jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes députés britanniques soutiennent l’opposition démocratique en Iran, incarnée par (CNRI)

Les députés britanniques soutiennent l’opposition démocratique en Iran, incarnée par (CNRI)

Les députés britanniques soutiennent l’opposition démocratique en Iran, incarnée par le Conseil national de la Résistance d’Iran (CNRI)
Communiqué de presse du Comité parlementaire britannique pour la liberté de l’Iran appel à une action internationale immédiate pour protéger les résidents du camp de Liberty et pour stopper les restrictions inhumaines imposées à ce camp

Les membres de la Chambre des Communes et de la Chambre des Lords, appartenant à tous les grands partis, ainsi que des experts et des juristes éminents du Moyen-Orient ont participé le jeudi 16 juillet à une conférence parlementaire à Westminster, au siège de la Chambre des Communes. Cette conférence a été organisée par le Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran (BPCIF) afin de discuter sur la liberté et la démocratie en Iran.

La conférence a été retransmise en direct sur internet. Les personnalités suivantes ont pris la parole à cette conférence : David Jones, député, ancien Secrétaire d’Etat du Pays de Galles; Steve McCabe députée; Lord Roger Gale, député; Keir Starmer, député; Lord Clarke de Hampstead; Lord Maginnis de Drumglass; Lord Cotter; Struan Stevenson, président de l’Association européenne pour la liberté de l’Irak (EIFA) et président de la délégation du Parlement européen pour les relations avec l’Irak (de 2009 à 2014) et le Dr Sabah al-Mukhtar, président de l’Association des avocats arabes, basée à Londres.

Les participants ont exprimé leur inquiétude que l’accord nucléaire avec l’Iran ignore six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU exigeant que Téhéran démantèle son programme nucléaire et cesse tout enrichissement de l’uranium. Les orateurs appartenant à divers partis politiques britanniques ont averti que le régime iranien n’est pas digne de confiance. Ils ont ajouté que si l’on fait des concessions concernant les exigences prévues dans ces résolutions, on ne pourra jamais bloquer la route du régime de Téhéran vers la bombe atomique.

Ils ont souligné que le régime de Téhéran avait besoin d’un accord plus que quiconque car ce régime a peur des soulèvements populaires, en raison de la montée des mécontentements, l’état explosive de la société en Iran après des années de répression, la corruption, la mauvaise gestion des affaires du pays par le régime et le fardeau des sanctions internationales.

Les participants à cette conférence ont déclaré que si les pays du groupe P5 + 1 avaient été plus fermes, Téhéran n’aurait pas d’autre choix que se conformer avec les six résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, abandonner pour toujours son programme et ses efforts pour acquérir des armes nucléaires et suspendre totalement l’enrichissement de l’uranium.

Struan Stevenson, a présenté son nouveau livre intitulé « sacrifice » qui est un livre sur l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). « Celui qui relève le défi de lutter contre le régime iranien devrait être certain d’une chose, il y a un mouvement d’opposition crédible qui veut renverser le sinistre régime des mollahs : l’OMPI et leur leader charismatique Mme Maryam Radjavi … Les Moudjahidine du peuple luttent pour la cause de la liberté de millions d’opprimées en Iran. Ils ont lutté et ils ont donné leur vie pour cette cause », a affirmé M. Stevenson dans son discours.

Cet ancien député conservateur, a également critiqué les pays du groupe P5 + 1, en qualifiant l’accord nucléaire avec l’Iran d’« erreur historique ». « Déterminé à laisser sa marque dans l’histoire, Obama a ignoré tous les avertissements et tous les inquiétudes. Il a signé un accord mettant effectivement fin aux sanctions imposées au régime iranien et il a débloqué plus de 150 milliards de dollars d’avoirs de l’Etat iranien qui étaient gelés jusqu’à maintenant. En contrepartie, l’Occident n’a pratiquement obtenu rien d’autre que des promesses vides… Ceci est une aubaine pour le régime iranien qui est le plus grand parrain du terrorisme international, un régime qui finance le Hezbollah au Liban, le Hamas à Gaza, Bachar al-Assad en Syrie, les rebelles Houthis au Yémen et les milices chiites brutales en Irak », a affirmé M. Stevenson.

Les participants ont fermement condamné le conseiller à la sécurité nationale de l’Irak, Faleh Fayaz, qui a donné aux forces irakiennes l’ordre d’empêcher l’entrée de nourriture, de carburant et de véhicules d’assainissement au camp Liberty. Ils ont averti que ce camp est actuellement au bord d’une catastrophe humanitaire. Ils ont exhorté les États-Unis, l’Union européenne et l’ONU à prendre des mesures immédiates afin de lever les restrictions répressives imposées aux membres de l’opposition iranienne résidant dans le camp.

David Jones, membre du parlement, a annoncé une nouvelle série de recommandations politiques pour le gouvernement du Royaume-Uni et pour le Premier ministre David Cameron. Dans leurs recommandations soutenus par près de 100 députés issus de tous les grands partis et des membres des deux Chambres du Parlement britannique, les signataires demandent une politique ferme à l’égard du régime iranien et ils soutiennent l’opposition démocratique en Iran incarnée par le Conseil national de la Résistance d’Iran (CNRI).

« Notre gouvernement et nos alliés occidentaux ont poursuivi une politique de conciliation avec le régime iranien, en espérant que cela encouragerait ce régime à changer son comportement. Ainsi, l’opposition iranienne et le désir du peuple iranien pour un changement ont été ignorés. Il est temps d’abandonner cette approche erronée », ont déclaré les signataires de cet appel.

La représentante du CNRI au Royaume-Uni, Mme Dowlat Nowrouzi, a remercié les parlementaires britanniques pour le soutient qu’ils ont apporté au peuple iranien dans sa lutte contre la dictature religieuse au pouvoir en Iran et le soutien qu’’ils ont apporté au plan en 10 points de Maryam Radjavi pour établir les droits de l’Homme, l’égalité et la démocratie en Iran.

Elle a fermement condamné le blocus de carburant, de médicaments et de la nourriture imposé aux résidents sans défense du camp Liberty par le conseiller à la sécurité nationale de l’Irak, Faleh Fayaz, à la demande du régime iranien. Elle a appelé les Etats-Unis, l’ONU, le Royaume-Uni et de l’Union européen à exiger du nouveau gouvernement irakien le respect des accords internationaux et l’arrêt des tortures et des assassinats commis contre les résidents d’Achraf et du camp Liberty. »

Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran

Le 16 juillet 2015

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe