vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes opposants iraniens réclament toujours un non-lieu

Les opposants iraniens réclament toujours un non-lieu

 Par Arnaud Baur

Le Parisien, édition Val d’Oise, 18 mars – Les membres de la résistance iranienne déposeront demain matin par l’intermédiaire de leurs avocats une demande de non-lieu auprès du juge d’instruction de la section antiterroriste de Paris. Basés à Auvers-sur-Oise, vingt-quatre opposants au régime des mollahs (NDLR : régime islamique toujours au pouvoir en Iran) avaient été mis en examen après la perquisition musclée de leurs locaux en 2003, pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Lors de cette opération sans précédent, le 17 juin 2003, 1 300 policiers investissent le siège du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), installé depuis plus de vingt ans à Auvers, le village des impressionnistes.

164  interpellations ont lieu, et les personnes toutes conduites dans les locaux de la DST (Direction de la sécurité du territoire, le contre-espionnage français). Des protestations s’élèvent un peu partout, provoquant des actes désespérés. Trois Iraniens s’immolent par le feu devant la DST. Une jeune femme mourra de ses blessures.

« Nous demandons la clôture de l’instruction. »

« Nous demandons la clôture de l’instruction. La base majeure des arrestations, à savoir l’inscription sur la liste du terrorisme, a été réduite à néant », a affirmé Maryam Radjavi, présidente du CNRI, le principal mouvement iranien d’opposition, dont fait partie l’organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI), lors d’une conférence de presse. L’organisation des Moudjahidine du peuple iranien a en effet été rayée de la liste des organisations terroristes de l’Union européenne le 26 janvier après une bataille juridique de sept ans. Cette inscription avait notamment débouché sur les perquisitions. « C’est la troisième demande de non-lieu, les deux précédentes ayant été rejetées, a expliqué l’un des avocats de l’organisation. Nous avons également déposé une requête à fin de restitution des avoirs bancaires. » Ces derniers seraient estimés à 9 millions de dollars, soit environ 7 millions d’euros.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe