vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsLes Iraniens manifestent à New-York contre la présence de Rohani à l'ONU

Les Iraniens manifestent à New-York contre la présence de Rohani à l’ONU

Les Iraniens manifestent à New-York contre la présence de Rohani à l'ONU

Un grand nombre de militants des droits de l’homme et de membres de la diaspora iranienne se sont rassemblés mercredi devant le siège des Nations Unies à New York pour protester contre la présence du président des mollahs, Hassan Rohani, à l’Assemblée générale de l’ONU.

Amir Emadi, porte-parole de l’Organisation des communautés irano-américaines (OIAC), a souligné que Rohani ne devrait pas être admis à New York, une ville dédiée aux droits de l’homme, et encore moins à l’ONU. Des manifestants s’étaient déguisés à l’effigie de Rohani et du Guide Suprême Ali Khamenei, pour souligner le caractère honni du régime qui a tué plus de 120 000 opposants politiques durant près de quarante an de règne despotique.

Changement de Régime
L’un des thèmes du rassemblement était l’appel pour le changement de régime en Iran. Des slogans tels que « Non à Rohani » et « Libérez les prisonnier politiques en Iran » ont jailli spontanément de la foule.

Emadi a affirmé que la population iranienne est prête pour le changement, telles que le démontrent les plus de 11 000 manifestations et mouvement sociaux qui ont eu lieu en Iran au cours de l’année dernière.

John Bolton, ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU, a pris la parole et a insisté sur l’urgence d’aider le peuple iranien dans sa recherche de liberté et a affirmé que le régime des mollahs ne verrait pas son 40e anniversaire.

Un message de la présidente-élue de la Résistance iranienne, Maryam Radjavi, a été lu au rassemblement. Elle a demandé que la communauté internationale mette fin à sa politique de complaisance vis-à-vis des mollahs et a exhorté à conditionner ses relations avec l’Iran à une amélioration de la situation des droits de l’homme.

Le Massacre de 1988
Les dirigeants iraniens ont assassiné 30 000 prisonniers politiques, en majorité membres de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), au cours de la seconde moitié de 1988. Giulio Terzi, ancien ministre italien des Affaires étrangères, a souligné que l’ONU avait la responsabilité de rechercher la justice pour les victimes du massacre et de lancer une enquête complète sur les événements de 1988.

Au cours du rassemblement des comédiens iraniens ont monté un spectacle sur les horreurs de ce massacre. Dans la pièce, tournée devant un mémorial dédié aux prisonniers politiques assassinés par le régime, des militants étaient traînés par des forces de sécurité pour être exécutés.

Un membre du Congrès, Eliot Engel (D-NY), a déclaré que la population iranienne est étouffée par un régime qui ne la représente pas et a promis d’œuvrer pour un Iran libre.

L’ONU devrait s’opposer à un régime terroriste en lui refusant de s’exprimer à l’Assemblée Générale des Nations Unies et faire plus d’efforts pour amener le Régime à rendre compte de ses crimes contre l’humanité.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe