samedi, décembre 10, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyLes autorités irakiennes empêchent l'entrée de denrées alimentaires à Liberty

Les autorités irakiennes empêchent l’entrée de denrées alimentaires à Liberty

Liberty N° 38

Dans un acte dénué d’humanité, le samedi 23 juin, les agents « en tenu civil » affiliés au bureau du premier ministre irakien Maliki, ont empêché l’entrée de denrées alimentaires commandées pour la consommation de 2000 personnes à Liberty.

Un camion frigorifique transportant 15 t de viande, fruits et légumes, achetés entièrement par les résidents, devait entrer comme d’habitude dans le camp et ses marchandises être livrées aux résidents après avoir été inspectées.

Or, les agents irakiens ont invoqué une nouvelle directive selon laquelle toute marchandise doit être inspectée au poste d’inspection à l’extérieur du camp.

Chacun sait cependant que décharger et étaler par terre de la viande, des fruits et légumes dans une température de 56°C pour inspecter et ensuite les recharger, requièrent de longues heures et n’aboutie qu’à gâter les produits. Suite à l’insistance des résidents, en présence des représentants de la MANUI, il a été convenu que seulement quelques caisses de viande et de fruits et légumes seraient déchargées pour être respecté par la police. Ceci a été fait. Or, les agents « en tenue civile » sont intervenus pour demander à nouveau de rentrer dans le camion frigorifique et d’inspecter une nouvelle fois la marchandise.

Les résidents ont alors protesté auprès des observateurs des Nations-Unies et ont rappelé que selon l’accord d’entente signée entre le représentant du Secrétaire général des Nations-Unies et le conseiller à la sécurité du gouvernement irakien, cette opération doit être effectuée uniquement par le personnel de la police spécialement formée par la MANUI ; par conséquent les agents « en tenue civile » ne sont pas fiables et ne peuvent être autorisés à entrer dans le camion frigorifique et manipuler la marchandise.

Contrairement à l’accord d’entente, l’identité de ces agents et les organes auxquelles ils appartiennent, ne sont pas connues par la MANUI, et ne peuvent, en vertu du droit international, intervenir d’aucune façon dans les affaires internes du camp.

Finalement, après maintes prétextes, la marchandise n’a pu entrer dans le camp et a été retourné en présence des observateurs de la MANUI. La valeur de la marchandise renvoyé s’élève à 17 000 $.

Il convient de rappeler que le camp Liberty est situé à proximité de l’aéroport de Bagdad, par conséquent tous les véhicules qui entrent dans le camp sont d’abord inspectés par des unités de chiens policiers, de puissants scanners et des appareils sonar. Par conséquent, le fait de vouloir décharger et étaler les produits alimentaires et ensuite faire rentrer des agents non habilités dans les camions pour les inspecter sous prétexte de vouloir trouver des armes et des explosifs, a pour unique intention que d’intimider et privé les résidents de leurs besoins élémentaires en renforçant le blocus.

Par ailleurs, samedi, les agents irakiens confisquaient, outre leurs cartes d’identité,  les téléphones portables et l’argent des portefeuilles des conducteurs des camions citernes d’eau et des camions de services des entrepreneurs irakiens, pour leur remettre à la sortie. Cette opération cherchait à intimider les conducteurs et les entrepreneurs pour les faire renoncer à continuer de rendre service aux résidents de Liberty.

Depuis que le lieutenant Ahmad Khozir s’est installé avec ses hommes, le 2 juin dernier, à l’entrée du camp Liberty, les résidents sont en proie à des actes d’intimidations incessantes. Ahmad Khozir a été responsable de l’application des mesures répressives du comité de la répression d’Achraf au cours des quatre dernières années. 

Ce sont ces agents qui ont également empêché, le 20 juin dernier, l’entrée des produits de première nécessité des résidents. Notamment des articles nécessaires à la construction d’un  bassin de lavage pour la vaisselle et 12 pompes à eau pour remplacer les pompes défectueux nécessaires pour l’alimentation en eau, alors qu’une chaleur insupportable embrase la région. Il faut rappeler que l’achat et l’autorisation d’entrée de ces produits avaient fait auparavant l’objet de l’accord du représentant du gouvernement irakien en présence des observateurs des Nations-Unies.

Par ailleurs, cela fait trois jours que les agents irakiens empêchent l’entrée à Liberty des représentants des sociétés de services, fournissant les camions citernes d’eau, d’égouts et de déchets.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 24 juin 2012
          

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe