à quoi bon servent le Statut de Rome et la Cour pénale internationale ? Le Conseil de sécurité de l’ONU a l’obligation de mettre le casier judiciaire du régime devant un tribunal international compétent. Ali Khamenei [l’ancien président] Akbar Hashemi-Rafsanjani, Hassan Rohani et d’autres criminels qui ont eu un rôle direct dans l’exécution de 120 000 prisonniers politiques à ce jour, y compris le massacre de 1988, doit être mené devant la justice. »

………………………………………………………………………….
MISE À JOUR : les prisonniers sunnites ont été exécutés collectivement mardi en Iran

CNRI – selon les informations parvenues de sources à l’intérieur de l’Iran, 20 prisonniers appartenant à la minorité sunnite, incarcérés à la prison Radjaï-shahr (ouest de Téhéran) ont été pendus aujourd’hui dans cette prison.

Ce matin les familles de ces prisonniers ont été contactées par des autorités judiciaires leur donnant jusqu’à 15h pour rendre une dernière visite à leurs proches avant qu’ils soient exécutés. Mais une fois arrivée sur place les familles ont appris la tragique nouvelle sans pouvoir rencontrer ces prisonniers. Les familles ont été notifiées d’aller au médecin légiste à Kahrizak (sud de Téhéran) pour recevoir les corps.

Rappelons que dans la nuit du lundi au mardi, la garde de la prison avait attaqué la section 10 emmenant avec elle 36 prisonniers sunnites condamnés à mort, menottés et les yeux bandés.

Liste des noms des 28 prisonniers sunnites qui avaient été emmenés de force hors du Hall 10 du quartier 4 dans la prison de Gohardacht dans l’après-midi du lundi 1er Août, 2016:

1. Kaveh Veysi
2. Taleb Molki
3. Behrouz Shah-Nazari
4. Barzan Nosratollah-Zadeh
5. Farzad Shah-Nazari
6. Varya Qaderi-Fard
7. Keyvan Momeni-Fard
8. Alam Bamashti
9. Seyyed Jamal Seyyed-Moussavi
10. Edris Ne’mati
11. Ahmad Nasiri
12. Mokhtar Rahimi
13. Yavar Rahimi
14. Pourya Mohammadi
15. Farzad Honarjou
16. Shahram Ahmadi
17. Farshid Nasseri
18. Amjad Salehi
19. Omid Peyvand
20. Arash Sharifi
21. Kaveh Sharifi
22. Shahu Ebrahimi
23. Abdollah Sharifi
24. Jamal Qaderi
25. Omid Mahmoudi
26. Mohammad Gharibi
27. Fouad Yousefi
28. Keyvan Karimi

 

Antécédents:

Iran: Appel urgent pour sauver la vie des prisonniers sunnites condamnés à mort

La Résistance iranienne lance un appel destiné à sauver la vie d’un grand nombre de prisonniers sunnites condamnés à mort, demandant l’intervention urgente du Conseil de sécurité des Nations Unies et des États membres ainsi que des organisations internationales des droits de l’Homme, en particulier le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme et le rapporteur spécial afin d’empêcher l’application de ces décisions criminelles et inhumaines.

Un grand nombre de forces spéciales des Gardiens de la Révolution ont attaqué la salle 10 du quartier 4 de la prison de Gohardacht à Karaj (à l’ouest de Téhéran) dans l’après-midi du lundi 1er août. Ces forces répressives ont appréhendé des dizaines de prisonniers sunnites alors que leurs mains et leurs pieds étaient enchaînés, bâillonnés avec du ruban adhésif et leurs têtes recouvertes par un sac en plastique. Ces prisonniers ont été transférés de leur cellule vers un lieu inconnu.

Des heures avant ce transfert, des forces du régime et des membres du pasdaran avaient fermé tous les quartiers et les zones en plein air, imposant des conditions particulières dans cette prison. La prison de Gohardacht est sous le total contrôle du pasdaran.

La complaisance vis-à-vis des dirigeants criminels de l’Iran, qui ont à leur actif l’exécution de 120.000 prisonniers politiques, et continuent d’envoyer chaque jour de nombreux jeunes à la potence, ne constituent rien d’autre qu’une collaboration et un encouragement à la poursuite de ces crimes. Toutes les relations politiques et économiques avec ce régime doivent être conditionnées à l’arrêt définitif de toutes les exécutions en Iran, et, les représentants de ce régime doivent être traînés devant la justice pour leurs crimes contre l’humanité.

Secrétariat du Conseil National de la Résistance iranienne
Le 1er août 2016

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe